Déjà l’une des activités récréatives les plus populaires en Amérique du Nord, l’observation des oiseaux a connu un regain d’intérêt pendant la pandémie globale, les gens se tournant de plus en plus vers des activités individuelles ou en petits groupes en pleine nature. L’ornithologie ne s’adresse pas seulement aux ornithologues passionnés, mais également aux familles avec de jeunes enfants, aux photographes, aux activistes du développement durable et aux personnes qui cherchent une excuse pour se balader en nature. Cette activité est par ailleurs accessible : il n’est pas nécessaire d’acheter un équipement sophistiqué ou de se rendre dans des lieux éloignés pour observer les oiseaux.

Historique de l’ornithologie au Canada

Historique de l’ornithologie au Canada

Il existe 426 espèces d’oiseaux Canadiennes reconnues, dont beaucoup sont en voie de disparition. Environ 327 espèces d’oiseaux vivent dans la forêt boréale, une zone qui se situe entre la toundra dépourvue d’arbres de l’Arctique et la zone de température du sud du Canada. Les ornithologues affluent dans des régions comme le parc national Wood Buffalo, dans le nord-est de l’Alberta et le sud des Territoires du Nord-Ouest, qui fait partie de la forêt boréale et constitue un habitat important pour les oiseaux, notamment les oiseaux passereaux migrateurs. Le saviez-vous ? Le parc national Wood Buffalo est une zone de nidification pour la dernière volée migratoire de grues blanches au monde. Trouvez les principaux sites d’observation d’oiseaux près de chez vous et apprenez quelles sont les espèces à surveiller, sur eBird Canada.

Le Canada abrite des millions d’oiseaux migrateurs qui reviennent chaque printemps dans ses lacs et ses forêts pour nicher et se reproduire. Apprenez-en davantage sur les oiseaux migrateurs en consultant les événements locaux organisés à l’occasion de la Journée mondiale des oiseaux migrateurs (14 mai 2022). La célébration aviaire de cette année vise à attirer l’attention sur l’impact de la pollution lumineuse sur les oiseaux migrateurs — elle désoriente les oiseaux qui volent la nuit, peut entraîner des collisions avec des bâtiments et perturbe la capacité des oiseaux à entreprendre des migrations sur de longues distances. Vous pouvez également en apprendre davantage sur la voie de migration canadienne et télécharger la carte des oiseaux migrateurs sur le site de Conservation de la nature Canada.

Où (et quand) observer les oiseaux canadiens

Le printemps est un excellent moment pour commencer à observer les oiseaux. Pendant la migration printanière, les ornithologues peuvent voir une grande diversité d’espèces d’oiseaux au Canada. Il est possible d’observer les oiseaux d’un océan à l’autre, dans les grandes et les petites villes, et les communautés d’ornithologues sont réputées pour leur hospitalité envers les nouvelles recrues.

Les principaux sites d’observation des oiseaux sont les suivants :

Découvrez les principaux sites d’observation des oiseaux partout au Canada. De nombreux parcs sont à visiter lors de votre prochain séjour au Canada. Parmi les plus beaux parcs à faire et à voir :

Le parc national de la Pointe-Pelée

Le parc national de la Pointe-Pelée

Le parc national de la Pointe-Pelée, à Leamington, en Ontario, dont la situation centrale en Amérique du Nord attire des espèces rares que l’on ne trouve pas habituellement dans l’est du Canada (fait amusant : la Pointe-Pelée est l’un des plus petits parcs nationaux du Canada, mais il compte le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux répertoriées). Au plus fort de la migration printanière, le parc accueille le Festival de la plume, qui propose des conférences et des présentations fascinantes d’ornithologues, et d’experts en ornithologie de Parcs Canada et d’autres organismes. Quand y aller : l’observation des oiseaux est à son apogée en mai et au début de juin.

La réserve écologique de Cape St. Mary’s

La réserve écologique de Cape St. Mary’s

La réserve écologique de Cape St. Mary’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, est une réserve écologique protégée pour les oiseaux de mer. Elle abrite des milliers de goélands, de pingouins, de grands cormorans et d’autres oiseaux majestueux. La réserve est également la zone de reproduction la plus méridionale au monde pour les guillemots de Brünnich. Le point central est Bird Rock, le troisième plus grand site de nidification et la colonie la plus méridionale de fous de Bassan en Amérique du Nord. Quand y aller : au début de l’été, le sanctuaire d’oiseaux s’anime avec des dizaines de milliers d’oiseaux de mer migrateurs.

Le parc Tommy Thompson

C’est une surprise pour la plupart des gens, mais Toronto, en Ontario, donne accès à certains des meilleurs sites d’observation des oiseaux de la région. Le parc Tommy Thompson est un habitat naturel pour plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques coloniaux, de sauvagines et d’oiseaux de rivage, ce qui en fait un lieu de prédilection pour les ornithologues. C’est également une halte importante pendant la migration pour de nombreuses espèces d’oiseaux qui ont besoin de se reposer et de faire le plein avant de poursuivre leur voyage. Quand y aller : en mai, vous aurez les meilleures chances d’apercevoir des tyrannidés, des moineaux, des grives et différents types de Parulidés. Les oiseaux chanteurs peuvent également être entendus, et occasionnellement vus, en été.

Le parc national Fundy

Le parc national Fundy

Le parc national Fundy, au Nouveau-Brunswick, abrite plus de 260 espèces d’oiseaux dans son environnement côtier marin. En décembre, le parc participe à un recensement des oiseaux de Noël, au cours duquel des ornithologues et des visiteurs fouillent la région et comptabilisent les oiseaux résidents. Quand y aller : au printemps, les visiteurs peuvent observer jusqu’à 15 types de fauvettes, ainsi que le grand pic, le junco, le grand héron, le cormoran, la gélinotte huppée et autres.

L’île Bonaventure et le Rocher Percé

Guide gay de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine

L’île Bonaventure et le Rocher Percé, à l’extrémité de la péninsule gaspésienne du Québec, abritent le plus grand refuge d’oiseaux migrateurs en Amérique du Nord. La colonie de plus de 110 000 fous de Bassan de l’île est la colonie de fous de Bassan la plus accessible au monde. La Gaspésie est une incroyable destination touristique à faire absolument lors de votre prochain séjour au Québec. Quand y aller : observez les fous de Bassan pendant les mois d’été, généralement entre juin et septembre.

Le parc provincial du Petit lac des Esclaves

Le parc provincial du Petit lac des Esclaves, en Alberta, est un habitat vital pour l’observation des oiseaux. Près de la moitié de tous les oiseaux d’Amérique du Nord dépendent de la forêt boréale qui entoure le lac, et plus de 300 espèces s’y reproduisent régulièrement. Les visiteurs peuvent se rendre au Boreal Centre for Bird Conservation pour en apprendre davantage sur les oiseaux et la forêt boréale ; il y a également des sentiers d’interprétation et des programmes destinés aux familles. Quand y aller ? Les migrations printanières et automnales constituent la période de pointe pour l’observation des oiseaux dans le parc provincial du Petit lac des Esclaves, où l’on a déjà vu des volées de cygnes siffleurs en migration pouvant atteindre 3 500 individus. En hiver, vous pouvez observer la mésange à tête noire, le pic mineur et le pic maculé. Conseil : la Songbird Trail, située juste à l’extérieur du Boreal Centre for Bird Conservation, serpente à travers une forêt de trembles imposants, avec des bancs où les visiteurs peuvent s’arrêter pour écouter les oiseaux. Le long du parcours, vous verrez des panneaux d’interprétation retraçant la vie des oiseaux dans la forêt boréale.

Le refuge d’oiseaux migrateurs George C. Reifel

Le refuge d’oiseaux migrateurs George C. Reifel, situé à Delta, en Colombie-Britannique, comprend près de 300 hectares (850 acres) de terres humides, de marais et de zones humides gérées, au cœur de l’estuaire du fleuve Fraser. Le sanctuaire a enregistré près de 300 espèces d’oiseaux, la plus grande diversité et le plus grand nombre étant observés entre l’automne et le printemps. Quand y aller ? D’octobre à début décembre, c’est le meilleur moment pour observer de grandes volées d’oiseaux aquatiques (notamment des canards, des oies et des cygnes) pendant leur migration. Une volée de petites oies des neiges attire les foules chaque année, lorsqu’elles arrivent en Colombie-Britannique en provenance de leur lieu de nidification sur l’île Wrangel, en Russie. En mars et avril, des milliers d’oiseaux de rivage passent par le delta du Fraser, notamment des bécasseaux occidentaux, qui s’arrêtent pour se nourrir et se percher en route vers leurs aires de reproduction dans l’Arctique.

Festivals canadiens d’oiseaux

Vous aimez les festivals? Vous aimeriez en savoir plus sur les oiseaux canadiens? Découvrez l’ensemble des festivals canadiens pour faire l’observations des oiseaux du pays. Les festivals d’oiseaux canadiens incluent :

Le festival des cygnes du Yukon

Le festival des cygnes du Yukon commémore la migration massive de dizaines de milliers de cygnes, de canards et d’oies en proposant des promenades guidées et des ateliers éducatifs.

Wings Over the Rockies

Wings Over the Rockies, dans les Kootenays, en Colombie-Britannique, propose une série d’ateliers, de présentations et d’événements en ligne sur l’observation des oiseaux, ainsi qu’un concours de photos.

Le Festival Songbird

Le Festival Songbird en Alberta propose des randonnées ornithologiques guidées, des ateliers sur la nature, une chasse au trésor des oiseaux chanteurs et des visites de la station de surveillance des migrations.

Le Toronto Bird Celebration

Le Toronto Bird Celebration à Toronto, en Ontario, célèbre le retour printanier de quelque 50 millions d’oiseaux avec des événements en ligne, des webinaires et des cours. Si vous avez comme projet de visiter la ville Reine, découvrez dès aujourd’hui le guide gay de Toronto pour planifier vos prochaines vacances.

Les oiseaux sont un symbole important pour les peuples autochtones :

De nombreux peuples autochtones de la côte nord-ouest considèrent le corbeau comme un personnage central des mythes d’origine, notamment de la création des premiers Haïdas.

Dans de nombreuses cultures des Premières Nations, l’arrivée des oies et des canards marque le retour bienvenu d’une importante source de nourriture après l’hiver. Pour exprimer leur gratitude envers ces oiseaux aquatiques, les communautés autochtones organisent des fêtes, des prières et des danses spéciales au printemps.

Étant donné qu’une grande partie de la forêt boréale du pays — un habitat vital pour la population mondiale d’oiseaux — est située sur les terres traditionnelles des Premières Nations, de nombreux Autochtones consacrent leur temps aux efforts de conservation. Par exemple, le projet pilote des gardiens autochtones gère et assure la gestion de millions d’acres de terres dont les oiseaux migrateurs ont besoin pour survivre.

L’outil Indigenous Monitoring of Marine Birds, conçu pour les utilisateurs autochtones, recueille les informations associées aux observations d’oiseaux marins sur le littoral de la Colombie-Britannique et dans les environs.