L’Afrique se projette dans un agenda 2063 : symbole d’ouverture économique et culturelle du grand continent vers le monde. L’Agenda 2063 vise à transformer l’Afrique en puissance mondiale de l’avenir. C’est la manifestation concrète à une échelle continentale d’une volonté de liberté, de progrès et de prospérité collective poursuivie dans le cadre du panafricanisme et de la renaissance africaine. Parmi les principaux chantiers, on compte l’introduction d’un passeport pour l’ensemble du continent et le retrait progressif et définitif des visas de déplacement entre les frontières des pays africains. Cette transformation est pharaonique et certains pays sont très en avance dans ce grand mouvement.

Afrique du Sud (Johannesburg)

Johannesburg

Johannesburg situé en Afrique du Sud, est actuellement une plateforme aérienne très compétitive qui offre la possibilité de rayonner sur l’Afrique australe et aussi l’Océan indien à des prix peu dispendieux. La capitale économique du pays arc-en-ciel, née des premiers pionniers européens chercheurs d’or, se réinvente en permanence et attire des diasporas créatives et technologiques de l’ensemble du continent. C’est un berceau de descendants Huguenots, mais aussi un trait d’union entre l’Afrique néerlandophone et anglophone. On y croise aussi une grande communauté de talents du Ghana et du Zimbabwe par exemple. Le coeur névralgique de l’ADN créatif de « Joburg » , comme ses habitants l’appellent, est incontestablement son Quartier de la Création : « Maboneng » transformé en véritable « Design District » qui rivalise comme ruche de création et d’inventivité avec de nombreux écosystèmes similaires à Dubaï (D3 : Dubai Design District) ou à Beyrouth (Beyrouth Design District).

Maboneng constitue le phare de la créativité et de la tolérance de Johannesburg où se côtoient artistes, inventeurs, touristes, designers dans le domaine de la mode ou des industries créatives. C’est un espace de vie qui devient très festif avec de nombreux espaces de danse, de convivialité et de restauration en fin de semaine et en soirée.

Après avoir découvert Johannesburg et ses quartiers insolites, Durban (à une heure de vol) vaut aussi le détour. Une ville littorale très accessible et nettement moins chère de Cap Town (Le Cap). C’est une ville balnéaire et verte en pleine émergence qui a bénéficié d’infrastructures sportives de haut niveau pour la Coupe du monde de football. Son jardin botanique est un lieu romantique de toutes les grâces. Ses grandes artères ouvrent la ville sur des collines de plantations d’une infinie beauté.

Maroc (Tanger)

Tanger

Tanger vise à devenir le Nouveau Barcelone de l’Afrique du nord, comme un exemple d’ouverture sur la mer et d’intégration du développement durable et de l’urbanisme de demain. Nouvelle porte d’entrée aérienne du royaume du Maroc, c’est aussi l’aéroport le plus compétitif et très nettement moins cher que Casablanca ou Marrakech. Le Port de Tanger est historiquement connu par son ouverture, depuis sa zone internationale et sa proximité avec l’Espagne. Les grottes d’Hercule rôdent à proximité de la ville pour matérialiser la séparation par le détroit de Gibraltar des deux continents : européen et africain. C’est une ville festive par exemple qui accueille de nouveaux hôtels et marques prestigieuses. Le grand intérêt de la ville est sa gare entouré d’un quartier des affaires qui développe le train le plus rapide de toute l’Afrique : Al Boraq, la ligne à haute vitesse relie Tanger aux grands villes du royaume en moins de deux heures. Selon la tradition islamique, Al Boraq fut un coursier fantastique venu du paradis pour transporter le prophète de l’islam, Mahomet, de La Mecque à Jérusalem. Bref, il n’y a aucun retard avec cette nouvelle compagnie de trains à grande vitesse et les billets peuvent s’acheter à l’avance sur internet à des prix très attractifs. C’est donc une base arrière idéale pour découvrir l’ensemble du Maroc et découvrir la grande hospitalité de ses habitants. Tanger offre un panorama sur le nord du Maroc et la beauté des villes dans les montagnes. A ne pas louper : Chefchaouen et Tétouan, les deux villes bleues classées à l’UNESCO. Le dialogue interculturel est valorisé à travers les communautés berbères mais aussi les familles juives très actives dans l’économie du royaume du Maroc.

Tanzanie (Zanzibar ou Dar-es-Salaam)

Zanzibar

Zanzibar est un mélange étonnant d’influences arabes, perses, africaines et anglophones. Pourtant, les relations avec la Francophonie sont très vivantes, d’abord avec une Association Franco-Zanzibarie qui délivre des cours et des séances de discussion en français mais aussi le grand Festival international de Zanzibar qui attirent de nombreux artistes francophones. Le mois de janvier est idéal pour découvrir cette frénésie artistique pendant les dates du festival qui attirent des visiteurs de la planète entière, d’Israël aux expatriés occidentaux des pays du Golfe.

Zanzibar est un archipel essentiellement anglophone avec une longue histoire maritime. C’est le charme de cette ancienne capitale du Sultanat d’Oman de pouvoir bénéficier encore de ses relations de cabotage avec de nombreux bateaux à la location qui permettent de découvrir les nombreux bancs de sable, l’île de la Prison où est aménagé une réserve de tortues centenaires. Le centre ville de l’île, appelé Stone Town est le meilleur point de chute pour découvrir l’histoire à pied et se perdre dans les rues qui libèrent l’âme multiculturelle de Zanzibar. C’est une terre de tolérance et on le sent dans l’état d’esprit des habitants. Il existe un bateau qui relie en quelques heures Zanzibar avec le continent : la partie continentale de la Tanzanie. L’aéroport de Dar-es-Salaam est quant à lui une plateforme aéroportuaire moins onéreuse que Zanzibar. Pour un budget économe, il est préférable d’atterrir à Dar-es-Salaam et ensuite pourquoi pas faire la traversée par voie maritime pour rejoindre Zanzibar.

Zambie (Livingstone)

Livingstone

Les chutes Victoria font rêver les voyageurs du monde entier, depuis les premières explorations du mission écossais Livingstone. Partagées entre les frontières du Zimbabwe et de la Zambie, les chutes peuvent s’observer depuis un pont qui relient les deux territoires. Il est préférable d’atterrir à l’aéroport de Livingstone, nettement moins cher que son concurrent situé de l’autre côté des chutes au Zimbabwe. C’est un lieu de verdure unique au monde, où vivent en harmonie la faune et la flore. Il existe une communion totale avec la nature. Des zèbres traversent les routes. D’autres animaux les rejoignent à partir de la nuit tombée.

A partir de 18 heures, les habitants hésitent à emprunter les routes et il est souvent difficile de trouver un chauffeur. C’est le charme de la brousse. La Zambie et sa capitale touristique : Livingstone disposent d’une grande variété d’hôtels et d’hébergements, y compris d’une communauté locale de Couchsurfers. Beaucoup de fondations oeuvrent au contact de la population locale et il est possible de trouver de nombreuses missions de volontariat. C’est un pays très pacifiste et ouvert aux étrangers. Il offre un panorama inédit sur le Zambèze, ce fleuve méconnu qui irrigue toute l’Afrique centrale. La vue en avion est souvent impressionnante, tant son débouché fluvial est vaste et sans limites.

Tunisie (Monastir)

Tunisie

A ne pas s’y tromper, la Tunisie est une perle multiculturelle de l’Afrique avec sa communauté juive très ancienne et sa proximité avec Malte. Même si Ryanair ou d’autres compagnies à bas prix ne sont pas encore autorisées, les compagnies aériennes locales proposent des prix de vols bas, notamment Tunisair et Nouvel Air, pendant toutes les saisons. Sur place, des hôtels de charme et des villes antiques sont à découvrir autour de ce périmètre qui fut longtemps un bastion rival de Rome. La Tunisie fut un grand grenier à blé qui assura pendant longtemps la grande indépendance de Carthage et de son réseau de cités marchandes sur la Méditerranée.

Aujourd’hui encore, des artistes tunisiens s’emparent de cette indépendance de créativité et d’action. Le pays est très en avance en matière d’art urbain et pictural. Le Président élu a même autorisé les jeunes à peindre sur les murs des oeuvres d’art avec des nuances de couleurs remarquables. Il existe un réel appétence pour les échanges et les passerelles créatives. La Tunisie et ses villes littorales méritent le détour. Monastir est un oasis de couleurs ouvert sur la Méditerranée. C’est la ville natale du père de la décolonisation du pays et elle est très bien reliée en train ou en transport collectif au Colisée d’El Jem, classé à l’Unesco, le plus grand colisée d’Afrique, aussi impressionnant de son homologue à Rome. La Tunisie joue un rôle de premier importance dans le dialogue méditerranéen. Grâce à sa proximité avec Malte et l’Italie, c’est aussi une plateforme de reconstruction dans le cadre de la reconstruction de la Libye.

D’autres destinations

D’autres destinations à découvrir, peut-être moins gay friendly que les cinq autres mentionnés sont à faire lors de votre prochaine visite dans l’un des continents les plus grands au monde. Parmi les coups de coeur, l’Égypte. Même si ce pays n’est pas considéré comme étant gay friendly, les pyramides, la culture égyptienne et l’histoire du pays méritent un détour. Si vous avez un projet pour visiter les pyramides, nous vous conseiller d’avoir un Visa Égypte. Sinon, il y a aussi le Kenya. Pour ses magnifiques paysages, ses safaris et la gastronomie, le Kenya s’inscrit parmi les plus beaux pays africains. Encore là, ce pays n’est pas ouvert à la communauté LGBT. Toutefois, si vous avez la chance de découvrir ce pays de plus de 51 millions d’habitants, nous vous conseillons également d’avoir un Evisa Kenya.

Dans tous les cas, l’Afrique propose de magnifiques destinations à faire absolument, certains sont plus ouverts que d’autres aux touristes homosexuels.