post-title La communauté LGBT mondiale durant le contexte du coronavirus (covid-19)

La communauté LGBT mondiale durant le contexte du coronavirus (covid-19)

La communauté LGBT mondiale durant le contexte du coronavirus (covid-19)

La communauté LGBT mondiale durant le contexte du coronavirus (covid-19)

Comme une grande partie de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique, bien des citoyens sont confinés chez eux le temps que la pandémie du coronavirus, aussi connu sous le nom de la covid-19 passe. Bien entendu, cette pandémie mondiale affecte tout le monde, sans exception. La première victime : le domaine du tourisme.

Tout a commencé en Chine en décembre dernier, mais les symptômes ont commencé à la fin novembre 2019. L’épidémie de coronavirus (covid-19) a menacé la santé du pays ainsi que son économie. Le gouvernement chinois a pris des mesures drastiques pour contrôler la propagation jusqu’à annuler le Nouvel An chinois, une fête importante pour cette communauté. Jusque là, le virus était spécifiquement dans une région chinoise, le Wuhan. Les gens ont commencé à s’inquiéter lorsque la covid-19 a dépassé les frontières de cette région se rendant dans les grands centres comme à Pékin, Hong Kong et Shanghai.

Maintenant que la propagation est largement contenue, la Chine tente de se remettre sur pied. Faire rouler une économie qui a durement souffert pendant que les Occidentaux vivent à leur tour les malheurs de cette malade dont aucun vaccin n’est encore disponible.

Covid-19, la maladie causée par le virus, a cependant pris la forme d’une pandémie. Italie, l’Iran, puis la France, l’Espagne et l’Allemagne ont été durement touchés. Aujourd’hui, c’est les États-Unis et le Canada qui vivent avec ce virus non contrôlable.

L’industrie du tourisme et l’impact du coronavirus

L’industrie du tourisme et l’impact du coronavirus

L’industrie du tourisme mondiale se prépare à un été difficile. Les touristes ne sont plus au rendez-vous. Les vols sont cloués aux aéroports et les voyageurs annulent leurs chambres d’hôtel. Tout le monde va en souffrir même les gens qui ne travaillent pas de près ou de loin de cette industrie.

Les croisières seront potentiellement les plus touchées à long terme de cette pandémie à cause des nombreux navires infectés par la covid-19. Pensons au Grand Princess qui s’est arrêté au Japon à cause du nombre incroyable de gens infectés. Plus récemment, le bateau de croisière Costa Luminosa est arrivé à Marseille avec lui aussi, des touristes malades. Si aucune croisière gay n’a été infectée jusqu’à présent, les voyageurs ne se donneront pas rendez-vous à bord d’un bateau avant un certain temps. C’est donc des travailleurs et des entreprises qui vont être directement touchés suivi des populations qui vivent directement du tourisme de masse.

Certaines personnes de l’industrie touristique constatent déjà un changement dans le nombre de personnes venant d’outre-mer, en particulier de Chine – le deuxième plus grand marché long-courrier pour les touristes à destination du Canada et où l’épidémie a commencé. C’est un signe qui ne trompe pas!

Plusieurs compagnies aériennes ont limité le nombre de vols à destination du pays et de partout à travers le monde. Les frontières se ferment chaque jour et certaines personnes ont eu des difficultés à obtenir des visas en raison de fermetures temporaires dans certains centres de demande.

Plusieurs agences de marketing touristique ont retiré tout leur argent publicitaire de la Chine et l’utilisent pour redoubler d’efforts pour attirer des gens d’autres marchés comme les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni : tous les pays moins touchés que d’autres. Cela pourrait bien changer! Les citoyens que n’a pas la tête à penser à leurs prochaines vacances, mais plutôt à payer leur prochain loyer sachant que bien des gens ont perdu du jour au lendemain leur emploi.

Le coronavirus (covid-19) et l’impact sur la communauté LGBT

On en parle pas dans les médias! Mais le coronavirus (covid-19) a aussi un impact chez la communauté gay et lesbienne. C’est pourquoi que le Gay Voyageur a décidé d’en parler et demandé aux homosexuels de parler de leur réalité, peu importe où ils sont. Mettre enfin des visages de l’impact du covid-19 dans la vie des homosexuels de partout à travers le monde. Une communauté qui souffre de cette nouvelle réalité qui, souhaitons-le, redeviennent à la normale le plus rapidement que possible!

Paris, France

Paris, France coronavirus covid-19

Jean-Philippe, 35 ans, directeur d’un grand magasin, vit de plein fouet la pandémie du coronavirus. Situé en plein coeur de la capitale française, tout a changé du jour au lendemain. Pour les travailleurs dans les supermarchés, que ce soit à Paris ou ailleurs en France, il y a un avant et après le confinement de tous les citoyens.

Les clients nous ont pris d’assaut la veille affirme Jean-Philippe. Les clients ont vidé tous les rayons du supermarché même sur des articles les moins populaires. Aujourd’hui avec le confinement, certains crient encore au complot. Il n’est pas rare de voir des parents venir avec leurs enfants sans aucune protection. Cela arrive souvent selon Jean-Philippe.

Le confinement se passe plutôt bien pour ce parisien : « Je suis en couple donc le confinement ce fait à deux. » « Pour nous il n’y a pas de grand changement, car nous sortons pour bosser et pour sortir le chien. » affirme-t-il.

Finis les sorties au bar gay le Cox ou dans les bars pour retrouver nos amis. La scène gay de Paris vit des heures difficiles depuis quelques semaines. La ville de Paris a vécu son lot de difficultés depuis quelques années avec des attentats et l’incendie de la Cathédrale Notre-Dame, voilà que le coronavirus aura eu raison cette fois-ci de tous les habitants et du tourisme.

Namur, Belgique

Namur, Belgique et le coronavirus covid-19

Michel, 32 ans, habite à Namur en Belgique. Ville qui a vu aussi son lot de désagrément en lien avec le coronavirus. La capitale de la Wallonie où le confinement a été si nous mis en vigueur le 18 mars 2020 à midi. À l’heure actuelle, selon Michel, les habitants peuvent sortir dehors juste pour faire nos courses. Les citoyens doivent être à 1 m 50 de distance dans les magasins ils font rentrer que une personne pour 20 mètres carrés. Un changement drastique pour cette ville dynamique!

À Namur, ils ont droit que à un maximum de 30 minutes de course pour les voitures ils doivent maintenant être une personne à l’avant une personne à l’arrière à l’opposé du conducteur. « Moi je vis seul je ne sors plus depuis le 16 mars je deviens un peu dingue c’est très dur je suis allé faire mes courses le 17 mars les personnes se coller l’un à l’autre ça faisait très peur. Il ne respectent pas les règles de sécurité » affirme Michel.

« Je suis dans l’organisation gay à Namur nous avions des festivités en mars nous avons dû les annuler. Niveau sexuel gay ben c’est vraiment mort les gens discutent plus maintenant et ne propose plus de relation sexuelle direct ce qui est bien maintenant, car on voit que ça y a un impact sur la scène gay. »

Toujours selon Michel, la capitale de Bruxelles que la scène gay était tout aussi au point mort.

Marseille, France

Marseille, France coronavirus covid-19

Jérôme, 52 ans, habitant Marseille en France. La situation est aussi délicate à Marseille qu’à Namur quand il est question de la covid-19. Étant assistant commercial dans une petite société de nettoyage, désinfection, désinsectisation et dératisation, Jérôme est obligé par son métier, d’aller sur son lieu de travail. Son rôle est nécessaire à la lutte contre ce coronavirus. « Être obligé de prendre les transports car si on prend sa voiture, on ne trouve plus de place en rentrant, car les autres ne bougent plus » affirme-t-il aujourd’hui au Gay Voyageur.

Dans une situation anxiogène que vie Jérôme tout comme des milliers d’autres personnes, ils touchent beaucoup de choses que ce soit dans les transports ou sur le lieu de travail. Aujourd’hui, il doit travailler dans une ambiance tendue car tout le monde passe sans arrêt d’un état de peur, de tristesse et de rires nerveux.

« Envier les personnes qui peuvent travailler de chez elle à l’abri et ne pas comprendre celles qui nous font prendre des risques par leur incivilité », les mots de Jérôme. Il en voit toutefois de nombreux avantages dans sa situation : pouvoir prendre un peu l’air, changer de quartier, prendre des transports quasi vides et penser que l’on aide très modestement à lutter contre le covid 19.

Par contre, le plus déroutant est de traverser une ville de part en part comme s’il faisait jour à 3h du matin en pleine semaine. C’est la nouvelle réalité de Marseille, deuxième ville de France. Lorsque l’on a un chien, on possède l’autorisation VIP de sortie, car on peut le sortir même lorsque tout est fermé, à condition de rester seul bien sur.

Côté des rencontres, Jérôme se confie : « À titre personnel, étant célibataire, hors de question de prendre le risque de rencontrer qui que ce soit et préfère donc ne plus aller sur les applications de rencontres. Une vie amicale et sexuelle en stand-by.  Je pense que la scène gay de Marseille ne se résume plus qu’à du virtuel actuellement … »

Los Angeles, États-Unis

Los Angeles, États-Unis coronavirus covid-19

Donald Trump ne croyait pas au début de la pandémie que « le virus chinois » comme il le nomme arriverait aux États-Unis. Il a eu tort! Aujourd’hui, le message envoyé aux Américains ne semble pas être compris. On voyait encore à tout récemment, des milliers de gens sur les plages de Miami. Ce qui inquiète son voisin le Canada de voir le pays réagir tardivement aux recommandations des scientifiques et aux médecins.

Alexandre, 25 ans, travaille comme VIP coordinator à Los Angeles. « Ce n’est honnêtement pas le plus facile, les gens commencent à changer leur mindset. » Il faut dire que la réalité sur place n’est pas la meilleure qu’en Europe ou ailleurs dans le monde. Quand les Américains pensent agir en communauté, ils agissent font autrement que les autres.

« J’ai personnellement été choqué de voir des lignes interminables devant les boutiques d’armes à feu. » Cette réalité ne serait même pas imaginable ailleurs dans le monde. C’est pourtant le cas. Comme si une arme à feu pourrait régler la situation du coronavirus à Los Angeles. Pourtant, aucune arme ne pourrait le détruit autre que le lavage des mains.

Los Angeles et plusieurs autres grandes villes américaines comme New York, Chicago ou encore San Francisco sont déjà en lockdown. La grande majorité des gens restent à la maison. Certains ont déjà perdu leurs emplois. D’autres font du télétravail. C’est ce qui est recommandé! Selon Alexandre, environ 80% des commerces et entreprises sont fermés.

Alors, la vie à Los Angeles est arrêtée le temps du passage du coronavirus.

C’est exactement la même chose quand il est question de la scène gay de Los Angeles. Tous les événements ou rassemblements ont été annulés pour plusieurs semaines encore. Les applications de rencontres comme Grindr fonctionnent à plein régime. Mais les gens ont peur d’y faire des rencontres. Peur d’attraper la covid-19 … le virus que personne ne veut avoir ces temps-ci. Alors, les gens perdent leur temps sur des applications de rencontres le temps

Tout ça étant dit, les gens sont stressés. L’inquiétude de la santé mentale est au rendez-vous pour plus d’un citoyen de Los Angeles.

Lille, France

Lille, France coronavirus covid-19

Rémi, 25 ans, technicien SAV (maintenance itinérante) de Lille, vis à proximité d’un magasin Carrefour. Il a cette chance d’avoir un accès rapidement à un supermarché. Ce n’est pas tous les Français qui ont cette chance! « Je vois chaque matin les gens faire la queue à environ 1m de distance » affirme Rémi.

Si les Français ne peuvent sortir, pour Rémi, lui, il a encore ce privilège à cause de son emploi. Pour combien de temps encore. La question reste toujours en suspend! Au final il est peut-être l’un des moins confinés de la ville de Lille : une ville morte depuis quelques semaines déjà.

Au final les gens restent chez eux et respectent les consignes. Il y a toujours quelques délinquants, c’est aussi ça la France! Selon Rémi, les citoyens ne tombent pas dans la peur absolue. Le moral est toujours bon pour les habitants.

« Le plus stressant et embêtant, au final, c’est de rester loin de ses amis et de sa famille. Même si c’est pour leur bien c’est vrai que ça casse un peu la routine qu’on pouvait avoir, mais on s’y tient et on se téléphone » nous écrit Rémi. Lille est en attente d’une fin à ce coronavirus tout comme le reste de l’Europe.

Toulouse, France

Toulouse, France coronavirus covid-19

Autre ville, autre réalité! Cette fois-ci, nous rencontrons Enzo, un Toulousain de 32 ans. Il travaille depuis plusieurs années comme technicien de surface (agent d’entretien). Malgré le confinement à Toulouse, il a un travail qui ne peut pas être fait comme du télétravail, comme demandé par le gouvernement français. Enzo comme ses collèges de travail est exposé aux risques du virus, car on est sur le terrain tous les jours de 9h à 17h. Enzo s’estime d’être heureusement, car son patron lui autorise les journées continues pour finir les journées de travail 1h en avance.

« Ce qui me fait réfléchir dans certains endroits le confinement est pris au sérieux dans certaines résidences on ne voit pas les résidents les petites mamies qui nous disait bonjour une fois ou autre on ne les voie plus.»

Aujourd’hui, Toulouse compte 15 centres de soins dédiés au coronavirus. L’une des villes ayant le plus de centres de services pour la covid-19.

Ville de Québec, Canada

Ville de Québec, Canada coronavirus covid-19

La Ville de Québec vit ses pires moments! La pandémie est bien présente. Le Gouvernement du Québec fait des actions pour freiner la pandémie du coronavirus, ce qui porte fruit. Cela prendre un temps avant que ce soit « comme avant ». Le Vieux-Québec s’est vidé de tous les touristes. Les commerçants ont fermé leurs portes. Les restaurants, les boutiques et les entreprises sont en attentes comme les citoyens de voir le coronavirus partir. Devant le Château Frontenac, il n’y a plus personne!

Danny, 39 ans, conseiller marketing, vit au coeur du Vieux-Québec. «  Cela fait étrange de ne plus avoir de vie ici, au coeur de l’animation touristique ». Les travailleurs ne sont plus au rendez-vous. Le gouvernement demande à tous les citoyens de rester chez eux. La vie économique est au ralenti. Des milliers d’emplois ont été perdus. Tous les événements sont annulés et les festivals durant l’été comme le Festival d’été de Québec et Comédiha sont en attentes de l’évolution de la pandémie afin d’annuler ou de garder. Peu importe, il y aura de dures conséquences au lendemain de la fin de la pandémie du covid-19.

La scène gay de Québec souffre beaucoup du contexte de coronavirus. Déjà que la scène gay est petite. Le seul bar gay de la ville, Le Drague, à mise en pose toutes les activités. La vie nocturne de Québec vivait déjà des heures difficiles avant même la pandémie, cela n’aide pas la situation.

Bali, Indonésie

Bali, Indonésie coronavirus covid-19

Arno, 41 ans, propriétaire d’une villa à Bali, l’une des destinations les plus touristiques d’Asie, vie des moments très difficiles. Le coeur même de l’île n’a plus de touristes. Les rues de Seminyak sont vides. C’est étrange pour les habitants! Généralement, il y a toujours du monde, même durant la basse saison touristique. Australiens, Canadiens, Américains et Européens se donnent tous rendez-vous au paradis du surf!

Depuis le 20 mars, les vols aériens en provenance de l’espace Schengen sont interdits sur le territoire Indonésien et le gouvernement a demandé de ne pas se rassembler et d’éviter les déplacements inutiles, mais pas de confinement obligatoire pour l’instant. C’est ce qui explique une île déserte. Du jamais vu!

« Même si le port du masque n’est pas nécessaire quand on n’est pas malade, nous le portons pour sortir, faire les courses depuis le début de semaine » affirme Arno.

Originaire de Charente-Maritime en France, Arno a décidé de fonder son propre hébergement à Bali. Un complexe gay friendly où les voyageurs homosexuels se donnent rendez-vous pour découvrir l’une des plus belles îles d’Asie. Bali fait rêver bien des touristes depuis sa « découverte touristique. » Aujourd’hui, sa villa est pratiquement vide. Aucun client et les réservations ne s’annulent tous les jours. « Nous n’avons jamais vu ça, les annulations pour les villas et pour les hôtels sont nombreuses. Hélas et nous ne sommes pas sûrs que le gouvernement a un plan d’aide pour tous les entreprises et restaurants en souffrent, ainsi que des milliers de personnes qui vont perdre leur emploi. » Il faut dire que l’Indonésie n’offre pas de chômage.

Certains bars gay sont toujours ouverts. Très peu de clients. Surtout des locaux qui se donnent rendez-vous. Les fermetures obligatoires arriveront bientôt à Bali tout comme pour le reste du plus grand pays musulman au monde. Certains restaurants ont commencé à fermer. « Difficile ici d’avoir des informations fiables. On essaye de suivre sur les médias sociaux, mais il se dit tout et son contraire » affirme Arno.

Les scènes gay en deuils …

Toutes les scènes gay du monde sont en deuil. La grande majorité des grandes villes du monde vivent des heures difficiles. Les bars, les discothèques, les saunas, les hôtels, tous ne peuvent avoir des clients ou avec des limitations importantes. Personne ne peut prédire la fin de la pandémie du coronavirus. Toutefois, tout le monde souhaite que ça revienne rapidement et surtout, comme avant. L’industrie du tourisme a besoin des voyageurs homosexuels.

Gay Voyageur : Guide gay et destination gay friendly. Un encouragement aux voyages et à la culture.
Widget Area  |  Info: There are no widgets in selected area, add some please.



Hébergements gay sur Paris

Loading…