Avis aux amateurs d’histoire : les musées ne sont pas les seuls à préserver la richesse de l’histoire locale. De nombreuses maisons historiques au Canada ont été préservées et rouvertes, permettant aux résidents et aux visiteurs de voyager dans le temps et d’explorer le mode de vie et la culture des personnes marquantes qui y ont vécu. De l’auteur du classique canadien Anne aux pignons verts à la suffragette la plus célèbre du pays, le Gay Voyageur vous fait découvrir les maisons historiques à visiter au Canada.

Le château de Craigdarroch (Victoria, C.-B.)

Le château de Craigdarroch (Victoria, C.-B.)

Connu sous le nom de « château du Canada », le château de Craigdarroch à Victoria a été construit par le baron du charbon Robert Dunsmuir dans les années 1890 et donne un aperçu du glamour de l’ère victorienne et des bizarreries de sa famille. Le château de style victorien a été achevé après la mort de Dunsmuir et compte quatre étages de vitraux exquis, de boiseries complexes et de mobilier de l’époque victorienne. Pour en savoir plus sur cette destination touristique canadienne, rendez-vous sur le guide gay de Victoria.

Maison Lougheed (Calgary, Alberta)

Maison Lougheed (Calgary, Alberta)

La maison Lougheed (également connue sous le nom de « Beaulieu » ou « bel endroit » est l’un des derniers exemples survivants d’une grande demeure en grès des prairies. Construite entre 1891 et 1907, la maison Lougheed surplombait le paysage plat des prairies. En 1934, la famille n’était plus en mesure de payer les taxes sur la propriété, si bien que le titre de propriété est revenu à la ville de Calgary. La maison a servi à de nombreuses fins depuis, notamment de centre de formation, de caserne pour les femmes du Corps d’armée canadien et de clinique de don de sang pour la Croix-Rouge canadienne. Aujourd’hui, c’est un musée qui accueille des visiteurs du monde entier. Pour tout savoir sur cette ville, rendez-vous sur le guide gay de Calgary.

Site du patrimoine de Nellie McClung (Manitou, Manitoba)

Site du patrimoine de Nellie McClung (Manitou, Manitoba)

Marchez sur les traces de Nellie McClung [1873-1951], auteur à succès et suffragette la plus célèbre du Canada, dans deux de ses anciennes maisons à Manitou [à 1,5 heure au sud-ouest de Winnipeg]. McClung a vécu dans cette ville pendant plus de 20 ans et y a élevé ses cinq enfants. De l’autre côté d’un champ se trouve la maison McClung, où elle a écrit deux de ses 16 livres.

La cabane de Sam McGee (Whitehorse, Yukon)

La cabane de Sam McGee (Whitehorse, Yukon)

Sam McGee [1874-1958] est venu dans le nord de la Colombie-Britannique en espérant faire fortune comme prospecteur. Il a vécu dans une cabane en rondins d’une pièce à Whitehorse avec sa femme Ruth et leurs cinq enfants jusqu’en 1909. Le titre de gloire de McGee est d’avoir inspiré le nom du célèbre poème canadien « The Cremation of Sam McGee ». L’auteur du poème, Robert W. Service, a vu le nom de McGee sur des papiers alors qu’il travaillait dans une banque de Dawson City et a pensé que c’était la rime parfaite pour « Tennessee » dans son poème.

Site historique de la Case de l’oncle Tom (Dresden, Ontario)

Site historique de la Case de l’oncle Tom (Dresden, Ontario)

Plus de 30 000 Noirs en quête de liberté ont échappé à l’esclavage aux États-Unis en voyageant en secret par le chemin de fer clandestin jusqu’au Canada. Josiah Henson était l’un d’entre eux et, après être arrivé en Ontario, il est retourné plusieurs fois aux États-Unis pour aider à faire venir d’autres personnes en quête de liberté au Canada. Son histoire a inspiré le roman antiesclavagiste de Harriet Beecher Stowe de 1852, La Case de l’oncle Tom. Le site historique de Dresden souligne les réalisations de Henson en présentant des expositions dans son ancienne maison, deux cimetières, une chapelle, une scierie et d’autres reliques et expériences de l’époque des pionniers.

Maison Maud Lewis (Halifax, Nouvelle-Écosse)

L’une des principales artistes folkloriques du Canada, la Canadienne Maud Lewis [1903-1970] a peint une grande partie de l’intérieur et de l’extérieur de sa petite maison à Halifax. Elle vendait ses tableaux le long des routes et était connue des passants comme une femme tranquille au sourire ravissant. Vous pouvez voir sa petite maison à la galerie d’art de la Nouvelle-Écosse.

Musée Anne de la Maison aux pignons verts (Park Corner, Î.-P.-É.)

Musée Anne de la Maison aux pignons verts (Park Corner, Î.-P.-É.)

Most Canadians grew up reading the adventures of Anne of Green Gables, and this museum celebrates the character’s author, Lucy Maud Montgomery (1874-1942). The farmhouse where the author grew up is now a museum dedicated to the fictional world from her stories. It also celebrates the author’s life, including her hand-developed photographs, autographed books, her “crazy patchwork” quilt, and many childhood memories and artifacts. The museum is still owned and operated by Montgomery’s descendants.

Maison de l’infirmière Myra Bennett (Daniel’s Harbour, Terre-Neuve-et-Labrador)

Dans les années 1920, Myra Bennett était connue comme « l’infirmière » sur 200 milles de côte près de Daniel’s Harbour, à Terre-Neuve-et-Labrador. Elle était la seule professionnelle de la santé sur cette portion isolée du littoral de la province. Un an après son arrivée, elle a épousé un homme de la région et ils ont emménagé dans la maison Bennett, qu’il a construite. C’est dans leur maison familiale que les gens de toute la côte venaient chercher de l’aide médicale. Pendant son séjour à Daniel’s Harbour, Bennett a mis au monde plus de 5 000 bébés, extrait 3 000 dents et sauvé le pied de son beau-frère de l’amputation après qu’il soit tombé sur une scie à bois. Visitez la maison pour en savoir plus sur son histoire.