header image
standard-title Quoi faire à Liège Top 10 : liste des attraits touristiques à Liège

Quoi faire à Liège

Top 10 : liste des attraits touristiques à Liège
 id=

Liège est une magnifique destination gay friendly à ne pas manquer. Voici quelques attraits touristiques qu’il faut découvrir lors d’un premier voyage sur Liège.

Le quartier de Fragnée :

Le quartier de Fragnée fut réorganisé pour l’exposition internationale de 1905. Le pont de Fragnée conduisait aux différentes parties de l’exposition et en était l’entrée de prestige. Déjà, l’industrialisation, l’exode rural, l’installation du chemin de fer avaient provoqué de nombreuses transformations et une extension urbaine importante. Ce mouvement a été porté à son paroxysme à l’occasion de l’exposition, vitrine industrielle et culturelle de prestige qui a attiré plus de sept millions de visiteurs. Après ce grand événement pour Liège, l’espace libéré s’est couvert rapidement, aux abords du pont de Fragnée, d’habitations bourgeoises cossues, d’allure éclectique pour la plupart et d’inspiration Art nouveau pour les plus osées. Jaspar, Nusbaum, Devignée, ont réalisé ici aussi des oeuvres remarquables et raffinées pour lesquelles ils ont abandonné les références du passé et fait confiance au potentiel créatif et industriel de leur époque. À l’aube de notre XXIe siècle, c’est au tour du quartier des Guillemins d’être en plein boom et en pleine effervescence. Dans le courant de 2009, la nouvelle gare dessinée par l’architecte Santiago Calatrava et qui accueillera le TGV sera achevée. Nous la visiterons et évoquerons le présent et l’avenir de ce quartier en pleine mutation, appelé à un avenir remarquable.

Remparts de Liège :

Pour protéger la ville, dès le Xe siècle, des fortifications sont érigées avec des murs épais entourés de fossés, des portes et des tours. Ces remparts ont été les témoins des luttes des Liégeois pour leurs libertés. Au XIXe siècle, ces murailles devenues encombrantes sont pour la plupart démolies. Découvrir ces traces du passé est l’occasion d’une promenade sur les hauteurs de la ville.

Église de Saint-Jacques :

Une visite en détails d’un des plus beaux édifices du pays, allant des vestiges de la crypte du XIIe siècle à la charpente du XVIe siècle. L’église est un joyau du gothique flamboyant avec une voûte en filet entièrement décorée, des vitraux du XVIe siècle, des stalles du XIVe siècle, des statues baroques de Jean Del Cour, un orgue et son splendide buffet de 1600, etc.

Église de Saint-Gilles :

Élevée sur les hauteurs du Publémont à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe, l’ancienne abbatiale Saint-Gilles a traversé les siècles en subissant détériorations, réfections et agrandissements. Construit en grès houiller, l’édifice primitif présentait un plan basilical caractéristique des abbatiales mosanes. Au cours d’une campagne de modernisation au XVIIIe siècle, le choeur est transféré à l’ouest, sous la tour, et à l’est, l’ancien choeur et le transept sont détruits au profit d’un porche d’entrée. À la fin du XIXe siècle, l’église fortement délabrée est restaurée par l’architecte Auguste Van Assche. Pour répondre aux nouveaux besoins du culte, ce dernier ajoute une nef qui double la surface de l’édifice ainsi qu’un transept. L’orientation primitive est rétablie par la construction d’un nouveau choeur dont le chevet est inspiré de celui de la chapelle de Saint-Nicolas-en-Glain. L’église Saint-Gilles est aujourd’hui un bel exemple d’édifice liégeois qui allie harmonieusement les styles roman et néo-roman.

Parc de la Citadelle :

Le site de la colline de la citadelle est occupé depuis plusieurs siècles par des activités houillères et militaires. Le parc, aménagé au début du XXe siècle, conserve de nombreux vestiges de ce passé. Les remparts de l’ancienne citadelle, érigés du XVIIe au XIXe siècle, possèdent encore courtines, bastions et demi-lunes. Comment attaque-t-on, comment défend-t-on une citadelle, à quoi servent les différents éléments de la fortification bastionnée ? Ces thèmes seront abordés pendant la visite. Le puits de Païenporte est un ancien bure creusé dans le roc pour l’extraction de la houille dès le Moyen ge. Converti au XVIIe siècle en puits d’alimentation en eau potable pour la citadelle, il est aujourd’hui un site classé. Il présente une impressionnante et vertigineuse plongée dans les entrailles de la colline. Enfin, l’enclos des Fusillés évoque la période sombre des exécutions pendant la seconde guerre mondiale et l’ancien abri anti atomique rappelle la guerre froide qui a suivi.

Hébergements gay sur Paris

Loading…