header image
standard-title Quoi faire à Lille Top 10 : liste des attraits touristiques à Lille

Quoi faire à Lille

Top 10 : liste des attraits touristiques à Lille
 id=

Vous ne manquez pas d’idées d’activités touristiques dans ce Quoi faire sur Lille. Le Gay Voyageur vous recommande un itinéraire à faire lors de votre prochain voyage sur Lille. Cette destination gay friendly est sans conteste un incontournable en France. Bien que vous aurez un malin plaisir à découvrir la scène gay de Lille avec ces bars, ces discothèques ou encore ces saunas gay, vous tomberez sous la chambre de la ville avec tous les attraits touristiques disponibles. Que vous souhaitez rester au centre-ville de Lille où dans la banlieue de Nord Pas-de-Calais, vous allez rapidement décrocher de votre quotidien!

Le Palais Rihour :

Le Palais Rihour situé à Lille est une grande importance pour la ville. Il est l’’unique témoin architectural de l’’époque révolue où les ducs de Bourgogne régnaient de maître sur Lille et cette région. Commencé en 1453 par le grand Philippe le Bon, le palais a été officiellement terminé vingt ans plus tard par son fils bien-aimé Charles le Téméraire. Racheté au courant du XVIIe siècle par le magistrat pour en faire l’Hôtel de Ville de Lille, le palais a été entièrement transformé au XIXe siècle pour l’embellir et le rendre plus fonctionnel. Le palais s’inscrit parmi les attraits touristiques de Lille à ne pas manquer.

La Vieille Bourse (Place du Général de Gaulle et la Grand Place de Lille) :

Image forte de Lille du passé et Lille du présent! C’’est sans conteste le plus beau monument de la ville et de la région du Nord-Pas-de-Calais. La construction de la Bourse a été décidée au courant de l’année 1651. La Bourse de cette époque avait pour but d’offrir un abri aux gens de commerce et de finance pour Lille et la région.  l’époque, la bourse de Lille était l’une des plus importantes d’Europe. Sa réalisation est confiée à l’’architecte Julien Destrée qui est reconnu encore aujourd’hui, pour avoir érigé un bâtiment unique dans le vieux continent.

L’Hôtel de Ville de Lille et son Beffroi :

L’Hôtel de Ville de Lille fut construit entre les années de 1924 et 1932 par l’architecte française Émile Dubuisson, née à Lille et amoureuse de cette ville, qui s’est inspirée de la tradition de construction flamande avec ses maisons à pignons triangulaires. Il ne faut pas oublier que Lille est situé à quelques minutes de la Belgique. L’architecte tenait à utiliser des matériaux résolument modernes comme le béton armé. L’intérieur présente un impressionnant grand hall de 105 mètres de long, rythmé par deux rangées de piliers aux motifs floraux.

La Déesse et la Grand Place de Lille :

Dressée au milieu de la populaire Grand Place au centre de Lille, cette colonne commémore le siège de Lille par les Autrichiens en septembre 1792. Un moment historique de cette ville de France. Dans la main droite, la Déesse tient le célèbre boute-feu’ qui sert à allumer la mèche des canons français. La main gauche de la Déesse indique une inscription gravée sur le socle : la réponse courageuse du maire de Lille, André, refusant de rendre sa ville assiégée. Cette victoire fut aussi saluée par la Convention nationale, proclamant que « Lille avait bien mérité de la patrie ».

L’Opéra de Lille :

En 1903, suite à l’incendie du théâtre, l’architecte lillois Louis-Marie Cordonnier est chargé de construire un Opéra, dans l’esprit des réalisations de Charles Garnier. Sur le fronton surmontant la façade, Apollon entouré de ses muses est l’oeuvre du sculpteur Hippolyte Lefebvre. Â gauche, l’allégorie de la Musique est d’Amédée Cordonnier, à droite, celle de la Tragédie d’Hector Lemaire.

Le Rang du Beauregard :

En 1667, le Magistrat de Lille souhaite uniformiser les nouvelles constructions dans un souci d’’harmonie avec les bâtiments existants, notamment la Vieille Bourse. Des règles sont imposées aux propriétaires : alignement sur son voisin et plan standard composé de trois étages sur une vaste cave et surmontés d’’un grenier à mansarde. Seules la pierre et la brique sont autorisées.

La cathédrale Notre-Dame de la Treille :

En 1854 surgit l’’idée d’’édifier une basilique grandiose, dédiée au culte de la vierge, dont une statue miraculeuse protégée par un treillis de fer (d’’où son nom de Notre-Dame de la Treille) est connue à Lille depuis le Moyen Âge. Les travaux furent confiés à Charles Leroy, promoteur et spécialiste local du style néo-gothique.

La Citadelle :

Elle ait édifié de 1667 à 1670 par Sébastien le Prestre, marquis de Vauban, sur ordre de Louis XIV qui vient de conquérir la ville. Elle fait alors partie du Pré Carré, double ligne de places fortes s’’étendant de la mer du Nord à la Meuse pour protéger les frontières.

La Grand Garde :

Construite en 1717 par Thomas Joseph Gombert, c’’était le regard du roi de France au centre de la ville récemment annexée. Le bâtiment servait en effet à loger les soldats du guet. C’’est surtout l’introduction d’une nouvelle architecture, classique, dans une ville flamande de brique et de pierre. On reconnaît sur le fronton triangulaire le soleil de Louis XIV, et, de part et d’autre, les armoiries de France et de Lille. C’’est actuellement le siège du Théâtre du Nord, dirigé par Stuart Seide.

Palais des Beaux-Arts :

Par l’’importance de ses collections permanentes, le Palais des Beaux-Arts de Lille est considéré comme le second musée généraliste de France, juste après le Louvre. Le bâtiment, construit entre 1885 et 1892, est emblématique de l’architecture monumentale de la fin du XIXe siècle.

Musée de l’’Hospice Comtesse :

Au cœoeur du Vieux-Lille, non loin du quartier gay de Lille, le musée prend place dans l’’hôpital fondé en 1237 par la comtesse Jeanne de Flandre, et dont l’’activité ne cessa qu’’en 1939. Les bâtiments actuels datent des XVe, XVIIe et XVIIIe siècles. Ils se composent d’une Salle des Malades voϋtée d’’un berceau lambrissé, d’une chapelle décorée des armoiries des principaux bienfaiteurs de l’’hôpital, et des bâtiments de la communauté des soeurs augustines organisées autour de deux cours et d’’un jardin médicinal. Depuis 1962, ils servent d’’écrin à la présentation de tableaux, tapisseries, bois sculptés, meubles et faïences de la région, pour évoquer l’’intérieur d’’une maison religieuse flamande du XVIIe siècle.

Musée d’Histoire naturelle et de Géologie :

Dans l’ambiance d’une architecture fin XIXe siècle, le musée d’Histoire naturelle est devenu incontournable. Modernisé et régulièrement enrichi, il convie ses visiteurs à un étonnant voyage à travers le temps et les continents. Son dynamisme et sa politique d’expositions temporaires en ont fait l’un des lieux les plus fréquentés de la métropole. Les collections, patrimoine riche de plus de 250 000 objets, sont d’une diversité unique en France.

Le parc de la Citadelle et le zoo :

Les 60 hectares du bois de Boulogne forment le plus grand espace vert de la ville, autour des remparts de la Citadelle et le long du canal de la Deϋle. Ce lieu de promenade très prisé des joggeurs comprend également un zoo (gratuit) présentant près de 400 animaux de 70 espèces différentes, ainsi qu’’une petite fête foraine permanente pour les plus jeunes.

Quoi faire de gay sur Lille :

Pour terminer, le Gay Voyageur vous invite à découvrir le quartier gay de Lille situé dans le Vieux-Lille, où se trouvent les meilleures adresses pour se divertir. De bons plans vous attendent, de bons restaurants et des boîtes de nuit pour bien terminer votre journée. Si vous êtes de passage dans la capitale du Nord de la France en juin, le rendez-vous de la Gay Pride de Lille est à mettre dans votre calendrier! L’événement à ne pas manquer de l’année.

Référence : Office du Tourisme de Lille
Crédit photo : James Cridland – Licence : CC BY

Laisser un commentaire