La plus grande des îles Caraïbes, ressemblant un peu à un gros crocodile, Cuba est située au nord des Antilles. Composée de l’île de Cuba, de l’île de la Jeunesse et de plusieurs autres petites îles, Cuba est un pays d’Amérique centrale. Avec près de 11 500 000 habitants, elle est au deuxième rang des Caraïbes au niveau population. La langue officielle est l’espagnol et la capitale de Cuba est La Havane. Le peso cubain et le peso cubain convertible sont les deux monnaies utilisées officiellement  à Cuba. Le Gay Voyageur vous aide à la planification de vos prochaines vacances à Cuba!

Les principales destinations de Cuba

Guide gay de Cuba

Divisé en 14 provinces, ce pays comprend plusieurs villes, dont voici les principales :

  • La Havane (Capitale)
  • Pinar del Rio
  • Varadero
  • Holguin
  • Banes
  • Guantanamo
  • Palma Soriano
  • Trinidad
  • Ciego de Avila
  • Santiago de Cuba
  • Santa Clara
  • Camagüey
  • Baracoa
  • Ciefuegos
  • Bayamo
  • Sancti Spiritus

De colonie espagnole de 1492 à 1898, Cuba est devenue une république socialiste depuis 1959.

Avec ses milliers de kilomètres de plage à la couleur de la nacre, sa musique et ses célèbres cigares, Cuba offre aux touristes un paradis à petit prix.

Partir en vacances à Cuba

El Malecon

L’île de Cuba attire des milliers de voyageurs chaque années pour leurs vacances! Témoin de la grande misère de son peuple, Cuba est une république où les gens ont appris à lutter pour leur survie. Autant financièrement que psychologiquement, la jeunesse cubaine profite de services peu chers (transports, spectacles, électricité, etc.) voire même gratuits comme l’éducation et les frais médicaux, mais ils ne bénéficient d’aucune liberté.

Malgré son immense misère, les touristes n’y rencontrent pas vraiment de problème lors de leur séjour. Il est préférable d’éviter toute manifestation politique mais règle générale, les mesures de sécurité habituelles pour les voyageurs suffisent à protéger les visiteurs. Cependant la prudence reste toujours de mise en sol étranger et Cuba n’y fait pas exception.

Bénéficiant d’un climat subtropical agréable, Cuba subit régulièrement des cyclones et des ouragans. L’été et l’automne sont les saisons les plus propices à ces phénomènes naturels. La température moyenne quotidienne est d’environ 25°C (78°C). L’humidité est omniprésente sauf de novembre à avril où le temps y est plus sec. Le mois d’août y est très pluvieux mais les précipitations ne durent jamais plus de 48 heures consécutives.

Les coutumes cubaines à savoir

Les meilleurs attraits à faire à Cuba

Les Cubains sont très respectueux et très polis. Malgré leur apparence de nonchalance, ils sont très tolérants et ils espèrent un traitement correct à leur égard.

Les ‘’Pssit-psssitt’’ sont une habitude cubaine pour interpeller les gens. Il ne faut pas s’en offusquer à Cuba car ce n’est pas vu comme une impolitesse dans le pays mais plutôt comme une habitude locale.

Les Cubains sont souvent portés à faire des compliments même à de purs étrangers, il ne faut pas s’y méprendre, le tout est une marque de respect et non le contraire.

La santeria est, pour les Cubains, l’équivalent du vaudou pour les Haïtiens ou de l’umbanda pour les Brésiliens. La santeria est un étonnant mélange entre les croyances catholiques, rituels africains et les pratiques animistes. Très présente un peu partout dans le pays, environ la moitié de la population serait impliquée dans son mouvement. Les santeros sont les prêtres qui peuvent être consultés régulièrement. Les cérémonies sont ouvertes au public et aux touristes également. Le spiritisme et les rituels font partie de la fête et des cérémonies reliées à la santeria. Elle est, pour une majorité de Cubains, une façon de conserver leurs racines et leurs identités culturelles.

Les principaux attraits touristiques de Cuba

Cuba Si!

La principale attraction de Cuba pour les visiteurs est, sans aucun doute, ses immenses plages de sable couleur de nacre, bordant la merveilleuse mer des Caraïbes si exceptionnelle.

Les villes sont une autre source d’attraction pour les visiteurs. Une visite dans les villes de Cuba ralentit le rythme et plonge les touristes dans un dépaysement culturel total, en voici quelques-unes :

Trinidad

Guide gay de Trinidad

Située sur la côte sud de Cuba, il faut prendre son temps pour visiter Trinidad. Se perdre dans les ruelles, les rues pavées et admirer les jolies maisons aux teintes pastel amène les touristes à ralentir le rythme et à profiter de la vue d’un paysage totalement différent.

Santiago de Cuba

Santiago de Cuba

Au 2e rang du pays et capitale de l’Oriente (le berceau de la révolution), Santiago de Cuba ravit les amoureux de villes coloniales. Aucun complexe immobilier ne s’y trouve et son allure de grosse bourgade provinciale dépayse entièrement. Les Espagnols, les Africains, les Français et même les Asiatiques s’y côtoient harmonieusement. Le tourisme y est très présent et il vient souvent y perturber la tranquillité des habitants.

Vallée de Vinales

Cette vallée au paysage splendide possède des orangers, des plants de tabac et de petites maisons de bois peint appelées ‘’bohios’’. On peut y apercevoir des ‘’casas de tabac’’ utilisées pour le séchage des feuilles de tabac, des plantations de canne à sucre et des paysans travaillant dans les champs. Les ‘’mogotes’’, petites montagnes rocheuses se trouvant au milieu des champs, fait la réputation de la vallée.

Histoire de Cuba

Guide gay de Cuba

Peuplés d’Amérindiens avant l’arrivée des conquistadors, les habitants vivaient alors de chasse et pêche. En 1492, Christophe Colomb découvre l’île croyant être arrivé en Indes. La domination espagnole y durera jusqu’en 1898. Les conquistadors espagnols n’ayant pas obtenu les résultats escomptés avec les mines d’or, se tournent alors vers la production de tabac, de café et de canne à sucre. Environ 300 millions de cigares ainsi que 12 milliards de cigarettes blondes ou brunes y sont produits annuellement. Le café et la canne à sucre acquise de la colonisation espagnole procure à Cuba une de ses plus grandes ressources financières. Pour réussir cette dernière activité, Cuba fera appel aux esclaves africains.

Cuba reste une petite colonie jusqu’à ce qu’elle soit conquise par les Anglais vers 1762. Même si la conquête anglaise y fût brève (environ neuf mois seulement), l’influence économique et sociale de Cuba changea totalement durant cette période. Les restrictions établies par l’Espagne furent abolies et les échanges commerciaux avec l’Amérique du Nord commencèrent. Afin de fournir la main d’œuvre nécessaire, le trafic d’esclaves s’intensifia.

En 1763, suite au traité de Paris, Cuba retourna à l’Espagne en échange de la Floride aux Britanniques.

Entre 1820 et 1860, plus de 360 000 esclaves débarquèrent à La Havane, même si la traite était alors officiellement abolie. Ce n’est que vers 1886 que l’esclavage fut entièrement supprimé.

Cuba, d’y hier à aujourd’hui …

Les luttes pour l’indépendance existent depuis longtemps à Cuba. Les américains intervinrent dans la guerre d’indépendance ayant fait environ 200 000 morts, soit 1/8 de la population cubaine. Les États-Unis occupèrent l’île de 1898 à 1902 afin d’y aider les indépendantistes. L’ingérence américaine se poursuivit jusqu’en 1934.

1956, Fidel Castro prend la tête d’une armée rebelle et renverse le dictateur Bastita le 1er janvier 1959. Il demeure au pouvoir jusqu’en 2006 où son frère Raul Castro Ruz prend la relève.

En 1959, les États-Unis furent l’une des premières nations à reconnaître le nouveau gouvernement. Cependant au mois de mai 1959, lors de la nationalisation des avoirs étrangers à Cuba, les relations entre les deux pays se sont gâtées.

En avril 1961, lors de la tentative de débarquement à la baie des Cochons de 1 400 réfugiés, payés et recrutés par la CIA qui se termina par un échec, les États-Unis émirent un embargo économique qui débuta en 1962 et ils renoncèrent à toute invasion de Cuba suite à un accord concluant l’affaire des missiles de Cuba (série d’événements ayant opposés les États-Unis à l’Union soviétique au niveau nucléaire).

Cuba fut ainsi soutenu par l’URSS qui lui accordait une aide pouvant aller jusqu’à 6 milliards de dollars américains par année en échange de son alignement politique. Cuba envoya des forces militaires cubaines en Afrique afin de protéger les gouvernements communistes. Le tout dura jusqu’en 1990. Depuis le retrait des milliards donnés par les soviétiques, Cuba fait face à une grave crise économique.

En 2009, le président Obama assouplit les règles de l’embargo commercial et les restrictions sur les voyages et les transferts d’argent provenant d’Américano-Cubains vers l’île de Cuba sont maintenant révolues. Cependant les transferts d’argent aux membres de la fonction publique ou de l’armée cubaine sont toujours interdits et l’embargo est maintenu en grande partie.

Les plus beaux parcs de Cuba

Les plus belles destinations vacances de Cuba

Cuba est un paradis de villégiature d’une grande beauté. Plusieurs parcs sont facilement accessibles pour le plus grand plaisir des touristes :

Parc naturel de Bahia de Naranjo

Situé dans la province d’Holguin, ce site comprend une île, un aquarium, un golf et  un site de plongée avec les dauphins. Les services d’amarrage pour neuf bateaux sont disponibles ainsi que les excursions en catamarans ou en voiliers.

Sentier éco-archéologique Las Guanas

Situé un peu plus au Nord vers la Playa Esmeralda, on y retrouve 14 espèces végétales endémiques. La promenade en villégiature amène le visiteur à un phare et au bord d’une falaise abrupte.

Parc naturel La Mensura

A 30km (env.18 milles) au sud de Mayori, des cascades d’eau fraîche se cache dans une forêt épaisse. Véritable paradis idéal en période de grande chaleur, le contraste entre les épaisses forêts de pins et la végétation de montagne y est très impressionnant.

Depuis longtemps, le nom de Cuba est automatiquement associé à celui de Fidel Castro. Cependant Cuba n’est pas seulement un embargo américain, un parti communiste ou des productions de cigares à profusion. L’esprit de Cuba lui est donné par son peuple. Un peuple contraint à la misère qui malgré tous ses déboires a su garder un esprit et un cœur libre.