header image
standard-title Visite des temples d’Angkor Guide touristique sur les temples d'Angkor

Visite des temples d’Angkor

Guide touristique sur les temples d'Angkor
 id=

La ville antique d’Angkor est le patrimoine historique unique du Cambodge. Autrefois un million de villes et le plus grand centre d’Indochine, Angkor est aujourd’hui un immense musée de temples à ciel ouvert d’une superficie de 200 km². En se promenant dans Angkor, on crée involontairement le sentiment que de nombreux temples en pierre aux murs richement décorés semblent avoir grandi dans une jungle impénétrable. Les scientifiques luttent toujours contre les mystères de leur construction, mais la capitale de l’empire Khmer a soigneusement gardé ses secrets pendant des siècles. Comme à son apogée, Angkor continue d’attirer des personnes du monde entier comme un aimant. Et si les marchands avaient l’habitude de venir ici auparavant, ce sont aujourd’hui des voyageurs: il n’y a probablement pas un seul touriste qui a visité le Cambodge et n’a pas visité Angkor.

Siem Reap situé à moins de trente minutes des temples d’Angor, est la destination la plus gay friendly du Cambodge. Vous allez y découvrir une scène gay des plus intéressantes et une vie animée en soirée. Toutefois, les touristes qui se rendent à Siem Reap, c’est pour avant tout les temples. Si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur cette destination, nous vous invitons à consulter le guide gay de Siem Reap afin de mieux planifier votre prochain voyage.

Siem Reap

Siem Reap

Siem Reap est l’une des plus grandes villes du Cambodge. C’est une ville calme et accueillante, située sur les rives ombragées de la rivière du même nom. La plupart des touristes viennent à Siem Reap pour visiter Angkor, à seulement 5 km d’ici. Mais si, auparavant, Siem Reap était un lieu de sommeil paisible pour les voyageurs, la ville s’est développée et offre aux touristes un choix de nombreux hôtels et restaurants proposant une cuisine du monde entier. Le nom de Siem Reap signifie « Siam le vaincu ». La ville tire son nom de la défaite subie par les Khmers de la capitale siamoise (thaïlandaise) d’Ayutthaya au 17ème siècle.

Il y a peu d’attractions à Siem Reap. Une visite à Angkor sera intéressante pour coïncider avec une visite au musée national d’Angkor , qui renferme une magnifique collection d’objets de la ville antique, comprenant environ un millier d’images de Bouddha en bois, en pierre et en pierres précieuses.

Le quartier français est un lieu de promenade agréable, situé au bord de la rivière dans la partie sud de la ville. Au sud de celui-ci se trouve le vieux marché (Psar Chaa) . En plus de regarder les plateaux des commerçants, vous pouvez acheter ici des souvenirs intéressants, par exemple des «gravures» au crayon de temples sur du papier de riz, ils sont peu coûteux et très jolis au mur. Derrière le marché, au bord de la rivière, de nombreux vendeurs vendent des foulards en soie et des sarongs, du bois sculpté, de l’argent et bien plus encore.

Vous pouvez acheter des souvenirs de meilleure qualité dans les nombreuses boutiques des rues autour du marché, mais leurs prix seront plusieurs fois supérieurs à ceux du marché. En règle générale, les prix dans les magasins sont fixes, mais essayer de négocier en vaut toujours la peine.

Une soirée à Siem Reap peut être passée dans la rue bruyante de Pub Street avec ses nombreux restaurants, cafés et bars. Les amoureux de paix et de romance peuvent se promener le long de la rive sud de la rivière, à la périphérie sud de la ville. Les chauffeurs de taxi obsessionnels proposent souvent des visites touristiques à l’école d’art et à la fabrique de soie. Le but principal d’une telle excursion est de persuader les voyageurs d’acheter une photo ou un article en soie, à un prix beaucoup plus élevé que celui auquel vous pouvez acheter un article similaire sur le marché.

L’histoire

L'histoire des temples d'Angkor

Angkor est la capitale de l’empire khmer depuis plus de 600 ans, de 802 à 1432. Pendant ce temps, l’empire a connu des hauts et des bas, des guerres constantes avec ses voisins: le Vietnam, le Siam (Thaïlande) et la Birmanie (Myanmar).. Entre les guerres, les dirigeants dirigèrent leurs efforts vers la construction de nouveaux et nouveaux temples. Les temples que l’on peut voir aujourd’hui ne sont qu’une petite partie d’un immense empire puissant. C’est difficile à croire, mais à une époque où les capitales européennes étaient de petites localités et où, par exemple, pas plus de 40 000 personnes vivaient dans tout Paris, la population d’Angkor comptait presque un million d’habitants! La raison pour laquelle il ne restait que des temples de la millionième mégalopole est simple: seuls les « rois divins » et les prêtres ont été autorisés à vivre dans des bâtiments en pierre.

Jusqu’en 802, le Cambodge était une principauté disparate. Le roi Jayavarman II a réussi à unifier le pays en un seul empire. Il s’est déclaré le «roi divin» et a construit un immense temple au sommet de la colline Phnom Kulen, symbolisant la patrie de Shiva, sur le légendaire mont Meru, au centre de l’univers. C’est ainsi qu’a commencé la «course à la gloire» architecturale, qui nous a donné des beautés que nous pouvons admirer aujourd’hui.

Le roi Indravarman I (877-889) construisit un lac artificiel et un temple Pre-Ko. Le lac a servi de point de départ à un système d’irrigation qui a permis à Angkor de ne pas dépendre des aléas de la nature pour l’irrigation des terres. Le fils du roi, Yasovarman Ier (889-910) , poursuivit l’œuvre de son père en créant son propre temple de montagne, Phnom-Bakeng, dont les touristes admirent aujourd’hui le coucher de soleil sur Angkor Wat. Après la mort de Yasovarman I, la capitale s’est brièvement déplacée à Ko-Ker, une ville située à 80 km d’Angkor. Déjà en 944, Angkor redevint le centre du pouvoir des rois de Razhendravarman IV (944-968) , qui construisit Pre-Rup, et de Jayavarman V (968-1001) , qui créa les temples de Ta-Kéo et de Banteay-Srey.

Les plus grandes perles d’Angkor, les temples d’Angkor Vat et d’Angkor Tom, ont été construits à l’époque classique de la ville. Le premier roi de cette période, Suryavarman II (1112-1152) , fut capable de renforcer considérablement l’empire et de propager l’influence des Khmers dans les pays voisins. Contrairement aux autres rois, il ne vénérait pas Shiva, mais la divinité suprême Vishnu, à qui il voua le plus magnifique de tous les temples d’Angkor – Angkor Wat. À cette époque, de graves problèmes avaient déjà commencé à Angkor même: la ville était surpeuplée, il n’y avait pas assez d’eau, les terres environnantes étaient épuisées. La construction du temple a sapé l’économie de la capitale. En 1177, les habitants du royaume de Cham, les vassaux de l’empire khmer, se sont rebellés, ont capturé et détruit Angkor. Quatre ans plus tard, le roi Jayavarman VII (1181-1218)expulsé le cham. La ville fortifiée d’Angkor Thom a été construite sur le site du vieil Angkor. Jayavarman VII a construit de nombreux temples, dont Bayonne, un temple de montagne aux visages tournés dans toutes les directions. Jayavarman VII fut le premier roi du Cambodge, ne vénérait pas les dieux hindous, mais le Bouddha.

Après la mort de Jayavarman VII, l’empire est tombé en ruine, le bouddhisme a été oublié et de nombreuses statues bouddhistes ont été détruites. L’empire khmer n’a jamais été capable de retrouver son ancien pouvoir.

En 1351 et 1431, les Thaïlandais ont défait Angkor, emportant avec eux l’or et l’art. Le centre énergétique de l’Asie du Sud-Est s’est déplacé en Thaïlande. La capitale du Cambodge a été déplacée à Phnom Penh et Angkor a été abandonnée.

Dans les années 1860, le voyageur et botaniste français Henri Muo est tombé par hasard sur un monastère d’Angkor, alors sous contrôle thaïlandais. Des descriptions de temples majestueux dans la jungle du Cambodge sont apparues avant, cependant, qu’après la publication de l’ouverture d’Henri Muo, les yeux des Européens se sont tournés vers Angkor.

En 1907, Angkor fut renvoyé au Cambodge. Des voyageurs, des aventuriers, des archéologues, des historiens sont venus ici et Angkor est devenue progressivement l’une des principales attractions de l’Asie du Sud-Est. La restauration des temples était une tâche sérieuse. La plupart d’entre eux, à l’exception d’Angkor Vat, étaient envahis par la jungle, parfois à tel point qu’il était impossible de nettoyer le temple sans l’endommager. Une querelle a éclaté sur la question de savoir si les temples devaient être restaurés, si des ajouts tardifs, tels que des images bouddhistes dans des temples hindous, devaient être supprimés, etc. En 1920, il fut décidé de reconstruire les temples par la méthode de l’anastylose. L’idée de la méthode était que la restauration a été réalisée en utilisant uniquement les matériaux utilisés lors de la construction initiale, ainsi que pour préserver la structure originale des temples.

Des années 1930 aux années 1960, la plupart des temples ont été restaurés. Les Khmers rouges n’ont presque pas endommagé Angkor, mais les travaux de restauration ont été suspendus et la jungle a attaqué les temples avec une vigueur renouvelée. Après la chute du régime de Pol Pot, les travaux ont été poursuivis et, en 2003, l’UNESCO a estimé qu’il était possible de retirer Angkor de la liste du patrimoine culturel en péril.

Un petit dictionnaire pour mieux compréhension la description des temples

Dieux

  • Brahma est le chef des trois principaux dieux de la trinité hindoue, le «créateur».
  • Shiva est l’un des trois principaux dieux de la trinité hindoue, le « destructeur ».
  • Vishnu est l’un des trois principaux dieux de la trinité hindoue, le « protecteur ».
  • Krishna est la huitième réincarnation de Vishnou. Elle est généralement représentée en bleu, le plus souvent à la flûte.
  • Lakshmi est l’épouse de Vishnu, la déesse de la beauté et de la richesse.
  • Parvati est l’épouse de Shiva, elle est aussi Shakti ou Durga, la déesse du pouvoir.

Créatures mythiques

  • Asur est un démon.
  • Rakshas est un démon.
  • Les Yakshasa sont des habitants du monde souterrain.
  • Apsara est une nymphe céleste, une danseuse.
  • Devata est une demi-dame.
  • Nag est le serpent naga.
  • Garuda – mi-homme, mi-oreille. Mont Vishnu.

Termes architecturaux et géographiques

  • Banteay – forteresse ou fief.
  • La grange est un réservoir artificiel.
  • Boeng – le lac.
  • Gopur est une tour de porte dans la clôture de temple des temples hindous. Sert d’entrée au complexe du temple.
  • Linga (Lingam) est un symbole phallique qui ressemble à un cercle inachevé, à partir duquel une tige de pierre fait saillie verticalement – un symbole du dieu Shiva.
  • Phnom – une colline ou une montagne.
  • Prasat est une tour.
  • Preah est sacré.
  • Wat est un temple ou une pagode.

Temples d’Angkor

Temples d'Angkor

Les temples d’Angkor sont peut-être l’endroit le plus impressionnant de toute l’Asie du Sud-Est. Les anciens rois khmers n’épargnaient aucun moyen de surpasser leurs prédécesseurs et chaque temple ultérieur était plus grand, meilleur et plus élégant que le précédent.

Angkor Wat

Angkor Wat

Un magnifique temple d’Angkor Wat (Angkor Vat) . Le profil de ses clochers est presque devenu un symbole du Cambodge. Angkor Wat se compose de cinq tours de sanctuaire centrales, de trois galeries rectangulaires de hauteur croissante au centre, entourées d’un fossé d’eau large de 190 mètres de large, dont le profil général imite le bouton de lotus. De la porte d’entrée, du côté ouest, une allée avec une clôture décorée de serpents à sept têtes mène au Temple.

La première galerie, le mur extérieur au-dessus du fossé, a des colonnes carrées à l’extérieur et des murs fermés à l’intérieur. Le plafond entre les piliers de la façade extérieure est décoré de rosaces en forme de lotus et l’intérieur est décoré de figures de danseurs. Les bas-reliefs, sur les murs de trois galeries, représentent des scènes de divers récits mythologiques et d’événements historiques. Vous pouvez voir ici des scènes des batailles de Ramayana et du Mahabharata, l’image de l’armée de Suryavarman II, l’écume de l’océan par les démons et les dieux, la victoire de Vishnu sur des démons et des scènes de batailles mythiques diverses.

De la première galerie, une longue allée mène à la seconde. Vous pouvez monter la plate-forme sur les escaliers, décorés des deux côtés, avec des figures de lions. Les murs intérieurs de la deuxième galerie sont recouverts d’images d’asparas, jeunes filles célestes.

La troisième galerie s’étend sur cinq tours qui couronnent la terrasse la plus haute. Les escaliers très raides représentent la difficulté de monter au royaume des dieux. Sur les murs de cette galerie sont gravés des motifs de serpents dont les corps se terminent dans la gueule de lions.

Les pierres du Temple, lisses comme du marbre poli, ont été posées sans mortier cohésif. Le matériau de construction est du grès, livré depuis le mont Kulen, une carrière située à environ 40 km au nord-est. Presque toutes les surfaces, les colonnes et même les linteaux du toit sont taillés dans la pierre.

La Société indienne d’archéologie, entre 1986 et 1992, a effectué des travaux de restauration à Angkor. Le temple fait partie de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Angkor Thom

Angkor Thom

Angkor Thom est une grande ville entourée d’un haut mur de huit mètres. Chaque côté du mur mesure 3 km de long; un large fossé de 100 mètres rempli d’eau protège l’extérieur du mur. On pense que pendant l’apogée de l’empire, environ un million de personnes vivaient ici. Angkor Thom a été construit par le roi Jayavarman VII (1181-1218) après qu’il eut repris Angkor parmi les guerriers cham qui l’avaient capturé. On peut atteindre Angkor Thom par l’une des cinq grandes portes: un pont construit à travers le fossé mène à chaque porte. Il est préférable de passer par la plus belle porte sud. Sur le pont gardent la ville, 108 statues en pierre, le droit 54 Devatâ (divinité) , 54 à gauche Asura (démon) . Devatas et Asuras ont soutenu le naga à plusieurs têtes (serpent)- Symbole khmer de l’arc-en-ciel, un pont entre la terre et le ciel. Devant un certain nombre de statues se trouvent des nagas, dont sept têtes sont prêtes à verser du poison mortel. Au-dessus de la porte, quatre faces de pierre regardent dans des directions différentes.

Bayon

bayon

Bayon est un complexe de temples situé au centre d’Angkor Thom, construit en l’honneur de Jayavarman VII. Le temple a trois niveaux et est entouré de trois murs. La partie principale du décor du temple est une image de la vie quotidienne et de la vie quotidienne des Khmers. Il y a aussi un mur blanc de 4,5 mètres de haut, représentant des scènes de la victoire de Jayavarman VII sur les cham lors de la bataille du lac Tonlé Sap.

En 1925, le temple fut reconnu comme sanctuaire bouddhiste et, en 1928, grâce aux efforts de F. Stern et de J. Cedes, il fut correctement daté.

En 1933, on trouva dans la fondation une statue de Bouddha dont les traits du visage ressemblaient à ceux de Jayavarman VII et qui ont été profanés lors de la restauration des brahmanes (immédiatement après la mort de Jayavarman VII) . Il a été restauré et installé sur une terrasse à l’est du sud de Khleang.

Bapuon

Après avoir profité de la merveilleuse atmosphère de Bayonne, vous pourrez vous rendre au temple de Baphuon, situé à proximité . Pendant longtemps, seul un chantier de construction était visible ici. Il y a seulement deux ans, cet ancien temple hindou dédié à Shiva a été ouvert au public. Plusieurs décennies de travaux de restauration dans le temple ont été appelées « rassembler l’une des énigmes les plus difficiles » au monde.

Dans les temps anciens, le temple de Bapuon était l’un des plus beaux édifices d’Angkor. Cependant, au début des années 50, il était au bord de la destruction totale. Une équipe de restaurateurs, dirigée par des archéologues français, a décidé que le seul moyen de préserver le temple était de le démonter afin de renforcer les fondations, puis de remonter le bâtiment. Au début des années 60, le projet a été lancé et Bapuon a été démantelé. Pendant la déconstruction, les blocs du temple ont été transférés dans la jungle environnante, chaque bloc étant numéroté. Au milieu des années 1970, les Khmers rouges sont arrivés au pouvoir et les travaux ont été interrompus. Comme par la suite, les Khmers rouges ont détruit la documentation sur le démantèlement du temple et il n’y avait aucune information dans l’ordre dans lequel 300 000 blocs de pierre devaient être empilés. La tâche était la plus difficile – il n’y avait pas deux blocs identiques, chaque pierre ne pouvait se trouver qu’à sa place. Les architectes ne devaient compter que sur de nombreuses photographies et souvenirs d’ouvriers cambodgiens. Le travail a été compliqué par le fait que plus tard, au X-Xe siècles, une statue de Bouddha inachevée de 60 mètres a été sculptée dans le mur du deuxième niveau, violant ainsi le style unifié du temple. D’une manière ou d’une autre, aujourd’hui, le puzzle géant est assemblé et les principaux travaux sur le temple sont terminés. Certes, il y avait encore des travaux de finition, une partie du temple est toujours recouverte d’échafaudages, ce qui l’empêche de photographier. aujourd’hui, le puzzle géant est assemblé et les principaux travaux sur le temple sont terminés. Certes, il y avait encore des travaux de finition, une partie du temple est toujours recouverte d’échafaudages, ce qui l’empêche de photographier. aujourd’hui, le puzzle géant est assemblé et les principaux travaux sur le temple sont terminés. Certes, il y avait encore des travaux de finition, une partie du temple est toujours recouverte d’échafaudages, ce qui l’empêche de photographier.

Un escalier raide avec des marches très hautes mène au sommet du temple. Si vous décidez de monter, faites-le soigneusement.

Terrasse des éléphants

Au nord de Bapuona se trouve la célèbre terrasse des éléphants., un mur épais de 320 mètres de long, le long duquel sont sculptées des images d’éléphants, de lions et de garud – mythiques mi-hommes, mi-oiseaux. Vous pouvez escalader le mur et aller au sommet ou regarder les images ci-dessous. Il est préférable, si le temps le permet, de faire les deux. Les images de l’intérieur du mur, visibles uniquement d’en haut, ne sont pas moins intéressantes. À une certaine époque, la terrasse servait de plate-forme à partir de laquelle le roi et le public invité pouvaient assister aux cérémonies officielles et procéder à un examen des troupes. Sur la terrasse se trouvaient également des traces de pavillons dans lesquels le roi pouvait recevoir des délégations. Cinq entrées massives en arc du côté de la place royale mènent à la terrasse: trois dans la partie centrale et une de chaque extrémité. Les terrasses orientales et occidentales sont décorées de bas-reliefs et de statues de garud et de lions, elles soutiennent la terrasse à la manière des Atlantes. À Angkor Vat, sur un bas-relief du ciel et de l’enfer, les mêmes personnages soutiennent des palais célestes. Les côtés nord et sud sont décorés de bas-reliefs d’éléphants avec chauffeurs, réalisés en taille réelle. Un petit Bouddha gravé sur le mur de la section centrale confirme que la terrasse est l’œuvre du roi bouddhiste Jayavarman VII. L’escalier central est décoré de la même manière que les portes d’Angkor Thom: trois têtes d’éléphants dont les troncs forment des piliers sont couronnées de lotus. La terrasse des éléphants a un relief inhabituel: quelque part, les personnages dépassent un peu en avant, et quelque part très fortement. A certains endroits, les troncs forment des colonnes, les vestiges d’escaliers sont conservés. C’est un spectacle impressionnant, il n’y a qu’un seul problème – beaucoup de touristes qui cliquent sur des caméras. Les côtés nord et sud sont décorés de bas-reliefs d’éléphants avec chauffeurs, réalisés en taille réelle. Un petit Bouddha gravé sur le mur de la section centrale confirme que la terrasse est l’œuvre du roi bouddhiste Jayavarman VII. L’escalier central est décoré de la même manière que les portes d’Angkor Thom: trois têtes d’éléphants dont les troncs forment des piliers sont couronnées de lotus. La terrasse des éléphants a un relief inhabituel: quelque part, les personnages dépassent un peu en avant, et quelque part très fortement. A certains endroits, les troncs forment des colonnes, les vestiges d’escaliers sont conservés. C’est un spectacle impressionnant, il n’y a qu’un seul problème – beaucoup de touristes qui cliquent sur des caméras. Les côtés nord et sud sont décorés de bas-reliefs d’éléphants avec chauffeurs, réalisés en taille réelle. Un petit Bouddha gravé sur le mur de la section centrale confirme que la terrasse est l’œuvre du roi bouddhiste Jayavarman VII. L’escalier central est décoré de la même manière que les portes d’Angkor Thom: trois têtes d’éléphants dont les troncs forment des piliers sont couronnées de lotus. La terrasse des éléphants a un relief inhabituel: quelque part, les personnages dépassent un peu en avant, et quelque part très fortement. A certains endroits, les troncs forment des colonnes, les vestiges d’escaliers sont conservés. C’est un spectacle impressionnant, il n’y a qu’un seul problème – beaucoup de touristes qui cliquent sur des caméras. L’escalier central est décoré de la même manière que les portes d’Angkor Thom: trois têtes d’éléphants dont les troncs forment des piliers sont couronnées de lotus. La terrasse des éléphants a un relief inhabituel: quelque part, les personnages dépassent un peu en avant, et quelque part très fortement. A certains endroits, les troncs forment des colonnes, les vestiges d’escaliers sont conservés. C’est un spectacle impressionnant, il n’y a qu’un seul problème – beaucoup de touristes qui cliquent sur des caméras. L’escalier central est décoré de la même manière que les portes d’Angkor Thom: trois têtes d’éléphants dont les troncs forment des piliers sont couronnées de lotus. La terrasse des éléphants a un relief inhabituel: quelque part, les personnages dépassent un peu en avant, et quelque part très fortement. A certains endroits, les troncs forment des colonnes, les vestiges d’escaliers sont conservés. C’est un spectacle impressionnant, il n’y a qu’un seul problème – beaucoup de touristes qui cliquent sur des caméras.

Terrasse du roi lépreux

Un peu plus au nord se trouve une autre terrasse – Terrace of Leper King – une plate-forme de sept mètres de haut et de 25 mètres de long. La terrasse fait partie de la place royale. Sur les trois côtés extérieurs de la terrasse, sur plusieurs rangées, se trouvent des images sculptées de dieux, de démons, de naga mythiques et des habitants de la mer profonde. Les meilleures images sont du côté est (avant) de la terrasse. Au sommet se trouve une figure en pierre représentant un homme entouré de guerriers sur quatre côtés, qui a donné son nom à la terrasse. Il existe plusieurs versions de qui est représenté sur la statue et pourquoi c’est un lépreux. Un à un, ce nom a été donné à la terrasse en raison des taches de lichen recouvrant la statue. Selon un autre, l’idée de la lèpre était inspirée par de nombreux jetons sur le visage de la statue(Sur la copie qui existe aujourd’hui, ils ne le sont pas, l’original est conservé au musée de Phnom Penh) . Il existe une théorie selon laquelle la statue représente l’un des deux rois cambodgiens atteints de la lèpre. Cependant, les Khmers n’ont jamais dépeint de rois sans vêtements. La version la plus commune est que la statue représente le dieu de la mort Yama, la terrasse a été utilisée pour la crémation de membres de la famille royale ou que la statue symbolise les habitants du royaume souterrain des Yakshasa.

Tep Pranam

À l’intérieur d’Angkor Thom, il y a également plusieurs petits temples et chapelles. Parmi ceux-ci, Tep Pranam est intéressant – une grande terrasse ouverte en forme de croix avec la statue d’un immense Bouddha assis sur un lotus dans la pose de « l’appel de la terre en tant que témoin » faite de blocs de pierre. La statue atteint une hauteur de 6 mètres et est située sur un piédestal rayé de 1 mètre de haut. Construite à partir de pierres précédemment utilisées, la statue a un aspect grossièrement fini, la tête du Bouddha «couronnée de flammes» fait clairement référence à une période plus tardive. La statue elle-même date du 16ème siècle et a été restaurée en 1950. A proximité se trouve une autre statue restaurée d’un Bouddha debout dans la rare pose « aucune peur ». A proximité se trouve un petit monastère où vivent des religieuses bouddhistes.

Prea Pallilai

Ce petit sanctuaire bouddhiste situé dans la forêt au nord de la terrasse du roi lépreux à Angkor Thom est suffisamment attrayant pour lui donner un peu d’attention lors de la visite d’autres monuments situés du côté ouest de King’s Square. Il est intéressant de noter que, sur une porte, vous pouvez trouver le dieu hindou Indra sur son éléphant à trois têtes, Ayrawat, et sur d’autres – «la tentation de Mara avec son armée de démons», attaquant le Bouddha, qui lui-même n’a pas survécu. Ce quartier est assez inhabituel pour les Khmers – on suppose que les images bouddhistes de Preah Pallilayont réussi à éviter la destruction par les hindous convaincus, les successeurs de Jayavarman VII, en raison de leur proximité avec le Tep Pranas et le monastère de Saugatashram, dont le statut officiel et la proximité du palais royal auraient pu sauver de précieuses images et les immuniser.

Phnom Bakeng

Quittez Angkor Thom par la porte sud. Quelques centaines de mètres plus loin se trouve la colline de Phnom Bakheng , haute de 67 mètres , avec la construction du temple au sommet de laquelle a commencé tout le bâtiment d’Angkor. Des foules de touristes se sont rassemblés ici au coucher du soleil pour photographier Angkor Wat au soleil couchant. La vue est restée la même, mais au coucher du soleil, il n’est pas autorisé plus de 300 personnes à monter, alors si vous voulez profiter du coucher de soleil d’en haut, arrivez tôt. L’escalier menant au sommet est fermé pour des réparations, vous pouvez monter le chemin sinueux sur le côté sud de la colline. Pour 15 $, vous pouvez grimper au sommet sur un éléphant, mais vous devez généralement réserver une place à l’avance.

Ta Keo

La construction de Ta Keo a été commencée en 975 par Jayavarman V (968-1001) . C’est le premier temple de grès d’Angkor. Le temple est dédié à Shiva. Pour des raisons inconnues, probablement à cause de la mort du roi, il resta inachevé et sans décor. Il semble qu’il se soit échappé de la grotte souterraine en repoussant la jungle qui l’entourait. On sait que le temple s’appelait à l’origine Hemasringagiri – « montagne des pics d’or », peut-être que le temple prasaty (tour) devait être recouvert d’or. Ta-Kéo est un nom moderne qui signifie « tour de cristal ».

Selon la tradition, les principaux temples ont été construits au centre de la ville royale. Jayavarman V a violé la tradition en construisant Ta-Kéo non pas au centre de sa capitale, mais au nord, à l’est de Baray. Le temple est relié à un bar (étang) par une passerelle à deux rangées de colonnes. Le temple lui-même est une pyramide rectangulaire de 22 mètres. Conçu comme l’incarnation des cinq sommets du mont Meru, Ta-Kéo possède cinq prasats situés au centre de son étage principal et est entouré par le fossé à présent asséché, symbole de l’océan.

Au premier niveau, sur une base haute, il y a une clôture de 120 x 105 mètres et un mur blanc avec des gopuras axiaux (tours de porte) , dont la principale est orientée vers l’est. Deux bâtiments rectangulaires sont précédés de portiques parallèles au mur est.

Le deuxième niveau atteint une hauteur de 5,6 mètres. Il y a une galerie continue de 79 x 73 mètres avec une fausse voûte en briques, des stores enlevés par des fenêtres vierges de l’extérieur et des fenêtres ouvertes avec des colonnes de l’extérieur. Les Gopurs sont encastrés dans les murs avec des tours d’angle. Il est impossible d’entrer dans la galerie, formée d’anciens bâtiments rectangulaires plus anciens, ce qui témoigne de sa vocation purement symbolique. À l’intérieur de la clôture, deux bâtiments rectangulaires sont situés le long du mur est, deux «bibliothèques» sont situées sur les côtés de l’allée. Pour faire de la place à ces bâtiments, le côté est de la terrasse était plus large que tous les autres. Les bibliothèques ont une structure intéressante: à l’intérieur, elles n’ont qu’une pièce, mais à l’extérieur, grâce à deux arches semi-cylindriques abaissées, reposant sur les murs autour du périmètre, une ressemblance d’une nef et de deux bas-côtés est formée. Comparé à d’autres temples richement décorés d’Angkor, Ta-Kéo a l’air spartiate, mais cela n’enlève rien à son atmosphère unique. Des marches mènent au sommet de la pyramide du temple. Chaque marche a une hauteur d’environ 40 cm et une largeur d’environ 10 cm, de sorte que la jambe ne peut être placée que latéralement, en s’accrochant aux marches supérieures. Et si 22 mètres – la montée n’est pas pour les faibles de cœur, mais nous vous conseillons fortement de monter. On ne sait pas si les Cambodgiens ont choisi des nœuds d’énergie pour construire leurs temples, mais le sentiment d’atmosphère incroyable et de proximité du ciel est indescriptible ici. À un moment donné, il devient difficile de savoir s’il est nécessaire de redescendre d’ici au sol … Des marches mènent au sommet de la pyramide du temple. Chaque marche a une hauteur d’environ 40 cm et une largeur d’environ 10 cm, de sorte que la jambe ne peut être placée que latéralement, en s’accrochant aux marches supérieures. Et si 22 mètres – la montée n’est pas pour les faibles de cœur, mais nous vous recommandons fortement de monter. On ne sait pas si les Cambodgiens ont choisi des nœuds d’énergie pour construire leurs temples, mais le sentiment d’atmosphère incroyable et de proximité du ciel est indescriptible ici. À un moment donné, il devient difficile de savoir s’il est nécessaire de redescendre d’ici au sol … Des marches mènent au sommet de la pyramide du temple. Chaque marche a une hauteur d’environ 40 cm et une largeur d’environ 10 cm, de sorte que la jambe ne peut être placée que latéralement, en s’accrochant aux marches supérieures. Et si 22 mètres – la montée n’est pas pour les faibles de cœur, mais nous vous recommandons fortement de monter. On ne sait pas si les Cambodgiens ont choisi des nœuds d’énergie pour construire leurs temples, mais le sentiment d’atmosphère incroyable et de proximité du ciel est indescriptible ici. À un moment donné, il devient difficile de savoir s’il est nécessaire de redescendre d’ici au sol … si les Cambodgiens ont choisi des nœuds d’énergie pour construire leurs temples, mais le sentiment d’une atmosphère incroyable et de la proximité du ciel est indescriptible ici. À un moment donné, il devient difficile de savoir s’il est nécessaire de redescendre d’ici au sol … si les Cambodgiens ont choisi des nœuds d’énergie pour construire leurs temples, mais le sentiment d’une atmosphère incroyable et de la proximité du ciel est indescriptible ici. À un moment donné, il devient difficile de savoir s’il est nécessaire de redescendre d’ici au sol …

Ta Prom

Kipling a décrit un temple abandonné en Inde, mais cette description est tout simplement parfait pour le temple Ta Prohm (Ta Prohm) – un immense temple-monastère, plongé dans la jungle. De tous les temples d’Angkor, Ta Prohm est le plus poétique, avec l’atmosphère la plus étonnante créée par des arbres gigantesques, des murs bouclés, poussant à travers des pierres et suspendus au-dessus des tours. Au fil des siècles, les racines et les murs ont poussé à un point tel qu’il est impossible d’enlever les arbres pour éviter l’effondrement des bâtiments. Ta-Prom a été construit au XIIe siècle par le roi Jayavarman VII en tant que temple bouddhiste. Le territoire de Ta-Prom est très vaste, tout comme celui d’Angkor Vat, mais l’architecture du temple est complètement différente de celle des autres temples d’Angkor. Il consiste en une chaîne de bâtiments d’un seul étage interconnectés par des passerelles et des galeries. En fait, ce temple-monastère est une série de galeries concentriques avec des tours et de nombreux bâtiments supplémentaires entourés de puissants murs. De diverses sources, il est connu.

De nombreuses allées sont défoncées et inaccessibles. Ta-Prom est également unique en ce sens qu’il existe de nombreuses inscriptions anciennes gravées sur des pierres – plus que dans n’importe quel autre temple d’Angkor. Il est écrit sur une stèle de pierre, qui se trouve maintenant au Musée national d’Angkor, que, dans le meilleur des cas, le temple possédait 3 140 villages, il employait 79 365 personnes, dont 18 grands prêtres, 2 800 greffiers et 615 danseurs. À l’intérieur du temple, plus de 12 000 personnes vivaient en permanence. Aujourd’hui, à la place de la forêt entourant le temple, il y avait une grande ville vibrante et de nombreux trésors étaient conservés dans les trésors du temple. Maintenant, tout cela est difficile à croire, car la plupart des bâtiments ont été transformés en ruines. Les pierres et les arbres sont si étroitement liés, formant un ensemble commun, que vous commencez parfois à douter que ce complexe serve de base – une pierre ou un arbre.(Ceibapentandra) se distingue par d’épaisses racines brun pâle à structure nouée. Ce qui est plus petit est un figuier étrangleur (Ficus gibbosa) avec un grand nombre de racines minces, lisses et grises. Habituellement, la graine d’un arbre tombe dans une fissure dans la maçonnerie du bâtiment et les racines poussent jusqu’au sol. Les racines font leur chemin entre la maçonnerie et, devenant plus épaisses, deviennent le cadre du bâtiment. Lorsqu’un arbre meurt ou tombe lors d’un orage, le bâtiment s’effondre.
L’ École française d’Extrême-Orient , chargée de la restauration d’Angkor, a décidé de laisser ce temple dans son « état naturel » pour montrer à quoi ressemblait la plupart des temples d’Angkor lors de leur inauguration au XIXe siècle. Néanmoins, Ta-Prom a dû être nettoyé à fond de la jungle pour éviter de nouvelles destructions et rendre possible la visite du temple. Pour voir le temple vraiment conquis par la jungle, visitez le temple Beng Mealea .

L’un des mystères intéressants de Ta-Prom est l’image d’un stegosaurus gravé sur le mur, auquel des guides aiment mener. Peu de gens savent qu’il existe une autre image d’un dinosaure, il est presque impossible de la trouver sans guide et seuls des guides expérimentés peuvent la montrer. Personne ne peut expliquer où les anciens Khmers pouvaient voir le dinosaure et comment il était apparu sur le mur. Le lieu le plus populaire parmi les touristes à Ta Prom est une cour avec des racines de figuier, où le film « Lara Croft: Tomb Raider » a été tourné. À ce stade, le personnage principal cueille une fleur de jasmin et tombe dans le sol. Il serait idéal de faire le tour de Ta Prom quand il n’ya pas une masse dense de touristes autour. Malheureusement, c’est presque impossible. La seule chance est de venir ici tout de suite à l’aube et d’être le premier ou d’être ici juste avant de fermer, alors que la plupart des touristes sont occupés à regarder le coucher de soleil.

Preah Kan

Preah Khan , l’un des projets les plus importants de Jayavarman VII , était bien plus qu’un temple: c’était une université bouddhiste avec plus d’un millier d’enseignants, entourée d’une grande ville. Comme à Ta Prohm, une stèle contenant des informations sur le temple a été découverte ici: des inscriptions révèlent l’histoire de sa fondation et de son but. Le palais royal de Yasovarman II se trouvait auparavant sur ce site et l’inscription sur la stèle à propos du « lac de sang » nous rappelle que le temple a été construit sur le site d’une bataille majeure avec les Cham, ce qui a empêché la capture d’Angkor – dans cette bataille, le roi des Cham fut tué. La ville a été nommée Nagar Jayasri en l’honneur du roi Jayasri, qui est devenu célèbre dans cette bataille (en sanscrit, nagara signifie «ville») , et le nom moderne Preah Kan – «L’épée sacrée» – est une traduction du nom de Jayasri en sanscrit.

Si Ta-Prom était dédié à la mère de Jayavarman VII, alors Prea-Kan cinq ans plus tard, en 1191, était dédié au père du roi, Dharanin-dravarman. Une statue du bodhisattva Lokeshwar a été créée à partir de lui. Dans d’autres chapelles de la ville se trouvaient 430 divinités mineures. Un pont naga suit l’allée d’entrée avec des piliers, exactement les mêmes que celui qui traverse le fossé d’Angkor Thom – les corps de deux serpents naga géants de part et d’autre du barrage sont retenus par une série de devatas (demi-dieux) à gauche et d’asuras (démons)à droite Malheureusement, l’emplacement relativement éloigné du temple a permis aux chasseurs de valeur de voler la tête. En général, ce genre de figures géantes ressemble à la célèbre scène sur le bas-relief d’Angkor Vat “Whipping the Milk Ocean”. Comme à Angkor Thom, les nagis nous font traverser le fossé – il est probable qu’ils symbolisent ici le pont entre le monde des hommes et celui des dieux.

La tour est de la clôture extérieure a trois entrées, l’entrée centrale est la plus grande, une charrette pourrait la traverser. Sur les murs, de magnifiques statues de pierre de garudas géantes, tenues entre leurs mains par la queue du serpent Naga, son ennemi traditionnel. Ces chiffres de 5 mètres sont situés à des intervalles de 50 mètres sur tout le périmètre du quatrième environnement – il y en a 72 au total, les plus grandes garudas sont situées dans les coins. La troisième clôture, le gopur, est la plus grande d’Angkor. Devant elle se trouve une grande terrasse cruciforme avec des balustrades de naga et de lions. À droite, se trouve la soi-disant Maison de feu, une des 121 chapelles construites par Jayavarman VII le long des routes principales de l’empire. Toutes les chapelles sont construites de la même manière, orientées d’ouest en est, avec des tours sur les sorties ouest et des fenêtres uniquement vers le sud. De leurs noms sur la gravure, vous pouvez comprendre qu’ils étaient liés à des arches avec une flamme sacrée et qu’ils auraient pu servir de points de transbordement lors d’un voyage rituel. Le Gopur de la troisième clôture est décoré plus riche que tout. Ses trois tours largement espacées et ses petits pavillons aux deux extrémités sont reliés par des galeries avec des colonnes sur les côtés extérieurs. La longueur du gopura est de 100 mètres, il y a cinq entrées au total, ainsi qu’une galerie sur le côté gauche. Deux gardes démons gardaient l’entrée. Aujourd’hui, il ne reste plus que l’un d’entre eux. Seul le piédestal survivant rappelle le second. Entre les tours centrale et sud, poussent deux arbres magnifiques et gigantesques dont les troncs forment un angle. Les arbres sont très vieux, ils risquent de tomber et d’endommager sérieusement la maçonnerie. Le Gopur de la troisième clôture est décoré plus riche que tout. Ses trois tours largement espacées et ses petits pavillons aux deux extrémités sont reliés par des galeries avec des colonnes sur les côtés extérieurs. La longueur du gopura est de 100 mètres, il y a cinq entrées au total, ainsi qu’une galerie sur le côté gauche. Deux gardes démons gardaient l’entrée. Aujourd’hui, il ne reste plus que l’un d’entre eux. Seul le piédestal survivant rappelle le second. Entre les tours centrale et sud, poussent deux arbres magnifiques et gigantesques dont les troncs forment un angle. Les arbres sont très vieux, ils risquent de tomber et d’endommager sérieusement la maçonnerie. Le Gopur de la troisième clôture est décoré plus riche que tout. Ses trois tours largement espacées et ses petits pavillons aux deux extrémités sont reliés par des galeries avec des colonnes sur les côtés extérieurs. La longueur du gopura est de 100 mètres, il y a cinq entrées au total, ainsi qu’une galerie sur le côté gauche. Deux gardes démons gardaient l’entrée. Aujourd’hui, il ne reste plus que l’un d’entre eux. Seul le piédestal survivant rappelle le second. Entre les tours centrale et sud, poussent deux arbres magnifiques et gigantesques dont les troncs forment un angle. Les arbres sont très vieux, ils risquent de tomber et d’endommager sérieusement la maçonnerie. aujourd’hui, il n’en reste plus qu’un, seul le piédestal survivant rappelle le deuxième. Entre les tours centrale et sud, poussent deux arbres magnifiques et gigantesques dont les troncs forment un angle. Les arbres sont très vieux, ils risquent de tomber et d’endommager sérieusement la maçonnerie. aujourd’hui, il n’en reste plus qu’un, seul le piédestal survivant rappelle le deuxième. Entre les tours centrale et sud, poussent deux arbres magnifiques et gigantesques dont les troncs forment un angle. Les arbres sont très vieux, ils risquent de tomber et d’endommager sérieusement la maçonnerie.

Immédiatement après le gopur, comme dans Ta-Prom, il y a un grand bâtiment – la salle des danseurs (maintenant sans toit) . Le bâtiment se compose de quatre petites cours, chacune entourée de 24 colonnes, et forment ensemble une galerie. La structure tire son nom des bas-reliefs d’aspars gravés dans la danse. Faites attention aux niches vides sur les bas-reliefs des danseurs. À une certaine époque, des statues de bouddhas sculptées se trouvaient là, elles ont été détruites sous le règne de Jayavarman VIII, le restaurateur de l’hindouisme, avec des milliers d’autres à travers Angkor. À l’intérieur des galeries de la deuxième barrière, laissez vos yeux s’habituer à l’obscurité et admirez les gracieuses garudas sculptées. Dans le hall à l’ouest du sanctuaire se trouve le Lingas, symbole de Shiva, établi ici probablement dans la deuxième moitié du XIIIe siècle.

Immédiatement après le gopur de la deuxième barrière, il y a un petit temple Vishnu avec un long socle à l’entrée est. Sur le piédestal, il y a des trous pour trois statues et un nez pour effectuer le rituel de l’eau bénite, comme dans un linga. L’inscription sur le montant de la porte indique que les statues manquantes représentaient Rama, Lakshmana et Sita, et que des sculptures ornent la surface latérale de la même porte. Sur le fronton occidental se trouve une scène dans laquelle Krishna soulève le mont Govardhana. Ensuite, trois petits temples rectangulaires entourent le temple du Bouddha: le nord est dédié à Shiva, le sud aux rois et reines morts et le occidental à Vishnu.

Comme d’habitude, le sanctuaire central est déplacé vers l’ouest. Les murs intérieurs sont parsemés de petits trous qui ont servi à fixer les plaques de parement en bronze. Les inscriptions gravées du temple affirment que plus de 1 500 tonnes ont été utilisées. Au centre se trouve un petit stupa, ajouté approximativement au 16ème siècle. Le matin, sous un certain angle, vous pouvez réaliser l’illusion que le sommet du stupa est aveuglant. Initialement, il y avait une statue faite par le père de Jayavarman VII – Jayavarmashvar, il a probablement été détruit par Jayavarman VIII lors de la restauration de l’hindouisme à Angkor. Comme à Ta Prohm, de grands arbres poussent ici directement sur les murs, il est impossible de les enlever sans endommager la maçonnerie. Cependant, Preah Kan est nettement plus débarrassé de la jungle que Ta Prohm.

Neak Pean

À 2,5 km à l’est, un chemin étroit mène au temple de Neak Pean , traduit par «serpents courbés». Il a été construit par le même Jayavarman VII au XIIe siècle. Ce monument architectural inhabituel, de petite taille selon les normes d’Angkor, avec un agencement en forme de croix d’étangs et une tour de sanctuaire sur une île ronde au milieu est très symbolique. La base de ce bâtiment, en forme de pétales de lotus, donne l’impression que c’est une énorme fleur qui a fait surface: elle ne peut cependant être vue que pendant une courte période – pendant la saison des pluies, lorsque les bassins sont remplis d’eau. A cette époque, le temple se reflète dans l’eau et ne ressemble à aucun autre. Neak Pean est sans aucun doute l’une des perles de l’art khmer.

À l’intérieur des marches de l’étang central se trouvent quatre chapelles identiques. Ils ont servi à nettoyer les pèlerins qui, comme on peut en juger par les bas-reliefs des pignons, sont venus ici dans l’espoir d’être guéris des maladies ou des malheurs. Les bas-reliefs sur les murs des chapelles représentent des scènes où la divinité – le sauveur d’Avalokiteshvar – se tient au centre: d’un côté, un patient faible rampe difficilement sur le sol et de l’autre, la même personne se redresse et retrouve la capacité de marcher. Dans le sud, vous trouverez sans aucun doute un certain nombre de lingas (symboles de Shiva) faisant partie des «mille lingas» décrits dans les inscriptions de Preah-Kan.

À l’est, le groupe de sculpteurs, malheureusement très endommagé, est un cheval transportant de petits hommes pendants. Cette image est liée à une légende tirée du texte sanscrit: le marchand Simkhala, accompagné de ses camarades, est parti à la recherche de pierres précieuses. Son navire a été submergé par une terrible tempête au large de Tamradvipa (île de Ceylan) et les marchands sont devenus la proie de terribles cannibales qui ont menacé de les manger. Et ensuite, le bodhisattva Avalokiteshvara s’est transformé en cheval, s’est retrouvé sur une île, puis a pris l’air et a emmené les marchands vers le Bouddha, le sauvant de la mort.

Oriental Mebon

L’énorme Baray oriental (réservoir) qui entoure le Mebon oriental (le Mebon oriental) est maintenant asséché. Le réservoir a été construit par le roi Yasovarman I près de cinquante ans plus tôt que le temple pour alimenter régulièrement en eau la nouvelle ville de Yasodharapura. Il mesurait 7,5 km de long et 1830 mètres de large. Que des stèles avec des versets gravés en sanscrit soient installées à chaque coin de la grange, elles proclament la protection du Gange, déesse du fleuve sacré, le Gange en Inde. La grange était remplie d’eau de la rivière Roluos, située à proximité. Une méthode de construction peu conventionnelle est intéressante – le réservoir n’a pas été creusé dans le sol, mais des murs ont été coulés – il s’est avéré qu’il s’agissait d’un immense « bassin ».

Le roi Rajendraharman a décidé de construire un temple sur l’île. Oriental Mebon n’est pas vraiment un « temple de montagne », malgré ses similitudes. La visibilité de la hauteur provient du fait que l’eau a quitté le réservoir qui l’entourait auparavant, exposant une base puissante de cinq mètres. Le temple se termine par une plate-forme plutôt modeste à cinq tours. Deux à deux, autour de l’environnement, il y a huit petites tours de briques avec des salons intéressants avec des ornements en feuilles et des colonnes de pierre octogonales. Construit par l’architecte du roi Kawindraramathan (seuls les Khmers nous ont laissé les noms de leurs architectes), la divinité principale du temple – Rajendreshvara a été consacrée le vendredi 28 janvier 953 vers 11 heures, comme en témoigne l’inscription correspondante. Depuis que le temple se trouvait sur l’île, il n’y avait pas besoin de clôtures, de fossés et de passages le long des barrages. Au lieu de cela, quatre piliers ont été construits sur les fondations des points cardinaux. L’environnement extérieur, de 108 x 104 mètres, est entouré d’un mur avec une encoche au milieu de chaque côté afin de laisser un espace suffisant entre les marinas et les quatre gopuras. La clôture est entourée d’une série de longues galeries. Le niveau suivant de clôture interne est une terrasse en latérite de 2,4 mètres. Ses murs bas ont également des découpes, donnant une place pour le gopur du nord, de l’est et du sud. Dans un espace ouvert entre la paroi intérieure de l’environnement et la plate-forme centrale, ils se tiennent deux par deux, sur les points cardinaux, huit petites tours de briques et cinq bâtiments en latérite – trois orientés à l’ouest et deux orientés à l’est. La plate-forme centrale, haute de 3 mètres, est bordée de grès et porte des tours de sanctuaires en briques orientées vers l’est. Comme d’habitude, la tour centrale est plus grande que les autres et repose sur une plate-forme de deux mètres.

Au-delà du gopura oriental de latérite et de pierre, les vestiges de nombreuses galeries sont conservés des deux côtés. La galerie est mieux préservée du côté sud. Toutes les galeries ont été construites en latérite avec des fenêtres protégées par une balustrade et des toits de tuiles. Sur la prochaine terrasse dans les angles, deux éléphants regardent vers l’extérieur – ils sont en pierre monolithique. Huit éléphants presque identiques sont immédiatement derrière les murs, aux coins des deux barrières. Pour y accéder, vous devez monter les escaliers menant au gopur du cercle intérieur, tourner à gauche le long du rebord jusqu’à la porte et longer l’éléphant dans le coin sud-est.

Les bâtiments du côté est ont tous les signes de «bibliothèques» – cela se voit par leur position dans les angles, leur orientation vers l’ouest et leur taille. On dirait qu’ils avaient à l’origine des voûtes en briques. Les montants occidentaux des portes du bâtiment dans le coin nord-est sont décorés de deux éléphants qui arrosent Lakshmi de l’eau de leurs troncs. Narasimha, l’avatar de Vishnu en forme de lion déchirant le roi des asuras se trouve sur le linteau de la porte orientale du gopura occidental. Les linteaux et les fausses portes au nord, à l’ouest et au sud sont particulièrement intéressants dans les tours. Sur la tour centrale, le linteau oriental représente Indra sur l’éléphant à trois têtes Ayrawat et sur l’ouest Varun, le gardien de l’Ouest, ainsi que des personnages tenant des lotus. Le linteau sud représente le dieu de la mort Yama sur un buffle. Sur la tour sud-est, où se trouve la statue de Brahma, sur le linteau nord, le monstre dévore un éléphant. Ganesha est représenté à l’extrémité est de la tour nord-ouest. Non loin d’Oriental Mebon, le temple Pre-Rup lui ressemble. La construction elle-même n’est pas très intéressante, mais elle offre une vue magnifique depuis son sommet, c’est un endroit idéal pour regarder le coucher du soleil.

Le groupe de temples Rulos

Le complexe de Rulos est situé au sud-est du complexe principal d’Angkor. Des siècles avant Angkor, le roi Jayavarman II (802-850) fonda la première capitale de l’empire khmer, Hariharalaya, sur ce site.

La construction d’Indratataka (le «réservoir d’Indra») à Hariharalai, autour du temple de Loli, où coulaient les eaux de la rivière Rulos, permettait de fournir en permanence des rizières et divers complexes de temples adjacents aux localités où vivaient, selon des estimations approximatives, au moins 15 000 personnes. Les eaux d’Indratataka s’écoulaient dans les canaux autour des temples de Preah Ko, Bakong, Preah Monti, près du dernier temple, palais du successeur de Jayavarman II, probablement construit par Indraharman I. Les monuments de Rulos sont l’un des plus anciens grands temples permanents construits par les Khmers. le début de l’ère de l’art khmer classique. Avant la construction de Rulos, même pour la construction d’édifices religieux, seuls des matériaux de construction légers (et de courte durée) étaient utilisés.

Bakong

Construire induite istsky temple Bakong (Bakong)Le roi Jayavarman III a commencé, mais il n’a pas eu le temps de le terminer de son vivant. Le temple fut achevé et consacré par son successeur Indravarman I en 881. Cinq niveaux de la pyramide du temple et d’autres éléments symbolisent la montagne sacrée de Meru, et le temple lui-même a été dédié au dieu Shiva. La stèle, établie à la base du temple, décrit la consécration en 881 de son lingi, Sri Indresrava. En dépit du fait que le temple Ak-Em sur la côte sud du Baray occidental a été construit plus tôt, Bakong est considéré comme le premier véritable «temple de montagne» – en partie parce qu’il s’agit de la première structure de ce type en grès, et aussi de la taille et de la complexité de ses structures. le respect. Bakong est le temple le plus grand et le plus intéressant du groupe Rulos. Ses dimensions sont très significatives: 900×700 mètres, à l’intérieur il y a deux fossés et trois clôtures concentriques. Le fossé extérieur, en moyenne 3 mètres de profondeur, c’est la frontière de la troisième clôture extérieure sans gopur, mais avec les restes de deux trottoirs menant l’un à l’est, l’autre au nord. Entre les fossés extérieur et intérieur se trouvent 22 tours en briques régulièrement espacées, mais elles ne sont pas toutes terminées. La deuxième clôture, dont seules les ruines en latérite ont survécu, a délimité le site d’environ 25 mètres de large – les domestiques y résidaient. Actuellement, dans le coin nord-est de ce site se trouve un monastère bouddhiste. L’ensemble du complexe est entouré d’un fossé de 59 mètres de large, formant un rectangle de 315×345 mètres. Deux barrages croisés d’est en ouest prolongent deux des quatre routes axiales de Hariharalaya. Les routes se trouvent entre les rangées de naga en pierre géante – les précurseurs des balustrades magnifiques de l’époque classique. mais avec les restes de deux trottoirs menant l’un à l’est, l’autre au nord. Entre les fossés extérieur et intérieur se trouvent 22 tours en briques régulièrement espacées, mais elles ne sont pas toutes terminées. La deuxième clôture, dont seules les ruines en latérite ont survécu, a délimité le site sur environ 25 mètres de large – les domestiques y résidaient. Actuellement, dans le coin nord-est de ce site se trouve un monastère bouddhiste. L’ensemble du complexe est entouré d’un fossé de 59 mètres de large, formant un rectangle de 315×345 mètres. Deux barrages croisés d’est en ouest prolongent deux des quatre routes axiales de Hariharalaya. Les routes se trouvent entre les rangées de naga en pierre géante – les précurseurs des balustrades magnifiques de l’époque classique. mais avec les restes de deux trottoirs menant l’un à l’est, l’autre au nord. Entre les fossés extérieur et intérieur se trouvent 22 tours en briques régulièrement espacées, mais elles ne sont pas toutes terminées. La deuxième clôture, dont seules les ruines en latérite ont survécu, a délimité le site d’environ 25 mètres de large – les domestiques y résidaient. Actuellement, dans le coin nord-est de ce site se trouve un monastère bouddhiste. L’ensemble du complexe est entouré d’un fossé de 59 mètres de large, formant un rectangle de 315×345 mètres. Deux barrages croisés d’est en ouest prolongent deux des quatre routes axiales de Hariharalaya. Les routes se trouvent entre les rangées de naga en pierre géante – les précurseurs des balustrades magnifiques de l’époque classique. Entre les fossés extérieur et intérieur se trouvent 22 tours en briques régulièrement espacées, mais elles ne sont pas toutes terminées. La deuxième clôture, dont seules les ruines en latérite ont survécu, a délimité le site d’environ 25 mètres de large – les domestiques y résidaient. Actuellement, dans le coin nord-est de ce site se trouve un monastère bouddhiste. L’ensemble du complexe est entouré d’un fossé de 59 mètres de large, formant un rectangle de 315×345 mètres. Deux barrages croisés d’est en ouest prolongent deux des quatre routes axiales de Hariharalaya. Les routes se trouvent entre les rangées de naga en pierre géante – les précurseurs des balustrades magnifiques de l’époque classique. Entre les fossés extérieur et intérieur se trouvent 22 tours en briques régulièrement espacées, mais elles ne sont pas toutes terminées. La deuxième clôture, dont seules les ruines en latérite ont survécu, a délimité le site d’environ 25 mètres de large – les domestiques y résidaient. Actuellement, dans le coin nord-est de ce site se trouve un monastère bouddhiste. L’ensemble du complexe est entouré d’un fossé de 59 mètres de large, formant un rectangle de 315×345 mètres. Deux barrages croisés d’est en ouest prolongent deux des quatre routes axiales de Hariharalaya. Les routes se trouvent entre les rangées de naga en pierre géante – les précurseurs des balustrades magnifiques de l’époque classique. Actuellement, dans le coin nord-est de ce site se trouve un monastère bouddhiste. L’ensemble du complexe est entouré d’un fossé de 59 mètres de large, formant un rectangle de 315×345 mètres. Deux barrages croisés d’est en ouest prolongent deux des quatre routes axiales de Hariharalaya. Les routes se trouvent entre les rangées de naga en pierre géante – les précurseurs des balustrades magnifiques de l’époque classique. Actuellement, dans le coin nord-est de ce site se trouve un monastère bouddhiste. L’ensemble du complexe est entouré d’un fossé de 59 mètres de large, formant un rectangle de 315×345 mètres. Deux barrages croisés d’est en ouest prolongent deux des quatre routes axiales de Hariharalaya. Les routes se trouvent entre les rangées de naga en pierre géante – les précurseurs des balustrades magnifiques de l’époque classique.

Aux coins de la clôture interne, il restait huit petits bâtiments en briques carrées, l’un aux coins nord-ouest et sud-ouest avec des entrées à l’est, et deux aux coins nord-est et sud-est avec une entrée orientée vers l’ouest. Les orifices de ventilation qui y étaient installés ont amené certains chercheurs à penser que des incinérations avaient lieu dans ces prasatas. Les deux autres sont, plus tard, de longues «bibliothèques» de pierre orientées d’est en ouest. Immédiatement, juste derrière l’entrée est, il y a les restes de deux autres «bibliothèques» latéritiques orientées du nord au sud et des traces d’une autre, orientée d’est en ouest dans le coin sud-est.

La pyramide elle-même, presque carrée en plan, a un profil clair. Chacun des cinq niveaux représente le royaume des créatures mythiques, de bas en haut: nagas, garuda, rakshasas (démons) , yakshas (divinités des arbres) et, enfin, devatas (demigods). La pyramide mesure 67×65 mètres en dessous et 20×18 mètres en descendant, diminuant à chaque pas. Quatre gopuras mènent à quatre escaliers. Sur chaque site, la marche suivante est précédée d’un élégant seuil semi-circulaire. Des sculptures de lions sont disposées des deux côtés. Pour corriger la perception visuelle, la hauteur et la largeur des escaliers diminuent de manière imperceptible à mesure qu’elles montent – les artisans ont appliqué la loi de la réduction proportionnelle, qui n’était jusqu’alors utilisée que pour la construction des toits en prasat. Chaque terrasse de la pyramide est légèrement approfondie à l’ouest, afin de corriger la perspective.

Les statues d’éléphants dans les coins des trois premières marches de la pyramide rappellent les animaux légendaires qui soutiennent la terre. Ils sont conçus pour transmettre leur puissance et leur durabilité au bâtiment. En outre, l’éléphant était une monture du dieu Indra, ainsi que des dirigeants terrestres. Sur la quatrième terrasse, il y a 12 tours de grès, chacune contenant probablement un linga. Sur le mur de la cinquième et dernière terrasse, les vestiges de bas-reliefs sont encore visibles.

La pyramide est couronnée par une tour beaucoup plus tardive (XIIe siècle) , dont le style rappelle celui des tours d’Angkor Vat, avec trois fausses portes et une réelle. Les déesses gravées dans les niches des deux côtés des portes sont très endommagées car cette tour n’a été presque complètement détruite et restaurée qu’en 1941, mais elle est encore bien préservée à certains endroits. L’entrée du sanctuaire est gardée par des lions de style khmer traditionnel. La tour est couronnée d’un dôme en forme de lotus.

Bakong correspond exactement au symbolisme cosmique hindou: le temple représente le mont Meru, le premier fossé est la mer cosmique à l’origine de cette montagne, et la terre ferme est une terre habitée par des gens, qui sont à leur tour entourés de chaînes de montagnes (remparts) et une mer (deuxième fossé) .

Prea Co

Cet élégant petit temple en brique de six tours, orné de stuc au mortier de chaux, a été le premier sanctuaire construit par Indraharman I dans la capitale d’Angkor, au IXe siècle, Hariharalaya. Le fossé qui l’entoure est si grand par rapport au temple qu’il existe une version selon laquelle il faisait partie du palais royal, dont on n’a pas encore retrouvé les traces.

Preah Ko (Preah Ko) – nom moderne du temple, qui signifie « taureau sacré », en l’honneur de Nandin, le mont volant de Shiva. Le temple a reçu son nom en raison des trois statues d’un grand taureau installé sur son territoire et indiquant que le temple est dédié à Shiva.

Sur la stèle parfaitement préservée à la base du temple, après la louange traditionnelle de Shiva, une brève généalogie d’Indraharman I est donnée, suivie d’une louange à la «main droite du prince» en sanscrit, qui dit: «long, fort et terrible au combat, son épée étincelante tombe sur ses ennemis, vaincre les rois dans toutes les directions. Invincible, il ne s’est calmé que lorsque deux de ses ennemis lui ont montré le dos et, valorisant leur vie, se sont laissés à sa défense. L’inscription est accompagnée d’une référence au culte de Devaraja, ou «roi-dieu» du mont Mahendra (Phnom Kulen).et se termine par la mention de l’installation en 879 de trois statues de Shiva et de Devi. L’autre côté, écrit en langue khmère, date de la fin de l’année 893 et ​​décrit les offrandes faites aux divinités Paramesvara et Prthivindreshvara. Le temple commence à l’ouest par un dallage en latérite qui divise le fossé environnant. Il était une fois deux galeries parallèles des deux côtés, mais seules les fondations ont survécu. Une petite terrasse mène à un gopur de second environnement.

Le sous-sol en grès forme une plateforme commune pour six tours. Du côté est, il est coupé par trois escaliers dont les murs latéraux sont richement décorés de gardes (deux coups) et de danseurs (apsaras)et gardé par des lions assis. Nandin se trouve devant chaque escalier. Du côté ouest, il y a un escalier central. Les tours de briques des sanctuaires sont disposées en deux rangées et varient en taille. À l’est, dans la première rangée, la tour centrale est plus haute que le reste et légèrement décalée. Comme d’habitude, les six tours du sanctuaire sont ouvertes à l’est. Chaque tour a quatre niveaux. Les tours sont recouvertes de plâtre à la chaux avec des bas-reliefs sculptés. Il est étonnant de voir comment, après 11 siècles d’existence, elles ont survécu jusqu’à ce jour. Faites attention aux fausses portes en grès avec d’excellentes colonnes octogonales du côté est – elles constituent sans aucun doute l’un des meilleurs exemples de l’art khmer.

Les trois prasatas (tours) à l’arrière-plan sont similaires aux tours de la première rangée, mais un peu plus bas et sont destinés aux divinités féminines. Ils sont entièrement en briques, à l’exception des encadrements de porte en grès. Dans les niches situées dans les renfoncements des murs du prasat des ancêtres masculins sont placées des statues de jeunes dvorapals armés (gardes) et des statues de devatas ( démigodes ) protégeant le prasat d’ancêtres féminins.

e sanctuaire était destiné aux divinités masculines. Les piliers d’angle sont richement décorés, des gardes (deux coups) se tiennent dans les arcs aveugles . Ici, contrairement à Bakong, leur style est unique: ils sont en grès et insérés dans la maçonnerie. Dans le Prasat nord stocké linga Rudreshvara, emblème Rudravarmana grand – père Indravarman I dans la lignée maternelle, et dans le sud – Prithivindreshvara linga, emblème père Indravarman I. Leurs épouses Narendradeva, Dharanindradevi Prithvindradevi et qui adoraient sous la forme de leurs déifiés (moyens Devi « déesse ») . Comme à Bakong, seules quelques sculptures ont été conservées à Preah Ko. Parmi ceux-ci, seuls Shiva dans la tour d’angle sud-est et la déesse sans tête dans la tour centrale arrière ont été laissés dans le temple. Ces deux statues datent de la construction du temple.

Loli

Un autre petit temple du groupe Rulos, Lolei , a été construit par le successeur d’Indravarman I, Yasovarman I (889-910), sur une petite île du réservoir d’Indratataki, qui abrite aujourd’hui des rizières. Du temple, il ne reste que les quatre tours reprenant la conception des tours Pre-Ko. Des inscriptions en sanscrit sur les portes indiquent que le roi a dédié le temple à ses parents et aux ancêtres royaux du côté maternel.

Banteay Srey

Banteay Srey (Banteay Srei) – le nom moderne du temple, il signifie « Citadelle des femmes », ou peut – être « Citadelle de Beauté », ce dernier reflétant la taille et la beauté de sa décoration. Le nom original du temple, inscrit dans sa lingue centrale, est Tribhuvanamaheshvara, qui signifie « le grand dieu du triple monde ». Le monument est construit en grès rouge et présente la particularité de ne présenter aucune monumentalité caractéristique des autres temples. Ses bâtiments sont minuscules par rapport aux normes locales et très joliment décorés avec des motifs et des sculptures complexes. Pour la première fois dans l’histoire de l’architecture khmère, les frontons du sanctuaire ne sont pas des éléments isolés, mais des scènes mythologiques entières. Banteay Srey est à juste titre appelée « la perle de l’art khmer ».

Les bâtiments du temple sont divisés le long de l’axe central, orientés d’est en ouest. Les bâtiments situés au sud de l’axe étaient dédiés à Shiva et au nord de cet axe – Vishnu. Plus tard, au XIIe siècle, Banteay-Srey fut «réordonné» à Shiva, comme le rapporte la plaque trouvée par l’un des prêtres.

Contrairement aux principaux temples d’Angkor, Banteay Srey n’était pas royal. Il a été construit par l’un des conseillers du roi Rajendravarman II – Yajnavarahoy sur la terre que lui a donnée le roi sur les rives de la rivière Siem Reap. Comme cela a toujours été le cas, une colonie de gens ordinaires a encerclé ce temple et une petite ville appelée Isvarapura a été formée. Découvert par les Français seulement en 1914, Banteay-Srey devint célèbre quand, en 1923, l’écrivain André Malraux, qui devint plus tard ministre de la Culture sous le gouvernement de De Gaulle, en vola quatre apsars. Il a été immédiatement attrapé et les pièces volées ont été retournées au temple. C’est ce temple qui a été restauré pour la première fois en 1931-1936 par la méthode de l’anastylose. La méthode développée par les restaurateurs néerlandais à Java implique la restauration d’objets détruits à l’aide de matériaux exclusivement originaux. Grâce au succès de cette méthode à Banteay Srey, le service archéologique français impliqué dans la restauration d’Angkor a commencé à l’utiliser partout pour restaurer d’autres trésors de la cité antique. D’une part, la tâche à Banteay Srei a été facilitée par la petite taille des bâtiments, de petits blocs de pierre taillés dans du grès durable, qui a conservé ses sculptures claires avec une abondance de décorations. D’autre part, le processus de restauration était compliqué par l’éloignement du temple, les moyens minimaux et l’inexpérience des ouvriers ayant étudié pendant le travail. de petits blocs de pierre taillés dans du grès durable, qui conservent ses sculptures claires avec une abondance de décorations. D’autre part, le processus de restauration était compliqué par l’éloignement du temple, les moyens minimaux et l’inexpérience des ouvriers ayant étudié pendant le travail. de petits blocs de pierre taillés dans du grès durable, qui conservent ses sculptures claires avec une abondance de décorations. D’autre part, le processus de restauration était compliqué par l’éloignement du temple, les moyens minimaux et l’inexpérience des ouvriers ayant étudié pendant le travail.

Afin d’éliminer les risques de dommages causés au temple par les inondations, un système de drainage a été créé pour le projet commun Cambodo-Suisse en 2000-2003. Des mesures ont également été prises pour empêcher les arbres d’endommager les murs du temple. Malheureusement, le temple a été constamment exposé et est toujours sujet au vol et au vandalisme. À la fin du XXe siècle, les autorités ont remplacé les statues originales par des copies exactes, mais cela n’a pas empêché les voleurs – des copies ont commencé à être volées. Une statue de Shiva, placée au Musée national de Phnom Penh pour la protéger, a été tentée de voler directement dans le musée lui-même.

Après l’ouverture de la stèle de fondation du temple en 1936 dans le gopur oriental, il est devenu évident que Banteay Srey a été conçue comme un tout à la fois, ce qui est également confirmé par l’uniformité du style. Gravée en 968, la première année du règne de Jayavarman V, l’inscription indique la date de début de la construction du temple: d’avril à mai 967, ainsi que la position du soleil, de la lune et des planètes. Ce fut la dernière année du règne de Rajendravarman II. Après la prière traditionnelle à Shiva, le texte de la stèle contient un éloge funèbre du dirigeant Jayavarman V et de son gourou Yajnavarah, qui a fondé Banteay Srey avec son frère cadet, en plaçant le linga de Shiva dans le sanctuaire central. D’autres inscriptions gravées sur les montants des portes mentionnent le placement d’un autre linga dans le sanctuaire méridional et la statue de Vishnu dans le nord.

Le fronton de ce gopur représente Indra sur un éléphant à trois têtes et, en plus d’une belle nuance de pierre rose, confère au temple un riche décor. Banteay-Srey est entourée de trois murs de 95×110 mètres, 38×42 mètres et 24×24 mètres. De la porte à la troisième barrière, il y a un large trottoir orné de colonnes des deux côtés – autrefois, elles étaient détruites chaque année par des éléphants sauvages. Sur le côté gauche du trottoir, sur le fronton de la « bibliothèque », se trouve un complot appelé « Umamaheshvara », dans lequel Shiva détient un trident et avec son épouse Uma, monte un taureau Nandina. Sur le côté droit se trouve une « bibliothèque » avec un excellent fronton, où Vishnu, apparaissant sous la forme d’un lion Narasimha, déchire Hiranyahashipu, le roi des asuras, au moment où il allait tuer son fils, grand dévot de la Suprême personnalité de Dieu.

Sur le fronton de la tour est de la deuxième clôture, sous un garuda tenant une branche avec des feuilles, deux éléphants versent de l’eau dans des pots sur Lakshmi – la déesse de la beauté et de la fertilité, épouse du dieu Vishnu. À l’intérieur de la troisième, la plus récente, clôture centrale, sur la «bibliothèque» à droite de l’entrée, le célèbre bas-relief du fronton décrit l’histoire non moins célèbre de Ramayana, telle que Ravshana, imaginée par les rakshas aux multiples bras et à plusieurs têtes, tente de secouer le mont Kailash, où vit Shiva. La montagne elle-même est décrite comme une pyramide à plusieurs niveaux sur un fond de forêt stylisée. Shiva est assis au sommet avec sa femme Uma, accroupi à côté de lui dans une pose charmante. Shiva appuie sur la montagne avec son pied droit pour cesser de trembler. La deuxième rangée représente des prêtres et des pèlerins alarmés qui pointent Ravana du doigt. À droite, une figure féminine en prière. Au troisième rang se trouvent des fidèles avec des têtes d’éléphants, de lions, d’oiseaux et de chevaux. Sur les deux côtés du singe dans une coiffe exquise. Le niveau inférieur est occupé par des animaux horrifiés par Ravana.

Sur le fronton de la «bibliothèque» à gauche se trouve un autre bas-relief célèbre, cette fois un complot d’une autre épopée, Mahabharata. Krishna et Arjuna, qui se reposaient sur les rives de la rivière Yamuna, près de la forêt de Khandava, ont été approchés par un brahmana, converti par le dieu Agni (dieu du feu) . D’autres options divergent: soit Agni a dit qu’il voulait brûler la forêt de Khandava pour en manger la végétation et les animaux, qu’il veuille détruire le serpent Taksak ou Krishna et Arjuna voulaient que cette forêt soit brûlée pour établir la ville d’Indraprastha. D’une manière ou d’une autre, Indra sur Ayrawat, l’éléphant à trois têtes, prévient le feu, libérant des torrents de pluie pour protéger son ami, le serpent Taksak vivant dans la forêt. Krishna et Arjuna s’opposent à leur tour à Indra, bloquant la pluie avec une pluie de flèches magiques et bloquant la sortie de la forêt pour ses habitants des deux côtés.

Sur le côté ouest de la même « bibliothèque » – Krishna tue le roi Kamsa. Cette scène est extraite du livre sacré de Srimad Bhaga-watam et se déroule dans le palais. Son image nous donne une idée de ce que de beaux palais en bois étaient à Angkor. Deux grandes figures sont présentées en perspective, ce que l’on trouve rarement dans les bas-reliefs d’Angkor. Krishna tient Kamsa par les cheveux et est sur le point de le tuer. Dans les coins des chars tirés par des chevaux, il semble que Krishna et Arjuna, armés d’un arc et d’une flèche, soient arrivés au palais. Les salles restantes représentent des femmes excitées observant ce qui se passe.

Sur le fronton occidental se trouve une scène du Ramayana: la bataille de Valin et de Sugriva. Valin, fils d’Indra, prit à Sugriva, fils de Surya (le dieu soleil) , le royaume des singes. Rama a promis d’aider Sugriva à regagner le royaume en échange de l’aide à l’armée de singes dirigée par Hanuman contre l’armée de Ravana afin de libérer son épouse, Sita. Pendant le combat, Sugriva a gagné, mais Valin a eu recours à des astuces – il a prétendu être mort et était prêt à porter un coup mortel à Sugriva, et voici Rama (à droite avec l’archet)le transperça avec sa flèche. Derrière Rama se trouve son frère Lakshman. Le magnifique bas-relief de Sugriva mourant sur les mains de son épouse Rati est représenté à Angkor Vat. À l’intérieur, plus près du mur sud, à la porte des trois oies, se trouve la plus belle apsara, pourrait-on dire, symbole de la beauté de Banteay Srey et d’une partie de l’ensemble d’Angkor.

Beng Melea

Beng-Mele (Beng Melea) est intéressant surtout parce qu’il n’a pas effacé, presque tous les temples d’Angkor, et laissé dans le même état dans lequel il a été trouvé. La jungle a complètement capturé le temple. Ici, vous pouvez grimper sur les toits, faire de la vigne et vous sentir comme un habitant de la jungle (lequel, choisissez vous-même) . Beng Melea a été construit sous le règne du roi Suryavarman II (1113-1150). Créé dans le même style, mais un peu plus tôt qu’Angkor Vat, Beng Melea aurait pu lui servir de prototype. Malgré le fait qu’il existe de nombreuses voûtes et portes sculptées, le complexe ne possède pas de bas-reliefs et la taille même est assez rare. Lorsque le temple était opérationnel, les murs avaient peut-être été recouverts de fresques. À cette époque, Beng Melea se situait au carrefour de plusieurs routes importantes menant à Angkor, Ko-Ker et le Nord-Vietnam. Le temple couvre une superficie d’un kilomètre carré, il est couvert dans la jungle et nous visitons très peu – cela crée le sentiment d’un «monde perdu». Les arbres ici poussent directement dans les tours et les galeries détruites, ce sont probablement les types les plus impressionnants d’arbres dans le temple. Autour du temple de Beng Melea, un grand fossé a été creusé, recouvert de lotus, comme des bardeaux …

Bien que vous puissiez parcourir le temple par vous-même, le guide ici est très utile. Il vous mènera dans des endroits isolés et dans des gravats où vous ne devinerez pas vous-même grimper. Pour visiter Beng Melea, vous devez acheter un billet séparé pour 5 $.

Ko Ker

Le complexe du temple de Koh Ker est le temple le plus éloigné d’Angkor dans la région. Il est situé à environ 100 km de Siem Reap sur la même route que Beng Melea. Le temple est le vestige de l’une des capitales de l’empire khmer de la période Angkor. En 928, le roi Jayavarman IV, usurpant le trône, fonda la nouvelle capitale, Ko-Ker, à 100 km d’Angkor. Le roi était riche et puissant, il érigea l’impressionnante ville royale de Ko-Ker, les monuments brahmaniques, les temples et les tours, construisit une immense grange (pool pool)Rahal. Jayavarman IV a régné à Ko-Ker jusqu’à sa mort en 941. Son fils Harshavarman II est resté ici encore trois ans avant de rendre la capitale à Angkor. Le complexe de Ko-Ker n’a pas encore été restauré. Il n’ya pas de foule de touristes et vous pouvez donc essayer d’imaginer à quoi ressemblaient de telles structures avant de nettoyer la jungle qui les absorbait.

Les principales ruines du complexe sont Prasat Tom, un impressionnant complexe pyramidal et temple sur 7 niveaux, des tours et des petits temples près de la route et de nombreux lingams. Une partie intéressante de Ko-Ker est le sanctuaire de Shiva. Ici se trouve un lingam géant, à taille humaine – le plus grand du Cambodge. À propos, le lingam peut être utilisé comme une boussole: un canal de lingam ouvert pointe toujours vers le nord.

La structure principale du complexe est la grande pyramide à sept niveaux de Prasat-Tom. Beaucoup de légendes l’entourent. Les Khmers pensent que la mine située au centre de la pyramide constitue le lien entre la terre et le monde souterrain. Sur ordre du roi, les sujets coupables y ont été jetés. On dit qu’un paysan khmer qui est tombé dans la mine en 1996 en est sorti avec un lingot d’or de dix kilogrammes. Après cet incident, le paysan a été endommagé par la raison et n’a pas pu expliquer d’où il tirait l’or, ni comment il en était sorti. Plus tard, en 2004, deux archéologues ont à nouveau tenté de pénétrer dans cette mine et, à en juger par la légende, l’un d’eux a été tué quelques heures plus tard avec les cheveux complètement gris et l’autre complètement disparu. En outre, selon les résidents locaux, des noix de coco étiquetées ont été jetées dans ce puits, apparaît le lendemain dans le bassin de la rivière Andomprey, à 3 km. Et personne ne peut entendre le son de la chute d’un tel écrou – peu importe combien vous écoutez. L’entrée de la pyramide est interdite, l’escalier délabré menant à celle-ci est fermé. Cependant, si vous voulez vraiment tenter votre chance, donnez la garde 5 $, et il regardera dans l’autre sens. Cependant, sans équipement spécial, il est impossible de se rendre à la mine de toute façon.

En se promenant dans le sanctuaire de Ko-Ker, en explorant les ruines et les chemins non ouverts, soyez extrêmement prudent. Une piste éprouvée passe devant tous les objets principaux, il vaut mieux ne pas s’enfoncer dans les fourrés – bien que personne n’a explosé depuis longtemps par une mine, on pense que le complexe n’a pas été complètement vidé après la terreur de Polpot. L’entrée à Koh Ker coûte 10 dollars.

Les environs d’Angkor

Phnom Kulen

Phnom Kulen (Pnom Kulen) – une petite chaîne de montagnes à 50 kilomètres au nord de Siem Reap et à 25 km de Banteay Srei. Son point culminant est à 487 m. Si vous prévoyez un voyage à Phnom Kulen, sachez que la route de montagne est si étroite que les deux voitures ne peuvent pas partir, de sorte que tous les moyens de transport montent jusqu’à 11 heures et le retour après 11 heures. Taxi pour Phnom Kulena et retour coûtera 30-40 $.

Au cours de la construction d’Angkor, des pierres ont été extraites ici dans des carrières pour la construction de temples et ont été transportées sur des radeaux le long de la rivière. Phnom Kulen est considérée comme une montagne sacrée au Cambodge, son sommet est un lieu sacré pour les Indiens et les Bouddhistes qui viennent ici en tant que pèlerins. C’est également important pour les Cambodgiens en tant que lieu de naissance de l’ancien empire khmer, c’est sur Phnom Kulen que le roi Jayavarman II a déclaré son indépendance en 804. Il y a des désaccords sur l’identité de laquelle l’indépendance a été proclamée. La plupart des gens croient que le Cambodge était un vassal de Java, selon d’autres spécialistes – le Cambodge était à l’époque sous la domination du Laos. Jayavarman II ne s’est pas limité à la proclamation de la liberté, introduisant en même temps un nouveau culte du «dieu roi», également appelé culte du Linga, qui a existé de nombreux siècles après sa mort.

Une attraction intéressante est Phnom Kulen – un ruisseau de mille Lingams, où plus de mille petites images religieuses sont gravées dans la pierre. La particularité réside dans le fait que les images sont sous l’eau, à 5 cm de la surface. Ce n’est pas un hasard, c’est l’idée originale de l’artiste: sur ordre du roi, le lit de la rivière a été mis de côté afin que les artisans puissent découper les figures et retrouver ensuite leur place initiale. Parmi les personnages particulièrement intéressants figure Vishnu, couché sur son serpent Ananta avec sa femme Lakshmi à ses pieds, une fleur de lotus avec la divinité suprême Brama provient du nombril de Vishnu.

Phnom Kulen est un parc naturel national avec de belles cascades sur lesquelles vous pourrez vous détendre et nager à la chaleur cambodgienne. Il a joué son rôle de Phnom Kulen dans l’histoire moderne. C’est ici que les dernières batailles entre les Khmers rouges et les Vietnamiens eurent lieu en 1979. Preah Ang Thom, un monastère bouddhiste du XVIe siècle, est situé près de la montagne et abrite la plus grande statue d’un Bouddha couché au Cambodge.

Phnom Kulen (Pnom Kulen) – une petite chaîne de montagnes à 50 kilomètres au nord de Siem Reap et à 25 km de Banteay Srei. Son point culminant est à 487 m. Si vous prévoyez un voyage à Phnom Kulen, sachez que la route de montagne est si étroite que les deux voitures ne peuvent pas partir, de sorte que tous les moyens de transport montent jusqu’à 11 heures et le retour après 11 heures. Taxi pour Phnom Kulena et retour coûtera 30-40 $.

Itinéraires

Presque tous les touristes, planifiant un itinéraire, posent la question principale: quels temples visiter? Il existe un grand nombre de temples à Angkor et ses environs et il est impossible de tous les voir – et ce n’est pas nécessaire. N’essayez pas d’accueillir autant d’églises que possible. D’ici la fin de la journée, les sensations s’émousseront, les temples se fondront en un et les impressions deviendront floues. Il est préférable de se concentrer sur le programme minimum: Bayon (Angkor Thom) , Angkor Vat, Ta-Prom, Ta-Kéo à Angkor, Banteay-Srey et Phnom-Bakeng, ainsi que Beng-Melea et Ko-Ker à l’extérieur.

Itinéraires classiques

Les itinéraires traditionnels autour d’Angkor sont le « petit cercle » et le « grand cercle ». Comme le montre la pratique, elles sont pratiques d’un point de vue géographique, mais pas tout à fait optimales pour obtenir le plus grand nombre d’impressions. Mieux vaut ne pas suivre les itinéraires classiques, mais bien élaborer votre propre plan de voyage pour les temples les plus intéressants.

Pour visiter les temples lointains de Ko-Ker et Beng Melea, vous pouvez gagner du temps. Si vous arrivez tôt le matin à Ko-Ker, vous marcherez presque tout seul. Ensuite, vous pouvez aller en direction d’Angkor et vous arrêter sur la route qui mène à Beng Melea. Veuillez noter que les chauffeurs de taxi khmers n’aiment pas travailler la nuit. Même si vous trouvez un chauffeur qui y consent, le coût d’un voyage de nuit sera d’au moins 50% plus cher. Il est également possible de passer la nuit dans une maison d’hôtes (hôtel touristique) près de Ko-Ker.

Petit cercle

Cette route de 17 kilomètres part du mur occidental d’Angkor Vat et mène au nord après le Ta Prohm Kel , Phnom Bakheng (qui offre une vue magnifique au coucher du soleil) et Baksei Chamkrong. Chamkrong) à l’entrée sud d’ Angkor Thom . Sur la place centrale d’Angkor Thom temple de Bayon (Bayon) les tours de chemin à l’est jusqu’à la porte de la victoire (Porte de la Victoire) et étonnamment similaire entre les temples jumeaux de Chau Say-Tevoda (Chau Say Tevoda) et Tommanon (Thommanon) devrait être au temple Ta Keo (Ta Keo). Ce tour de chemin du temple au sud – est et de contourner le réservoir desséchées Baray Est (Baray Est) Les mène au temple de Ta Prohm (Ta Prohm) . Ensuite, vous devez vous rendre entre l’immense temple bouddhiste Banteay Kdei (Banteay Kdei) , entouré de quatre murs concentriques, et le bassin asséché de Sras Srang (Sras) , tournez vers le sud-ouest et passez devant le temple hindou Prasat Kravan (Prasat Kravan, il est facile de le reconnaître). sur cinq tours de briques) retournez à l’entrée sud d’Angkor Vat.

Grand cercle

La longueur de l’itinéraire est de 26 km. Il commence à Angkor Vat et le temple Bayon coïncide avec le «petit cercle», mais à Angkor Thom, il ne sort plus par l’est, mais par la porte nord ( porte nord) et se dirige immédiatement vers le nord-est vers l’un des plus grands complexes de temples. Angkor au temple de Preah Khari . Ensuite, le chemin mène à l’est vers les temples bouddhistes de Neak-Pean ( Neak Pean ) , qui se trouve sur une île au milieu d’un bassin asséché, et de Ta-Som (Ta Sorri) . Son gopura oriental tressé par d’énormes racines est l’un des lieux les plus prisés pour la photographie comme souvenir. Après cela, la route change brusquement de direction et se dirige vers le sud. Sur le fond d’une grange orientale asséchée, au milieu de laquelle se trouve le sanctuaire hindou Mebon oriental(Mebon oriental) , décoré d’éléphants en pierre taillée, vous pouvez vous rendre dans un autre sanctuaire hindou Pre-Rup (Pre Rup) . Près de lui, le chemin tourne vers l’ouest, où il se confond avec le « petit cercle » et retourne à Angkor Vat.

Visite

Trois jours suffisent généralement aux voyageurs pour visiter Angkor, bien que les amateurs d’histoire et d’architecture anciennes y trouvent facilement quelque chose à faire pendant une semaine, voire un mois. Les visiteurs d’Angkor séjournent généralement dans l’un des nombreux hôtels de Siem Reap situés à 5 km de l’entrée du complexe du temple. L’entrée du complexe du temple est ouverte tous les jours, de l’aube au crépuscule.

Billets

Il y a une billetterie à l’entrée d’Angkor où vous devez acheter un billet d’entrée. Prix ​​du billet 20 $ par jour, 40 $ pour trois jours ou 60 $ par semaine. Enfants de moins de 12 ans – gratuit. Les 3èmes billets de 7 jours sont enregistrés et ils nécessitent une photo format passeport. Vous pouvez prendre une photo ici à la caisse. Depuis 2013, il est permis d’utiliser des billets de 3 jours pas des jours consécutifs, mais vous devez en avertir lors de l’achat. La caisse est ouverte de 05h00 à 17h30.

Un petit truc: mieux vaut venir à Angkor au coucher du soleil la veille de la visite des temples. À 17 h, la billetterie commence à vendre des billets dès le lendemain et la visite du soir est déjà comprise dans le billet «demain». Ainsi, vous faites d’une pierre deux coups: vous avez la possibilité de regarder le coucher de soleil à Angkor gratuitement, et le matin, vous n’aurez pas besoin de passer du temps debout dans une longue file.

Bien qu’il ne soit pas si difficile de contourner la billetterie et d’entrer sur le territoire, nous ne recommandons pas de succomber à la tentation – les gardes d’Angkor sont bien conscients des «voyageurs particulièrement économes» et vérifient très souvent les billets à l’intérieur du complexe.

Un billet pour Angkor comprend une visite au temple Banteay Srey, situé à l’extérieur du complexe. L’entrée aux temples lointains de Ko-Ker et Beng Melea doit être payée séparément: Ko-Ker 10 $, Beng Melea 5 $.

Comment se déplacer

Les temples sont trop éloignés pour faire le tour à pied. Il y a plusieurs options pour se déplacer entre les temples:

Le vélo La location de vélos est disponible dans l’un des nombreux points de location à Siem Reap. Coût 2 $ par jour. De nombreux hôtels touristiques (Chambres d’hôtes) fournissent des vélos gratuitement ou pour $ 1-3. Si vous décidez d’utiliser cette option, n’oubliez pas qu’il fait très chaud l’après-midi à Angkor.

Moto (avec chauffeur). Pratique pour les voyageurs individuels. Comptez entre 6 et 8 dollars par jour pour des excursions à l’intérieur d’Angkor et davantage pour visiter des temples lointains. Beaucoup de conducteurs parlent un peu anglais. Vous pouvez trouver une moto dans n’importe quel hôtel.

À Siem Reap, la location de motos (sans chauffeur) est interdite aux étrangers, mais vous pouvez y conduire une moto louée ailleurs.

Toc toc Open toc toc est une forme de déplacement très pratique sur de courtes distances. Dans la chaleur du visage, le vent souffle agréablement et les murs ouverts vous permettent de prendre des photos sans vous arrêter. La location d’un tuk-tuk coûtera 12 à 15 dollars par jour pour des excursions à l’intérieur d’Angkor. Habituellement, une visite à l’aube coûte 3 $ de plus.

Taxi avec air conditionné. La manière la plus confortable, surtout pendant les mois les plus chauds. Pour les voyages dans des temples lointains – c’est presque la seule option. Un taxi coûte 25-30 dollars par jour. Le prix augmente lorsque vous visitez des temples éloignés.

Un trajet en taxi vers Koh-Ker prend environ deux heures et coûte à partir de 70 $ aller-retour avec un arrêt sur la route qui mène à Beng Melea. Une option moins chère de visiter Ko-Ker / Beng-Melea est d’acheter une visite dans l’une des nombreuses agences et de monter dans un minibus confortable à moitié vide à 25 $ par personne.

Dans tous les cas, négocier et négocier à nouveau. Assurez-vous de bien vous mettre d’accord sur un prix avant de commencer votre voyage.

Quand y aller

La meilleure période de l’année pour visiter Angkor est la période de novembre à février, lorsque le temps est le plus frais. Cependant, à cette époque, une foule de touristes se rassemble à Angkor et la tranquillité majestueuse des temples disparaît avec leur atmosphère unique. Come to Angkor est recommandé en juillet-août. Bien que formellement, c’est la saison des pluies, il faut tenir compte du fait que les pluies ici sont courtes et peu fréquentes. À l’heure actuelle, il ne fait pas très chaud, tout est recouvert de verdure et les fossés et les étangs sont remplis d’eau. Les mois les plus chauds au Cambodge vont de la mi-février à la fin mai. À ce moment-là, la température, en particulier en milieu de journée, peut atteindre des valeurs exorbitantes et il sera difficile de profiter des temples.

Hébergement

Pour visiter Angkor, il est très pratique de rester à Siem Reap. Dans la ville, vous pouvez trouver des hôtels pour tous les goûts et toutes les bourses: des pensions (un petit hôtel touristique peu coûteux) pour 5 à 10 dollars par jour aux hôtels de grandes chaînes dont les chambres coûtent plusieurs centaines de dollars. Cependant, pour vous plonger pleinement dans l’atmosphère du Cambodge et ressentir l’esprit d’Angkor, il est préférable de rester dans les pensions et de manger où les habitants mangent – c’est très savoureux et assez sûr.

Comment planifier une journée

Il est préférable de se lever tôt et d’essayer de se rendre à Angkor à l’aube – il fait encore frais et la foule ne s’est pas accrue. À midi, vous pouvez rentrer à l’hôtel, vous détendre au frais, manger un morceau et à trois heures, vous redescendre dans les temples et rester jusqu’au coucher du soleil. Cependant, si vous êtes un de ces chanceux qui tolère bien la chaleur, faites l’inverse et, lorsque la plupart des touristes partent pour Siem Reap pendant la journée, restez errant autour des temples. Vous pourrez ainsi marcher et manger en toute sécurité dans l’un des restaurants destinés aux locaux. On ne trouve pas de délices culinaires ici, mais la nourriture est généralement assez savoureuse. Demandez au chauffeur de taxi ou de tuk-tuk où il recommande de manger, ils connaissent généralement les meilleurs endroits. Nous vous recommandons fortement d’essayer le barbecue cambodgien: placez une casserole peu profonde avec une île à frire en forme de dôme au centre de la tuile. Autour de « l’île », les légumes sont cuits dans un bouillon. Vous mettez vous-même des morceaux de viande ou de crevettes sur le dôme: la viande est frite et son jus s’écoule dans le bouillon. C’est un plat extrêmement savoureux et original: dans les restaurants plus décents conçus pour les touristes, vous ne devriez y aller que si vous n’acceptez absolument pas la cuisine khmère.

Comment s’habiller

Il existe des restrictions vestimentaires dans seulement deux endroits à Angkor: le temple de Bapuon et le niveau supérieur d’Angkor Vat. Ici, il est nécessaire que les genoux et les épaules soient fermés, et cette interdiction est observée très strictement. Le contact avec un paréo ou une cape n’est pas autorisé. Ils n’offrent pas de vêtements à l’entrée, la seule option est de sortir du temple, d’aller au mini-marché et d’acheter des vêtements, mais cela prendra beaucoup de temps. Dans d’autres endroits, il n’y a pas de restrictions.

Des guides

Bien qu’il soit tout à fait possible de contourner les temples avec le guide à la main, les services d’un guide peuvent être très utiles. Le guide attirera votre attention sur les éléments intéressants des bâtiments, définissez des recoins que vous ne verrez pas vous-même, racontez l’histoire illustrée dans le bas-relief, aidez-nous à planifier votre voyage de manière à ce qu’il recoupe le moins possible les piliers (30 bus de tourisme chinois peuvent gâcher l’impression de n’importe quel temple) . L’accompagnement d’un guide russophone coûte à partir de 60 dollars par jour, alors que la qualité de la langue russe n’est pas garantie. Un bon guide parlant anglais vous demandera 25-30 $.

Carte de Siem Reap et des temples d’Angkor (Cambodge)

Widget Area  |  Info: There are no widgets in selected area, add some please.



Hébergements gay sur Paris

Loading…