Aux premières lueurs du jour un bâtiment doré millénaire est un sel la pagode de Shwedagon à Yangon, ce monument sacré se situe en plein coeur de la capitale de du Myanmar. La légende raconte qu’il ya 2500 ans, de son vivant, le bouddha aurait demandé la construction d’un reliquaire sacré sous forme de cône renversé que l’on appelle en Asie, une pagode ou un stupa.

Cette pagode la plus grande du monde abriterait huit de ses cheveux ce qui la rend unique est sacré. Un peu partout dans le monde, on y retrouve des objets ou des aspects ayant appartenu à Bouddha comme une de ses dents qui peut être vues à Kandy au Sri Lanka.

Hors du temple, elle domine littéralement la ville économique du pays qu’elle protège de son aura. Entièrement recouverte d’or, la pagode de Shwedagon symbolise l’importance du bouddhisme en Birmanie pratiquée par 90% de la population.

La vie qui tourne autour du temple de Shwedagon

La vie qui tourne autour du temple de Shwedagon

En ce début de matinée les fidèles viennent trouver ici, la paix intérieure avant leur journée de travail. Un fidèle fréquente la pagode depuis son enfance. Pour rien au monde. Il ne manquerait ce rendez-vous quotidien. « Je suis venu régulièrement ici. Dès que j’ai pu me rendre tout seul à l’époque, je devais avoir 13 ou 14 ans, j’habitais dans un quartier qui se trouve à environ 8 kilomètres de la pagode et je faisais toujours mes trajets à pied » raconte l’homme.

Toute la matinée, la folie ne désemplit pas autour du grand stupa. Sur chacun de ses côtés une représentation du bouddha est placée pour chaque jour de la semaine les fidèles s’y recueillent en fonction de leur jour de naissance. Ainsi, chacun garde au fond de lui ce sentiment d’appartenance. Au monument l’octogone que forme le grand stupa doré est encerclé par 64 petits pas, à chacun des points cardinaux de l’édifice, des pagodes consacrées au bouddha viennent clore l’enceinte de la grande plateforme de marbre parts. L’escalier couvert qui renaît le lieu aux ruelles de la ville.

Où que l’on soit à Yangon, le stupa est présent et invite à la prière. Cette architecture sacrée emblématique un assemblage de carrés représentant la terre et de ronds symboles du ciel passionne depuis toujours les historiens.

Il est le plus fascinant si l’on examine l’architecture elle-même et la forme du bâtiment tel qu’il est aujourd’hui. C’est une représentation assez claire de certains aspects centraux de la cosmologie bouddhisme. Ici, nous avons des fondations de forme classique à huit côtés, dont les quatre principaux sont alignés avec les quatre points cardinaux. Au fil des niveaux successifs du monument, on effectue aussi un voyage spirituel qui nous élève depuis les royaumes vers le royaume spirituel. Jusqu’au sommet où se trouve la flèche, elle représente l’objectif ultime qui est en fait pour tous les bouddhistes. Le vide, l’aboutissement final de l’éveil spirituel quand on parvient au sommet du bâtiment.

Partout se porte le regard, l’or est omniprésent. Pas moins de 20 000 plaques d’or recouvrent le stupa dont l’extrémité est incrustée de 1065 Klaus est doré. Un fast d’autant plus étonnant que le bouddhisme prône le renoncement au monde matériel ce qui est forcément frappant . C’est qu’à chacun des huit points du site, on voit des gens verser de l’eau sur des images du bouddha.

L’eau

L'eau

L’importance de cette eau l’eau, joue un rôle vraiment prépondérant dans le bouddhisme. Cela trouve son origine dans la légende apportant le moment même de l’évêque du bien et c’est ce qui a donné lieu au rituel de verser de l’eau qui est une façon de faire partir ses angoisses, de se débarrasser des soucis et de retrouver cette sorte de calme spirituel.

Dans les nombreux temples disséminés sur la plateforme de marbre, la figure de bouddha est partout célébrée dans le monde entier. Cette pagode de Shwedagon tient une place particulière pour tous les bouddhistes grâce à son histoire qui la lie au bouddha originel.

L’histoire du temple de Shwedagon

L’histoire du temple de Shwedagon

La raison pour laquelle le temple de Shwedagon est si important dans le monde bouddhiste, trouve ses racines dans des histoires qui sont à la fois le légendaire, est fondé sur des faits plus historiques. D’après la légende locale, le stupa a été construit à l’époque du bouddha, c’est-à-dire il y a plus de 2500 ans, et la légende raconte que deux marchands qui étaient frères venus de la région Moan, voyagé en Inde et sont arrivés là où le bouddha était assis. Juste après ces quarante-neuf jours passés en méditation. Les lions lui ont offert sa première nourriture et le bouddha leur aurait donné huit cheveux à vénérer.

Elle aurait alors rapporté les cheveux ici et décidé que ce serait le lieu où les reliques se trouveraient. Le stupa fut construit ici, à Rangon. L’autre élément vraiment intéressant à propos de ce stupa, ce qu’il a été en quelque sorte la première représentation architecturale du bouddhisme.

Construction du stupa de Shwedagon

Construction du stupa de Shwedagon

Cette légende d’origine est restée vivace dans le coeur des Birmans. Pourtant, les archéologues et les historiens situent la construction du stupa centrale entre le 6e et le 10e siècle après Jésus-Christ et la construction des bâtiments annexes à partir du XVIe siècle.

Un autre aspect visuel qui atteste de l’importance et de l’histoire légendaire du bouddhisme ici, c’est l’empreinte du pied du bouddha l’empreinte du bouddha. Il est censé symboliser que le bouddha a réellement physiquement étaient présents.

Ici bien sûr il n’existe aucune preuve de cela, mais c’est la croyance. Donc le fait de voir des images de l’empreinte du pied du bouddha relie. Cet endroit autant du bouddha à ce passé historique et créer une connexion spirituelle.

La vie spirituelle des Birmans

La vie spirituelle des Birmans

Ce monument est surtout un lieu de vie un lieu paisible pour méditer dans lequel on peut aussi se retrouver en famille. Pour les millions de visiteurs qui foulent son sol chaque année, c’est à la fois un haut lieu du bouddhisme dans le monde est le monument le plus emblématique du Myanmar.

Sans pouvoir de fascination à travers les âges, tiens au fait que le monument n’est pas figé. Il est sans cesse agrandi, restaurer et parfaitement entretenu par les habitants d’Yangon.

En contrebas de l’esplanade juste au pied de l’escalier nord, les ateliers d’artisans dédiés à la restauration de la chaux et dogon. Ils travaillent le bois, le cuir, le verre et mettent leur art au service du lieu sacré pour s’attirer la bienveillance de bouddha.

Lors des travaux de rénovation du stupa, les couleurs que l’on choisit, dépenses du coup du donateur. Par exemple, la couleur bleue est une couleur royale. Donc on utilise beaucoup. Quant au vert, il est largement utilisé de nos jours, car c’est la couleur préférée de l’armée explique un membre de l’atelier. Plus de 1000 personnes rémunérées par l’administration de la pagode pour la rénovation du site. Par leur dévouement à la chaux ont tous espèrent obtenir un meilleur karma lors de leur réintégration.

Le karma

Le karma

Le monde bouddhiste n’attache pas partout une telle importance à ces actes de donation. Ici, dans ce que l’on appelle le bouddhisme karmique, le karma est l’élément clé à travers nos bonnes actions qui doivent être faites dans un bon esprit et une bonne pensée. Nous créions du karma et dans notre prochaine existence ne nous élèverons plus haut dans cette ascension vers l’éveil.

Pour atteindre cet état suprême ceux qui ne sont ni employés à la pagode ni assez riche pour faire des donations, offrent de leur temps ils se relaient en permanence, pour ne jamais laisser le monument dépérir.

Les bienfaiteurs s’occupent de faire briller les statues en bronze qui ornent la pagode et de nettoyer les sanitaires situés aux quatre points cardinaux de la pagode Shwedagon.

L’association de bienfaiteurs compte aujourd’hui environ 4000 membres bénévoles. À l’origine, il n’y avait que des hommes. Aujourd’hui, les femmes s’impliquent. Le bouddha lui-même a prédit que son enseignement ne durerait que 5000 ans. Ici, le bouddhisme a profondément conquis le peuple birman. Les anciens dieux n’ont pas disparu pour autant.

Bouddhisme birman

Bouddhisme birman

Une autre particularité du bouddhisme birman et l’intégration des esprits autochtones : les nattes qui trouvent leur origine dans la tradition animiste et l’on observe ici que les nets ont été intégrés à la pratique bouddhiste des Birmans, au moment de l’introduction du bouddhisme en Birmanie.

Bouddha est devenu le plus grand. La croyance en leur pouvoir est encore très présente chez les Birmans. ‘Sil plaît ce leur vie future entre les mains de bouddha, leur vie quotidienne appartient aux nattes

Le pagode de soir

Le pagode de soir

Le jour tombe sur le stupa. Les illuminations révèlent la splendeur du monument et rappellent le faste de certains dons comme celui de cette reine birmane qui au 15e siècle donna son poids en or.

Partout notre regard se pose, nous voyons que tout ici est le résultat de ces dons avec cette idée de gagner. Des mérites en respectant et trois joyaux du bouddhisme qui sont :

  • le Bouddha : l’être éveillé, le guide spirituel,
  • le Dharma : l’ensemble des enseignements bouddhiques,
  • le Sangha : l’ensemble des pratiquants, la communauté.


Tout cela cohabite dans cet environnement vivant qui change continuellement et les gens renouvellent leurs dons. Non pas seulement pour l’heure contre cycle de renaissance, mais aussi pour la renaissance de cet environnement

Certains pèlerins entament une marche rituelle il tourne dans le sens des aiguilles d’une montre autour du stupa à qui protège les précieuses reliques et mime la course du soleil dans le ciel.

À cet instant presque magique ce haut lieu du bouddhisme, sans cesse en transformation, réuni curieux et fidèle dans un même élan vers le sacré.

Bientôt, la pagode fermera ses portes pour quelques heures. À l’aube, les premiers fidèles seront suivis par des milliers d’autres tout au long de la journée une journée dans le plus sacré des monuments de Birmanie.