À l’école primaire, nous avons vu un film sur un petit garçon qui grandit au Canada français (accent sur le français) au Québec. Il était dans un monde de mauvais film granuleux des années 1970 et se moquait et se moquait de ses camarades de classe en parka. Ce film m’a énormément déprimé. Non seulement la neige et la langue étaient une barrière pour moi en Californie, huit ans, les couleurs délavées et les images floues rendaient tout cela si peu attrayant et, en fait, épineux. L’allégorie de ce film sur l’acceptation et le flou du message « tout le monde est différent » des années 1970 m’a découragé – Star Bellied Sneetches du Dr Seuss a fait mieux comprendre l’idée.

Cet endroit inconnu et vaguement hostile au nord appelé Québec était la ville de Québec à laquelle je m’attendais lors d’une récente visite, et il n’aurait pas pu être plus différent que la ville de Québec que j’ai eue.

Amical au point que ce soit une faute. Parlant français mais rapide pour accueillir l’anglais. Historiquement conscient et culturellement fier au-delà des limites des autres endroits que j’ai visités. Et costumé. OK, ce dernier me fait peur – tu m’as perdu là-bas. Apparemment, une grande partie du commerce touristique à Québec est basée sur la culture du costume. Tenue d’époque des portées et des pages de guides des portées du XVIIe siècle, ainsi que les corps réels de tant d’écoliers au salaire minimum qui travaillent leur emploi d’été. Fabrication de savon de lessive dans les chariots de rue, tissage de tissu sur des métiers à main, sculpture de figurines en pierre ollaire. Les souffleurs de verre et les docents du musée sont en redingotes et casquettes de vadrouille et des versions sans fin de la « chemise du pirate » d’International Male.

Heureusement, il n’est pas nécessaire de s’éloigner pour sortir des sentiers battus et vivre une expérience authentique et contemporaine à Québec. La ville de Québec en été n’est peut-être pas la première chose qui vient à l’esprit lors de la planification des vacances, car elle est surtout connue pour les sports d’hiver et le festival annuel de la glace. (Carnaval de Québec en février) L’été apporte toutes les choses incroyables enfouies sous la glace au premier plan, et une réelle appréciation et utilisation de tout ce que cette région a à offrir peut commencer.

Le plein air est le lieu incontournable de cette région. Assis sur le fleuve Saint-Laurent et surveillé par les Laurentides et les Appalaches, la topographie de la région plonge et grimpe dans un jeu d’altitude vertigineux qui est imité par les niveaux de la ville elle-même. La rivière et les montagnes offrent un large éventail de distractions, y compris la natation, le vélo de montagne, le rafting et le kayak, l’équitation, la voile et les toboggans aquatiques de Saint-Gabriel-de-Valcartier à proximité, les plus grands au Canada. Les coureurs peuvent participer au marathon de la ville de Québec en août. La randonnée vous appelle également à l’extérieur, et le chant de la sirène est peut-être le plus fort aux chutes Montmorency, une cascade plus haute que les chutes du Niagara Falls de 100 pieds.

De retour en ville, frottez un peu d’aloès sur vos coups de soleil et préparez-vous à manger! La Ville de Québec a presque plus de restaurants que de personnes et c’est un véritable monde de café-terrasse. Comme la France familiale, les Québécois fument partout, surtout dans les restaurants et les bars, alors si vos poumons ont commencé à retrouver leur teinte rose depuis que le tabagisme intérieur a été interdit dans votre ville natale, préparez-vous. Les restaurants de certaines régions sont assis côte à côte le long de tronçons entiers de boulevards. Vous pouvez facilement dîner dans la cour de l’un et avoir des conversations avec les patrons des établissements de chaque côté sans avoir à élever la voix. Si vous ne trouvez pas quelque chose pour satisfaire votre palais, vous ne cherchez tout simplement pas.

Les festivals remplissent le calendrier durant l’été à Québec. L’Expo Québec annuelle et les fêtes de la Nouvelle-France ont lieu en août. Le défilé et festival Gay Pride de la Ville de Québec est la dernière semaine d’août à septembre, et l’énorme Festival d’été de Québec est un événement musical qui comprend 500 spectacles, 800 artistes, 20 pays et quinze lieux sur onze jours.

Il n’est pas nécessaire d’avoir un festival pour évincer la culture de cette ville. C’est la seule ville fortifiée (fortifiée) des Amériques au nord du Mexique, et la ville se divise en zones situées à l’intérieur ou à l’extérieur des trois milles de murs intacts et en haut ou en bas de la colline escarpée. Au sommet de la colline, à l’intérieur du mur, se trouvent les exemples les plus spectaculaires de l’architecture de la Renaissance française. Les églises, les édifices du Parlement et la forteresse de la Citadelle sont des châteaux de conte de fées en pierre.

L’été à la Citadelle – tout tourne autour de la chèvre. Batisse est la chèvre régimentaire qui préside la relève de la garde à la Buckingham Palace-like chaque jour d’été. Le fromage de chèvre sur ma salade a soudainement pris une grande importance. Cette chèvre est louée et soignée et adorée comme la version urbaine d’une mascotte de lycée. Je voulais tellement le kidnapper comme cet épisode de Brady Bunch, mais je savais que je ne pourrais jamais le dépasser Alice et monter dans mon cool grenier.

La Citadelle se trouve dans le parc des plaines d’Abraham (site du Palais de glace du festival de glace en hiver) qui est une oasis verte de jardins, de terrains de football et de sentiers remplis de patins à roues alignées et de cyclistes et surplombe la rivière. Certaines des plus belles architectures résidentielles à toit raide de Québec bordent ce parc sur la colline.

Le shopping, qui est évidemment un événement toute l’année, est particulièrement intéressant autour du célèbre hôtel Château Frontenac, et la rue Petit-Champlain est la plus ancienne rue commerçante d’Amérique du Nord. Les taux de change actuels sont votre ami, et les antiquités sont particulièrement mûres pour la cueillette de la rue Saint-Paul, ainsi que des œuvres d’art originales à trouver dans « Painter’s Alley » à proximité.

La vie gay de Québec

La scène gay et lesbienne de la Ville de Québec est la sienne, mais pas à l’échelle d’une métropole plus grande. L’acceptation à l’échelle de la province de la communauté GLBT, ainsi que les lois qui reconnaissent les partenariats entre personnes de même sexe rendent tout cela accueillant. La rue Saint-Jean a la saturation la plus élevée des commerces gais et gay-friendly, avec des restaurants, des bars, des saunas et des librairies à deux pas. Rien n’est au-delà de la distance de marche, et être dans la rue même avant l’aube n’a jamais semblé menaçant, car la région de Québec a l’un des taux de criminalité les plus bas de toute l’Amérique du Nord. Notre visite en début de semaine n’a pas permis de ressentir l’ambiance gay comme ce qu’on nous a dit le week-end, mais certainement ceux qui étaient sortis étaient aussi sympathiques que n’importe quelle ville.

Alors débarrassez-vous de vos idées préconçues sur ce qu’est le Canada, laissez les chandails et les vestes en duvet de naphtaline, s’il vous plaît (en ma faveur personnelle), perdez votre costume et préparez-vous pour la chèvre.