header image
standard-title Panama, l’autre accent celte francophone d’Amérique La scène gay de Panama City

Panama, l’autre accent celte francophone d’Amérique

La scène gay de Panama City
 id=

Destination originale pour découvrir un passage de témoin entre des communautés. Au départ : c’est un refuge de pirates et d’aventuriers issus de lignées celtes : bretonnes, irlandaises, galloises et écossaises. Mais les échanges vont se multiplier avec des diasporas marchandes, juives et européennes notamment.

Dans un sens inverse, l’industrie du café du Panama et de la Colombie continue toujours de s’exporter vers des grands centres européens comme Amsterdam. Progressivement, le Panama s’ouvre aux visiteurs LGBT grâce à ce jeu de flux entrants/sortants qui positionne la zone franche de Colón en 2e plateforme mondiale d’import-export. Avec son canal interocéanique et infrastructures connexes (ports, aéroports, routes, voies ferrées), le Panama est un pont pour entreprendre entre Océan Atlantique et Océan Pacifique. Moins connu, le pays faisait partie d’un royaume : la Nueva Granada partageant ses frontières avec la Colombie et ouvert aux échanges transatlantiques entre Ancien et Nouveau Mondes. Les mentalités changent malgré les traditions religieuses pour mieux accepter la communauté LGBT.

La scène gay du Panama

La scène gay du Panama

Au Panama, le plus haut degré d’ouverture de la société en général vient des acteurs de la scène politique libérale mais aussi des élites marchandes et négociantes. Celles-ci entretiennent des longues histoires de tolérance et d’ouverture sur le monde. Le quartier français et aujourd’hui gay friendly de Panama : Casco Antiguo rappelle les heures de gloires de la présence d’artistes, d’architectes et d’ingénieurs francophones . Fort de sa réussite avec le Canal de Suez inauguré par l’Impératrice Eugénie, le Baron Ferdinand de Lesseps envisage la création d’un canal capable de relier les deux océans. Sa construction démarrée par les français, sera finalement achevée par les américains, au prix de lourds sacrifices et retards pour achever l’ouvrage titanesque.

Pour autant, l’exposition universelle Panama-Californie se déroule à San Diego, en Californie, entre le 9 mars 1915 et le 1er janvier 1917. Elle vise à célébrer l’ouverture du canal de Panama, et à faire connaître San Diego puisqu’il est devenu le premier port américain sur la route des navires circulant vers le nord ouest des États-Unis après le passage par le canal. L’exposition a eu lieu dans le parc Balboa où ont été construits de nombreux bâtiments pour l’occasion, notamment en style renouveau de l’architecture coloniale espagnole. Cette double influence franco-américaine va poser les germes d’une première ruée vers l’or pour développer le Panama.

Le gay de Panama City

Aujourd’hui, cet esprit d’avant-garde est célébré dans plusieurs incubateurs, accélérateurs de projets culturels et espaces de prise de risques dans les domaines artistiques et créatifs. Cet esprit de Belle Epoque est toujours salué par des artistes et chanteurs locaux. La cause LGBT est intimement reliée locale aux communautés créatives et culturelles qui s’emparent de cet héritage de liberté et d’ouverture pour se réinventer. Il existe au Panama un métissage extraordinaire des communautés. Même si la communauté juive est aujourd’hui quelque peu isolée dans des hautes tours ou des quartiers résidentiels, il y a un parfum de la Caraïbe qui résonne dans le coeur du pays.

Si le dollar américain est roi au Panama, c’est aussi pour favoriser les échanges qui ont toujours fait sa réussite. Cette culture des synergies et des mises en réseau est très forte, et il faut un certain temps pour bien découvrir les jeux d’acteurs qui composent le pays et les îles ou pays qui l’entourent. L’Amérique latine a longtemps été une plateforme de brassage culturel et mémoriel d’aventuriers.

On retrouve parmi ces celtes du Nouveau monde de grandes personnalités : Thomas Lynch, gouverneur irlandais de la Jamaïque, le corsaire Aury ayant soutenu aux côtés de Lafitte, le révolutionnaire Simon Bolivar dans son combat pour libérer les colonies espagnoles, sans oublier les péripéties du clan écossais Mac Gregor au Venezuela, ou encore le flibustier gallois Henry Morgan et bien d’autres aventuriers ayant choisi la Mer des Caraïbes comme terre d’exil après la révolution de Cromwell et d’autres crises européennes. (Independent Scotland’s last gasp forgotten in Panama jungle).

Bref, peut-on imaginer qu’un jour le Panama devienne une terre d’exil LGBT ?

Widget Area  |  Info: There are no widgets in selected area, add some please.



Hébergements gay sur Paris

Loading…