Comme vous le savez sans doute, Bali est une incroyable destination gay. On ne peut pas dire la même chose quand il s’agit de l’Indonésie. Il faut faire une distinction entre Bali, très ouvert sur la question des droits LGBT et Indonésie, le plus grand pays musulman au monde.

L’homophobie indonésien

Dans ce qui finira probablement par être un niveau d’intolérance contrebalancé par son effet sur le dollar touristique indonésien, Bali, apparemment sympathique aux LGBT, au large de la côte est de Java et certains de ses établissements gay-friendly font l’objet d’un examen minutieux.

L’homosexualité n’est pas un crime en Indonésie, sauf dans la province d’Aceh, qui applique une loi islamique stricte. Mais un dirigeant, I Made Badra, de l’agence culturelle de Badung, une régence de Bali, dit que l’existence même des établissements gays « entache le tourisme de Bali » selon ses dires. Toutefois, l’argent rose à Bali est important. C’est l’une des principales destinations gay d’Asie.

Un hôtel gay de Bali sous enquête

Ces dernières semaines, le site d’information The Coconut a rapporté qu’une villa dans la station balnéaire de Seminyak était au centre des enquêtes de l’Agence de l’ordre public. Un article du 10 janvier a déclaré : « Les autorités de l’île ont depuis exprimé leur désapprobation en raison de leur conviction que l’homosexualité est contraire aux normes culturelles à Bali. »

L’un des sites touristiques ciblés était The Angelo Bali Gay Guesthouse. Sur sa page Facebook, il a été portée à l’attention des autorités de Bali qui se sont opposées à la description en ligne de la maison d’hôtes en tant que « complexe exclusivement gay, habillement facultatif » situé « à un pâté de maisons des bars gays ». Au moment de la rédaction de cet article, le Gay Voyageur constate que le page Facebook a été fermée depuis.

Trois jours après l’article de The Coconut, un journal britannique en ligne PinkNews a rapporté que trois autres villas accueillant des invités gays faisaient l’objet d’une enquête. Un officier de l’Agence de l’ordre public a déclaré à PinkNews qu’il examinerait les permis de chacune des propriétés afin de voir si des preuves de leur restauration étaient gays, les propriétés seraient temporairement scellées.

Les droits LGBT

Les droits LGBT en Indonésie

Les rapports indiquent la montée du sentiment anti-LGBT dans l’Indonésie à majorité musulmane. Un vote en septembre 2019 qui aurait fait du sexe extra-conjugale un crime, a été retardé par le président indonésien Joko Widodo à la dernière minute. Étant donné que le mariage homosexuel n’est pas reconnu dans le pays, tout acte sexuel entre personnes du même sexe aurait été jugé illégal et les participants soumis à arrestation.

La communauté LGBT a une certaine influence, car Bali dépend beaucoup de l’industrie du tourisme. Plus de 6 millions de touristes en 2017 ont visité l’île paradisiaque. La fermeture d’établissements favorables aux LGBT aurait un impact sur une partie importante de l’économie de l’île, mais aussi des îles voisines comme les îles Gili et Lombok. Il faut dire qu’avec de beaux paysages, des plages de sable et une scène gay conviviale font de Bali l’une des destinations gay les plus populaires d’Asie.

L’argent rose du voyage

Les statistiques de l’événement World Travel Market organisé à Londres en 2018 ont montré que les homosexuels dépensent plus et voyagent plus que les hétéros. L’événement de Londres a estimé que 218 milliards de dollars étaient le montant dépensé chaque année par ceux qui s’identifient comme LGBT.

Il reste à voir si ceux qui ont des attitudes d’intolérance et d’homophobie en Indonésie sont prêts à accepter la baisse des revenus touristiques si des personnes LGBT bien nanties se déplacent vers des plages plus conviviales.