Située à l’entrée du célèbre canal de Panama sur la côte Pacifique, la ville de Panama est la ville la plus peuplée de la République du Panama. Elle en est également la capitale et le chef-lieu de la province du même nom. Fondée en 1519 par Pedro Arias Davila, conquistador espagnol de l’époque, la vieille ville possédait alors 100 habitants.

La ville de Panama devint rapidement un point de transit pour l’argent et l’or à destination de l’Espagne et prit la tête pour l’exploration de la région du Pérou. Par arrêté royal de Charles Quint en 1521, la ville reçut le titre de cité royale (Ciudad Real). La ville connut alors une grande prospérité et devint l’objet de convoitise par excellence pour les pirates. Accompagné de ses 1 200 hommes, Henry Morgan, le pirate gallois, détruisit complètement la ville en 1671. Après cette destruction massive, les Espagnols décidèrent de déplacer la ville dans une saine région mieux protégée.

Dans les années 1800 débuta la ruée vers l’or suivie par la fondation de la Panama Railroad Compagny et le début de son exploitation. L’achèvement de la première ligne transcontinentale entre 1848 et 1869 a permis à plus de 50 000 personnes de franchir la distance entre l’océan Pacifique et l’océan Atlantique ce qui augmenta considérablement la prospérité de la ville durant toute cette période.

Voyage gay du Panama

Le très célèbre canal de la ville fut imaginé au XVIe siècle. Sa construction terminée en 1914 fit une grande différence dans le développement de l’économie du pays entier et de ses infrastructures. Les travailleurs provenant des Antilles pour la construction du canal y subirent de nombreuses tensions raciales sans précédent. Vivant dans la zone du canal, les Américains et Panaméens connurent de nouvelles tensions lors de la Seconde Guerre Mondiale. La présence militaire américaine dûment accrue durant cette période y créa d’importantes émeutes. Devenu un point d’attraction bancaire entre les années 70 et 80, notamment dans le blanchiment d’argent, le gouvernement américain alors sous la gouverne de George H. W. Bush, envahit le Panama en 1989 afin d’y renverser le général Manuel Noriega, gouverneur du pays à l’époque. Suite à cette invasion, une partie du quartier El Chorrillo y fut détruite par le feu.

Aujourd’hui la ville compte un peu plus de 800 000 habitants et l’économie est essentiellement centrée sur le canal et les activités de services. La croissance étant plus rapide que prévu, la surpopulation de certains quartiers cause parfois des problèmes dans la capitale, notamment en approvisionnement d’eau courante, au niveau de la pollution de l’air et celui des embouteillages routiers.

La période idéale pour visiter la capitale se situe durant la saison sèche entre les mois de janvier à avril. Soumise à un climat équatorial, la ville subit une saison humide le reste de l’année. Les températures oscillent généralement entre 24 et 32°C (75 et 89°F) au cours de l’année.

Tourisme à Panama

Guide gay du Panama

La capitale panaméenne est le centre économique du pays. La ville mêle aisément son modernisme agressif à ses vestiges du passé. Elle offre à ses visiteurs les deux côtés de son histoire, celui d’hier et celui d’aujourd’hui.

Quelques jours sont nécessaires pour visiter la capitale incluant son célèbre canal qui est évidemment un incontournable. Il est impossible de séjourner dans la ville de Panama sans y visiter son très connu canal. La visite du canal comprend le musée donnant directement sur l’écluse permettant d’assister au passage des bateaux. Cette merveille d’ingénierie s’étend sur 80km (50 milles) entre Colon sur l’Atlantique et la capitale sur la côte Pacifique. Le canal étant encadré par la forêt vierge de chaque côté, le spectacle des énormes bâtiments naviguant dans cette voie étroite restera inoubliable et marquera les visiteurs. Même si pour les bateaux le prix de passage est assez élevé, le temps gagné par le passage du canal vaut tout de même son pesant d’or.

Il est possible dans la capitale d’effectuer une visite de la ville à bord d’un taxi. Cette solution à coût très abordable permet d’en apprendre beaucoup sur l’histoire de la capitale et du pays par exemple sur le débarquement américain en 1989 afin d’y renverser le général Noriega qui fut par la suite condamné pour trafic de drogue. L’opération américaine ‘’just cause’’ libéra ainsi le Panama de son dictateur. Fait ironique pour les Panaméens, ce fut la CIA, organisme appartenant aux américains, qui avait au préalable former le général. Il est également possible de s’arrêter sur le site des ruines de Panama Viejo afin d’y admirer les vestiges du patrimoine religieux et civil des XVIe et XVIIe siècles.

Destination gay du Panama

S’éparpillant le long de la côte des Caraïbes, l’archipel de San Blas offre de magnifiques opportunités de plongée avec ou sans bouteille à ses visiteurs ainsi que de nombreuses plages où la baignade y est fort agréable. Le choix des plages est grandiose dû aux 378 îles composant l’archipel.

Située non loin de la capitale, l’île charmante de Taboga offre une plage agréable à ses visiteurs ainsi qu’une splendide étendue de forêt vierge protégée. Surnommée l’île des fleurs dû au sublime parfum des espèces végétales de la place, elle abrite également une extraordinaire colonie de pélicans, l’une des plus importantes du continent. La petite église de l’île construite en 1550 prouve que la colonisation de la capitale arriva après celle de l’île de Taboga. C’est de cette île que Pizarro s’embarqua pour le Pérou en 1524.

Au cœur d’une vallée escarpée se niche la petite ville de Boquete à quelques heures seulement de la capitale. Son cadre naturel et la douceur de son climat se prêtent parfaitement à la randonnée à cheval, pédestre ou à l’observation des oiseaux. Au mois de janvier, il est agréable d’assister à la Feria de las Flores y del Café, où l’on y célèbre la culture des légumes, du café et des fleurs. Boquete est l’endroit par excellence pour accéder au volcan Baru et visiter ensuite le parc national qui l’entoure.