header image
standard-title Droits des gays en Suède : là où il fait bon vivre et de visiter Droits des homosexuels en Suède

Droits des gays en Suède : là où il fait bon vivre et de visiter

Droits des homosexuels en Suède
 id=

La Suède est l’un des pays les plus gay friendly du monde. Au cours de la glorieuse semaine annuelle de la Gay Pride de Suède, les gens célèbrent et font la fête dans les rues de la capitale suédoise. Pourtant, c’est la fierté à l’année à Stockholm.

Le Gay Voyageur vous invite à découvrir les droits des gays et lesbiennes en Suède ainsi que les raisons qui rend le pays l’un des plus gay friendly au monde.

Aucune discrimination pour les gays en Suède

La gay pride de Stockholm attire environ 45 000 participants et 400 000 spectateurs. L’un des nombreux signes que la communauté LGBT fait partit de la société suédoise.

La communauté gay et lesbienne n’est évidemment pas un groupe homogène. Si certains sont heureux et contents, d’autres le sont peut-être moins. Pourtant, les lois et les règlements ont un impact important sur la vie quotidienne. Au cours des dernières décennies, la Suède a pris des mesures importantes pour s’assurer que les gays et lesbiennes jouissent des mêmes droits et des mêmes opportunités que tout le monde.

Plus récemment, les lois sur le mariage sans distinction de sexe (2009), les droits d’adoptions pour les couples homosexuels (2003), les droits d’insémination pour les lesbiennes (2005) et l’interdiction de la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle (2011), tous des lois adoptées en Suède.

La Région européenne de l’Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexese (ILGA-Europe) examine la législation pour classer les pays dans une revue annuelle intitulée Rainbow Europe. La Suède se classe au quatrième rang des 49 pays européens.

Mais il serait suffisant de dire qu’il n’y a pas de place à l’amélioration. Quel que soit le classement. Les repères juridiques sont des étapes, mais pas l’objectif final dans la lutte pour l’égalité totale en Suède.

Ulrika Westerlund, ancienne présidente de RFSL, la Fédération suédoise pour les droits des lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et homosexuels, a souligné que les droits des transgenres en particulier devaient être examinés. La Suède a été le premier pays au monde en 1972 à permettre le changement légal de l’identité de genre. Cette mesure juridique audacieuse comportait malheureusement aussi quelques inconvénients. Notamment la stérilisation obligatoire, qui n’a pas été retirée avant 2003.

Des changements attendent encore pour les droits des gays

Les Suédois ont généralement un haut niveau de confiance dans les autorités gouvernementales. Cette confiance découle d’une longue histoire de transparence publique, de politique égalitaire et des lois et d’instructions qui protège les droits des individus. Le système d’ombudsman, un organisme public, représente l’intérêt des citoyens.

Si une personne estime avoir été victime de discrimination, elle peut s’adresser directement à l’Ombusdsman pour l’égalité (Diskrimineringsombudsmannen, DO), une agence gouvernementale qui lutte contre toutes les formes de discrimination.

Eva Nikell du Diskrimineringsombudsmannen « Certains cas que nous traitons ont à voir avec la façon dont les gens sont traités dans les centres de soins de santé. La loi est claire en ce sens que la discrimination n’est pas acceptable, mais alors des choses telles que l’ignorance et les préjugés entrent en jeu. »

« Les professionnels de la santé peuvent, par exemple, établir des liens illogiques entre une maladie, même un rhume, et l’identité ou l’expression sexuelle du patient. Ou avoir une attitude qui crée des décisions discriminatoires envers les femmes lesbiennes qui veulent devenir enceintes. Les professionnels de la santé ne sont pas tenus d’avoir des connaissances sur les problèmes liés aux LGBTQ. »

Les lois restent des lois. Leur disparition n’a pas complètement éliminé la discrimination contre les personnes en raison de lroentation sexuelle ou de l’identité transgenre.

Une enquête de 2012 de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne sur les personnes LGBT a montré que 35% des personnes interrogées en Suède se sentaient victimes de discrimination ou de harcèlement au cours des 12 derniers mois en raison de leur orientation sexuelle. En Europe, la moyenne est de 47%.

Atteindre des objectifs sur les droits pour les homosexuels

Ce qui fait de la Suède l’un des pays les plus gay friendly au monde, c’est que les gens continuent à se battre pour d’autres améliorations des conditions.

En plus de RFSL, il existe un certain nombre d’organisation LGBTQ allant de ceux affiliés à un parti politique à des organisations de jeunesse et des organisations pour une profession particulière, comme l’Association suédoise de police gay.

La plupart de ces organisations travaillent avec des événements, des campagnes, de l’information, de l’éducation et du soutien. Ensemble, ils construisent des réseaux, souvent en solidarité avec les mouvements internationaux LGBTQ. La Gay Pride de Stockholm participe également, par exemple, à traversé le fonds de solidarité internationale, fondé en 2006.

De nombreuses organisations en Suède se battent pour le droit des personnes persécutées dans leur pays d’asile. Avec des actes homosexuels encore interdits dans environ 80 pays et territoire à travers le monde, l’homophobie est encore bien présente.

Plusieurs organisations et institutions suédoises consacrent des ressources pour intensifier la coopération avec les militants des droits de l’Homme dans d’autres pays. La loi suédoise stipule également que l’Agence des migrations accordera l’asile aux personnes qui sont persécutées dans leur pays d’origine en raison de leur orientation sexuelle et de leur sexe.

Arc-en-ciel

La religion est souvent citée comme une raison pour laquelle les gens s’opposent à l’homosexualité et aux personnes transgenres. Cependant, l’Église nationale de Suède a pris clairement position pour l’amour sous toutes ses formes.

Peu de temps après l’entrée en vigueur en 2009 des lois sur le mariage sans distinction de sexe, l’Église de Suède a autorisé les cérémonies de même sexe dans leurs églises. Les prêtres ont le droit de résister, mais c’est à la paroisse de trouver quelqu’un qui accomplira la cérémonie.

Il n’est donc pas surprenant que l’Église de Suède soit représentée à la Gay Pride de Stockholm. Malin Strindberg, prêtre, dit « La plupart des prêtres sont assez sages pour comprendre que l’amour homosexuel vaut tout autant que n’importe quel autre type d’amour. »

« Je travaille avec la messe arc-en-ciel parce que les gens qui se définissent comme LGBTQ vivent depuis longtemps sous l’oppression. Cela a aussi été une question à l’intérieur de l’église pendant longtemps. Je fais ce que je crois que Jésus veut que je fasse. Je crois que Jésus serait là avec moi. »

Widget Area  |  Info: There are no widgets in selected area, add some please.



Hébergements gay sur Paris

Loading…