Si vous craquez sur les grands blonds, le Danemark est fait pour vous. Et même si vous ne cherchez pas une rencontre, l’atmosphère progressiste et gay-friendly du pays vous aidera à vous sentir chez vous. En 1989, le Danemark était le premier pays du monde à reconnaître le mariage des couples de même-sexe.

Avec 1,5 millions d’habitants, Copenhague, la capitale, est la plus importante ville de Scandinavie. Avec son mélange de canaux, de ponts, de plages et une architecture à taille humaine, Copenhague est célèbre pour son climat de tolérance et son atmosphère détendue et a longtemps été un paradis pour les gays danois et les touristes étrangers.

La scène gay de Copenhague

La scène gay de Copenhague

Le premier bar gay de la ville, Centralhjornet, a ouvert il y a… 75 ans et est toujours là. Copenhague a même sa radio gay, Radio Rosa, sur 91,4 FM. La ville étant peu étendue, il vous sera facile de trouver votre chemin. Tout est accessible à pied, en particulier pour les hauts lieux de la vie gay. Situé dans la vieille ville, le quartier gay semble avoir été conçu pour rassembler tout ce qui est nécessaire pour se divertir sur à peine plus d’un kilomètre carré.

LBL Copenhagen, un centre communautaire gay, propose un café, une librairie, une bibliothèque et une salle de lecture, accessibles aux membres comme aux visiteurs. Faites un arrêt entre les rayons de livres gays, de journaux, de guides de voyages, de bandes dessinées, de magazines et de recueils de poésie.

C’est également un très bon endroit pour apprendre les dernières nouvelles sur ce qui bouge en ville et pour trouver un exemplaire de PAN magazine, le mensuel du LBL, ou du guide PAN du Danemark gay et lesbien, qui paraît tous les ans (en anglais).

Feuilletez le dernier numéro de PAN magazine, glissez un plan du Copenhague gay dans votre poche, et vous êtes prêts pour partir explorer la ville !

Un excellent lieu pour démarrer un circuit nocturne est le balcon de Sebastien, un café/brasserie sur deux niveaux. L’happy hour, appelé ici « gay hour », est de 17h à 21h. Un autre endroit intéressant pour commencer votre soirée est le récent Heaven Cafe, sur deux niveaux également, qui propose boissons et repas légers. Ici, l’happy hour s’appelle, assez logiquement, « heavenly hour » (de 17h à 21h).

Boire, danser et draguer

Boire, danser et draguer

A Copenhague, la vie nocturne a toujours commencé tardivement dans les bars et les clubs, donc ne sortez pas avant au moins 23 heures. A Centralhjornet, vous trouverez des gays de tous âges, chantant au rythme de la pop qui jaillit du jukebox. Si les garçons ne vous conviennent pas ici, allez une porte plus loin, au plus calme Can Can, et goûtez au style danois.

Maintenant que vous êtes lancés, vous devriez visiter les gars Masken, ou Amigo (à ne pas confondre avec le sauna gay du même nom), où il ne se passe rien avant minuit. Au Masken, on trouve généralement une foule mixte de gays et lesbiennes, sauf le mercredi, exclusivement féminin au rez-de-chaussée (les garçons peuvent accéder au premier étage). A l’Amigo, à la bordure du centre-ville, est un bar très apprécié, avec karaoké des morceaux les plus camp.

Si vous voulez danser, direction la seule boîte de nuit gay de la ville, le Pan Club. Un triangle rose visible de la rue vous accueille dans le hall arc-en-ciel. Avec 5 bars, 4 niveaux, 3 DJs et une cour intérieure, la Pan Club est sans doute le plus gros club gay de l’Europe du Nord. Les vendredi et samedi, il est ouvert jusqu’à 6 heures du matin, les mercredi et jeudi jusqu’à 5 heures, et du dimanche au mardi, la boîte se transforme en bar karaoké.

Pour un dernier verre, le Never Mind porte parfaitement bien son nom. Il accueille les nigh-clubbers à la sortie du Pan, pour un dernier verre ou une séance de drague de rattrapage. Le Cosy Bar est une autre option, jusqu’à 10 heures du matin les vendredi et samedi soir. Les deux bars sont situés tout près du Orsteds Park, où les préservatifs et les doses de gel laissent deviner quelles sont les activités les plus pratiquées à la nuit tombée…

Reposez vous après une folle nuit

Pour se remettre de ses émotions, il n’y a pas énormément d’hôtels de luxe à Copenhague. Mais si vous n’êtes pas fan des 4 étoiles, il y a la solution des bed & breakfast gays, comme à l’Hôtel Windsor, au Copenhagen Rainbow, ou au Carsten’s Guest House.

Bien que Copenhague soit une destination sympa tout au long de l’année, il est préférable de prévoir son séjour au moment des événements gays pour vivre complètement l’expérience du gay Copenhague.

Printemps

En avril, la Maison Nationale du Film propose un festival de films gays classiques. Le dernier dimanche de mai, une procession annuelle aux flambeaux traverse la ville, en mémoire des victimes dun SIDA.

Eté

En juin, il y a les feux de la Saint Hans, et et les beach party d’Helgoland, une partie de la très populaire plage gay d’Amager. Août est un mois très chargé, avec le concours de beauté de drag queens, « Miss World goes gay ». La Gay Pride (appelée ici Mermaid Pride) a également lieu ce mois-ci (le 18 aoput 2001 pour la prochaine).

Automne/Hiver

Quand les jours raccourcissent, octohbre amène le Festival du film gay et lesbien, 9 jours de films homos contemporains. Le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le SIDA, avec plusieurs manifestations dans la ville.

Tout au long de l’année, il faut aussi guetter les représentations d’une des chorales gays de Copenhague : les Carmen Curlers, les Boy’s Choir, les Homophones et le Women’s Choir. Avec leurs répertoires absolument imprévisibles, vous ne savez jamais ce que vous allez entendre, des chansons à boire médiévales aux classiques de l’Eurovision !