Au Népal, c’est la plus grande ville, le chef-lieu du district, la capitale religieuse et la capitale politique, Katmandou porte tous ses titres à la fois. Les Newars furent les premiers habitants de la ville qu’ils appelaient Yen ou Kantipur. Des montagnes des contreforts de l’Himalaya encerclent la ville qui est située à 1 350m (environ 4 500 pieds) d’altitude. C’est la raison pour laquelle on parle aussi de la vallée de Katmandou.

La zone de la Bagmati, ou vallée de Katmandou, inclut également Bhaktapur et Patan totalisant ainsi 1,5 million d’habitants. Le contexte politique de la ville accorde peu de priorité à l’environnement, la ville est donc une des plus polluées du continent asiatique. Katmandou n’a aucune alimentation en eau suffisante et la ville ne possède aucun réseau souterrain de canalisations. Sa structure actuelle remonterait au XVIe siècle même si la ville aurait apparemment vu le jour sous le règne du roi Gunakamadeva au Xe siècle.

Les spéculations sur les origines et les habitants ayant vécu à Katmandou sont multiples. Le Bouddha y aurait séjourné avec ses disciples pendant quelque temps même si aucune preuve de ce passage n’existe vraiment. La visite d’Ashoka le Grand existe également dans les légendes de la région mais aucune preuve véritable ne relate ces grandes légendes. Autre légende connue, le temple de Maru Satal aurait été construit en 1596. Il est tout en bois, provenant apparemment d’un seul arbre, et il ne contient aucun support ni clou en fer.

La vieille ville possède de nombreux palais et temples bouddhistes datant du XVIIe siècle. La ville est tout simplement remarquable et de nombreux sites appartiennent au patrimoine mondial de l’UNESCO. Dans les années 1960, la ville devint le lieu de prédilection des voyages hippies. Ces voyages l’ont rendu célèbre sur la planète toute entière. Elle devint très populaire auprès des touristes occidentaux en particulier.

Katmandou au Népal

Sa situation géographique lui confère un côté mythique et lui amène du même coup des problèmes de pollution atmosphérique. Formant une barrière autour de la vallée, Mhabharat et l’Himalaya empêche l’air de se disperser hors de la vallée. Les pics de pollution y sont donc très intenses, particulièrement ceux de la pollution aérienne.

A Katmandou, l’automne serait la saison idéale pour les visites de la ville et le trek en montagne. Les températures sont agréables et le soleil est souvent présent. Même si les nuits sont plus froides, les journées y sont propices à la marche. En hiver, dans cette région de l’Everest, les chutes de neige sont très fréquentes et il est parfois impossible de se déplacer facilement. Durant les mois de mai et juin, les températures augmentent et la marche devient alors très difficile. Cependant la saison est idéale pour admirer les magnifiques forêts de rhododendrons.

Tourisme à Katmandou

Que faire à Katmandou : 7 activités à ne pas manquer

Katmandou est une des plus anciennes capitales royales newar. Une visite au coeur de Katmandou dans ses vieux quartiers amènent les touristes dans un état de dépaysement total. L’Hindouisme et le Bouddhisme se côtoient en parfaite harmonie et les temples des deux religions sont à voir absolument. La réputation spirituelle de la ville ayant attirée de nombreux hippies dans les années 60, ce sont aujourd’hui les amateurs de trek en montagne qui envahissent la ville.

Avant de partir pour un trek, la visite de la ville impose un arrêt à Durbar Square. Cet endroit très touristique de la ville est la place la plus impressionnante et la plus historique de la capitale. Se promener sur la place Durbar Square fait oublier la réalité le temps d’une visite. Les statues, les palais, les temples, les pagodes et les rues pavées donnent à l’endroit un côté magique et mythique faisant oublier tout le reste pendant quelques instants. Que ce soit le sari des femmes, les pierres des monuments, les épices étalées par terre ou les habits traditionnels des hommes, tout y est très coloré. De nombreux temples peuplent la place mais aucun d’eux ne se ressemblent. Imposant, petit ou grand, chaque temple est totalement unique. C’est le centre monumental de la capitale népalaise.

Durant la visite à Durbar Square, un arrêt à la maison de la Kumari ou Kumari Ghar s’impose. Ce palais typique du XVIIIe siècle est situé au centre de la ville. La finesse et la précision de ses magnifiques sculptures en bois extérieures impressionnent au premier coup d’œil. L’entrée du palais est gardée par deux lions de pierre protégeant la demeure toujours habitée par la déesse Kumari. L’incarnation choisie de la déesse Taleju doit posséder certaines caractéristiques précises. L’incarnation de la déesse est choisie parmi les fillettes de 4 à 5 ans et elle réside au palais jusqu’à l’apparition de ses premières menstruations ou à la moindre blessure ou apparition de sang. Le caractère sacré de la fillette se termine alors et elle est renvoyée à sa famille avec de nombreux cadeaux. Elle doit apparemment demeurer célibataire toute sa vie. Même si tous les désirs de l’incarnation de la déesse sont exaucés durant son séjour au palais, sa vie n’est pas des plus trépignante. Lors de la visite, si la chance est de la partie, l’incarnation de la déesse apparaîtra peut-être à l’une des multiples fenêtres du palais.

Destination gay du Katmandou

Relié au palais royal, Durbar Marg fut construite sous le règne des Ranas. Cette ancienne place royale est le lieu où les Népalais hindous et bouddhistes célèbrent le festival Indra Jatra. Au centre du rond-point de la place se dresse la statue du roi Mahendra. À l’horizon, se dresse l’établissement universitaire Tri Chandra College avec ses campus et une mosquée musulmane de la vallée.

Endroit intéressant à proximité de Katmandou, le temple de Swayambunath où il est possible de s’y rendre en taxi, en bus ou à pied tout simplement. Situé sur une colline, un gigantesque escalier amène les touristes au site même. Dû à la présence de nombreux singes sur le site, le temple se vaut le surnom de ‘’monkey temple’’. Le temple de Swayambunath est un lieu de pèlerinage très populaire auprès des Népalais. Un colossal Bouddha emplit la place où les fidèles font tourner les moulins à prière contenant chacun un texte sacré. Le son des moulins donne à l’endroit un cachet spirituel hors du commun. Lorsque le moulin tourne, la prière à l’intérieur du moulin s’envole dans le vent selon la culture bouddhiste. L’endroit est aussi charmant que ses moulins.

À quelques kilomètres de la capitale se trouve le petit village de Bodhnath. Peuplé de Tibétains, le village est considéré comme un véritable sanctuaire bouddhiste où il est possible de trouver au minimum une trentaine de monastères tibétains. L’endroit est totalement dépaysant où les touristes peuvent s’imprégner entièrement de la spiritualité tibétaine. Les nombreux moines présents, les chants en permanence et les nombreuses boutiques regorgeant d’objets népalais ou tibétains donnent au site un caractère typique et pittoresque très enchanteur.