Après avoir descendu de la terrasse, le visiteur s’approche du saint Wat Wat Wat Phraeu – le temple du Bouddha d’Émeraude (Jade). On peut accéder au temple par l’un des portails latéraux – le portail central n’est destiné qu’au roi. À l’intérieur du robot, sur un haut piédestal sous un auvent à neuf niveaux, se trouve une figure de Bouddha d’une hauteur de seulement 75 cm, sculptée dans un seul morceau de jade, mais une légende, à Pataliputra (Inde), selon une autre – en Birmanie. Par Ceylan et le Cambodge, elle s’est rendue dans le nord de la Thaïlande, où elle s’est retrouvée à Chiang Rai lorsque, pendant le transport, la coquille de gypse qui la masquait jusqu’alors s’envolait (1434). Après de nombreuses errances, le Bouddha d’Émeraude est venu à Bangkok où, depuis 1778, il se tient dans le temple de Phraeu. Trois fois par an, une cérémonie solennelle est organisée au cours de laquelle le roi change personnellement les vêtements du Bouddha.

Les peintures murales et les robots étonnants méritent une attention particulière, bien que ceux-ci, ayant beaucoup souffert du temps, aient subi une restauration et ne soient donc pas authentiques. Au-dessus d’une des entrées sont des scènes de la vie du Bouddha, sur le mur opposé est l’univers dans la représentation de l’astrologie bouddhiste. Les peintures au-dessus des fenêtres et des portes racontent des épisodes de l’épopée ramakienne en peintures et en lignes poétiques.

Temple du Bouddha d’Émeraude

Le temple du Bouddha d’Émeraude est le plus grand bâtiment du territoire du palais royal. C’est la structure religieuse la plus importante en Thaïlande, le « saint des saints » de tout vata. Prendre des photos à l’intérieur du temple est strictement interdit. Le temple du Bouddha d’Émeraude a été construit à la fin du XVIIIe siècle par le roi Rama I pour abriter le Bouddha d’Émeraude (Phra Kaew), un sanctuaire national, symbole de pouvoir, de divinité et de prospérité pour tous les habitants du pays. Le complexe est ouvert tous les jours de 8h30 à 15h30, sauf les jours où des cérémonies royales ont lieu dans le palais (qui n’est que 3 fois par an). Lors de la visite du temple, vous devez suivre un code vestimentaire strict. Les épaules doivent être fermées et la jupe ou le pantalon doivent être sous les genoux.

Environs

Après avoir examiné les temples, il vaut la peine de se promener à travers le magnifique territoire soigné du complexe. Les gracieuses statues dorées sont appelées Kinnari (oiseaux filles). Les figures expressives de démons « porteurs » de step chedi sont également intéressantes. Entre le vata bot Phra-keu et la galerie intérieure qui le sépare du reste de l’espace, il y a de petits pavillons. Auparavant, ils servaient aux préparatifs nécessaires au roi avant d’organiser des cérémonies dans le bot. Maintenant, dans leur ombre, vous pouvez vous cacher du soleil par une journée chaude. Les peintures murales de la galerie ont été restaurées avec amour dans les moindres détails. Leur intrigue est constituée d’épisodes de l’épopée « Ramakian » et de l’histoire de la Thaïlande.

Palais Boromphiman

Palais Boromphiman – le nom officiel du bâtiment, derrière lequel s’étend une vaste pelouse; Auparavant, la réception du jardin royal avait lieu ici chaque année. Les fresques sur les murs de Boromphiman représentent quatre dieux hindous: Indra, Yamuna (Saraswati), Varuna et Agni en tant que gardiens de la construction du monde. Vous trouverez ci-dessous des tablettes avec des inscriptions en sanskrit énumérant les «dix vertus royales» (générosité raisonnable, comportement approprié, volonté de se sacrifier, sincérité, miséricorde, modestie, travail acharné, absence de colère, absence de mauvaises intentions, patience et activité raisonnable). Depuis Rama VI, tous les princes héritiers ont grandi ici. Aujourd’hui, le bâtiment n’est utilisé que lors d’occasions spéciales: il abrite les chefs d’État ou les grands hiérarques du bouddhisme arrivés avec visite.

Mahamonthian avec Amarinsa-Vinchay Hall

À l’ouest du palais Chakri se trouve un complexe de trois bâtiments appelé Mahamon Thian (Résidence suprême). Sa partie avant (où les visiteurs sont autorisés) consiste en une seule salle appelée Amarinsa-Vinchay (décision divine). Dans celui-ci, le roi Rama I a pris des honneurs, assis sur un immense trône. Le roi Bhumibol (dont le couronnement a eu lieu ici le 5 mai 1950) utilise également cette salle pour les réceptions solennelles, mais il siège simultanément sur un nouveau trône placé devant l’ancien, sur lequel vous pouvez vous asseoir à la manière européenne. À l’anniversaire de son couronnement, le roi donne invariablement des médailles à ses services, non seulement à de hauts fonctionnaires et à des courtisans, mais également à des personnalités de tous les horizons qui ont accompli quelque chose de remarquable dans le domaine social. En quittant ce bâtiment, vous devez contourner le hall en face de celui-ci avec des colonnes. Ici, les décisions de la cour royale ont déjà été annoncées au peuple. Les éléphants royaux étaient attachés à un pilier rouge et or.

Grand Palais Chakri

Au milieu d’espaces verts bien entretenus se trouve le palais du Grand Chakri. Son aile ouest abritait autrefois les rois de Thaïlande et les reines vivaient à l’est (fermées aux visiteurs). Aujourd’hui, le roi Bhumibol, qui s’est installé dans la résidence de Chitralada, reçoit ici des ambassadeurs et des délégations étrangers. Le palais a été construit par un architecte anglais dans le style de la Renaissance italienne. Toutefois, à la demande du roi Rama V, il a été couronné par un toit thaïlandais à gradins caractéristique, orné de trois chedis décoratifs. En moyenne, le plus élevé d’entre eux tient une urne avec les cendres des huit dirigeants décédés de la dynastie Chakri.

Toutes les salles du palais sont décorées de peintures précieuses, y compris des portraits de tous les rois de Thaïlande. Les appels royaux ont été lus depuis le balcon au fronton. Le médaillon au milieu représente Frame V, le constructeur de ce palais.

Dusit maha prasat

À l’ouest du palais Chakri, se dresse le gracieux palais Dusit Maha Prasat, construit en 1789 par le roi Rama I. Le bâtiment se distingue par ses toits à quatre marches en briques coulées rouges et vertes, qui se croisent au-dessus du fronton décoré d’ornements et s’élèvent jusqu’au cheddar doré. eux. Quatre garudas, oiseaux mythiques sur lesquels vole le dieu Vishnu, servent de support au chedi et constituent en même temps un lien harmonieux entre les pentes du toit. Garuda est toujours présent dans les armoiries de la Thaïlande.

L’intérieur du palais, un auditorium spacieux de Rama I, est ouvert aux visiteurs. Mais le roi n’a pas reçu ses invités sur le trône qui se dresse au milieu de la salle aujourd’hui, mais plus haut, aujourd’hui caché dans la niche de l’aile sud. Les peintures murales remontent à une date ultérieure, alors que seuls des adieux solennels aux corps des rois défunts ou de membres de la famille royale étaient déjà célébrés ici – la dernière fois qu’ils ont dit au revoir à la mère du roi Bhumibol. Le lit richement décoré date également de l’époque de Rama I.

Uphon Phimok Prasat

Avant de quitter le palais Dusit, il y a Apkhon-Pkhimok-Prasat, un petit pavillon en bois qui permettait au roi de se changer entre la «sortie» du palanquin et le public. Lorsque le roi entra dans le pavillon, des rideaux brodés d’or entre les piliers tombèrent.

Carte de à Bangkok