Pour beaucoup, tout commence par le baptême. Il s’agit d’une balade sous-marine d’une vingtaine de minutes encadrée de près par un moniteur, dans un site sécurisant, à environ -5 m de profondeur. Aucune formalité n’est requise. Vous êtes séduit par ces sensations nouvelles ? Suivez alors une formation de débutant pour décrocher votre brevet de premier niveau soit 3 à 5 jours de formation, théorique et pratique (5 à 10 plongées), pendant lesquels vous vous familiariserez avec les techniques de base, le matériel et les règles de sécurité.

Vous serez alors autorisé à plonger encadré par un moniteur jusqu’à -20m. Vous pouvez poursuivre par un brevet Niveau 2, consacré à l’approfondissement des connaissances physiques et physiologiques, à l’utilisation des tables de plongée et à des exercices d’assistance sur un coéquipier en difficulté (à -20 m). Comptez deux semaines en stage à plein temps. Vous pouvez alors plonger sans moniteur avec un coéquipier de même niveau jusqu’à 20 m, et avec un moniteur jusqu’à 40 m.

Le Niveau 3 forme les plongeurs à l’autonomie (plus besoin d’être accompagné par un moniteur), jusqu’à -40m. Quant au Niveau 4, très technique, il prépare au monitorat. Sachez que la plupart des sites sont accessibles avec un Niveau 1, en particulier dans les mers tropicales. Plusieurs organismes concurrents règnent sur l’enseignement de la plongée (les principaux étant la CMAS, PADI, NAUI et SSI). Chacun revendique ses propres méthodes et possède son système d’apprentissage mais, sur le fond, les cursus diffèrent assez peu.

Sachez qu’un brevet, quel que soit son label, est comme un permis de conduire : il est valable à vie. Qui plus est, il est reconnu dans le monde entier.