post-title Les capitales du Golfe où les relations « bisexuelles » se généralisent depuis 2020

Les capitales du Golfe où les relations « bisexuelles » se généralisent depuis 2020

Les capitales du Golfe où les relations « bisexuelles » se généralisent depuis 2020

Les capitales du Golfe où les relations « bisexuelles » se généralisent depuis 2020

Lawrence d’Arabie a été le premier à aborder les ambiguïtés de la sexualité masculine dans le monde arabe, dans son oeuvre « Les Sept Piliers de la Sagesse ». A l’époque, le Golfe persique est un passage obligé sur la route des Indes. C’est un marqueur très fort qui modifiera à jamais les représentations et orientations sexuelles entre Orient et Occident. Mais les choses ont réellement commencé à bouger avec l’arrivée et l’accélération des flux étrangers de main d’oeuvre (philippins, indiens et népalais) et d’expatriés (égyptiens, occidentaux…) à partir des années 60.

Doha (Qatar)

Doha (Qatar)

Les Réserves massives de gaz ont permis à ce petit royaume francophile de devenir un des principaux exportateurs de gaz naturel liquéfié (GNL), depuis le départ des Anglais en 1971. De solides amortisseurs financiers protégeant l’économie des chocs extérieurs, ont permis de générer un revenu par habitant très élevé, l’un des plus élevés de la planète. Pour accompagner ce décollage, le recours à la main d’oeuvre étrangère a été fondamentale dès les années 70. Toutes les nations anglophones et ouvertes à la liberté sexuelle dans le Commonweath (Afrique du Sud, Népal, Australie, Inde, Canada) ont été mises à contribution, ravivant même un élan anglophone dans la région, où l’environnement de travail est désormais à 90% en anglais.

Avec des travailleurs contraints par le célibat géographique à développer des relations bisexuelles régulières et spontanées : philippins, indiens et népalais très majoritaires (60 à 70% de la population du Qatar). Souvent les critiques sur les droits humains fusent soulignant l’agonie d’un micro-royaume qui, malgré ses prouesses économiques, conserve toujours les traits d’un ancien protectorat britannique sur la route des Indes. En apparence, les Qataris sont souriants, accueillants mais au fond pas très sincères: il ne faut pas croire à toutes leurs promesses. C’est l’un des éléments à prendre en compte pour comprendre l’acceptation sociale des relations bisexuelles : c’est une société très secrète ! En théorie, l’homosexualité n’est pas acceptée. En pratique, elle est très répandue secrètement.

Gay Arabe

D’abord, à travers les applications en ligne de rencontres (Tinder, Grindr) très utilisés via les VPN qui se sont répandus rapidement pour éviter la censure. La pornographie est elle aussi banalisée par la communauté indienne de Doha qui multiplient les groupes whatsapp de vidéos de voyage et de liens divers. Les Qataris privilégient les relations adultérines à Londres, en Turquie (Istanbul) et en Thaïlande, conséquence de l’embargo saoudien. Toutefois, il existe des lieux de rencontres pour les aventuriers dans les nombreux hôtels de West Bay, en particulier le Sheraton ou dans les quartiers où se résident et sortent en soirée le personnel multiculturel de Qatar airways, par exemple au Double Tree by Hilton situé à proximité du Musée des arts islamiques. Les rendez-vous d’architectes près du Souq Waqif et du nouveau quartier de Mshreib offrent aussi des opportunités de rencontres.

La communauté artistique est aussi ouvertement bisexuelle et se donne de nombreux rendez-vous à la Doha Fire Station où cohabitent de nombreux artistes égyptiens, indiens, palestiniens et même yéménites dans des programmes de résidences d’artiste. Il y a enfin : The Pearl, un quartier résidentiel et insulaire d’expatriés en forme de perle, pour rappeler le passé maritime du pays, où s’organisent des soirées privées, soit entre expats ou encore hauts gradés militaires qui reçoivent souvent les salaires les plus élévés dans le secteur public qatari.

Koweit City (Koweit)

Koweit City

Le Koweït est une bulle de tolérance. D’abord, le royaume a su développer une culture de résilience et d’épreuve pendant la dernière guerre du Golfe. Les profondes réformes de la gouvernance publique ont amené à développer un système parlementariste très abouti et aussi un multipartisme aiguë, pour permettre le rassemblement national des communautés si diverses qui composent le Koweït. Les vastes réserves financières compensant la faiblesse des prix du pétrole, une position extérieure créditrice grâce aux investissements à l’étranger ont aussi beaucoup aidé à libérer socialement le pays et à tolérer beaucoup de liberté accordée en particulier à la jeunesse. Les jeunes générations Koweïtiennes sont très engagés dans le domaine des arts et du consommer autrement (restaurants alternatifs). Ils multiplient les audaces dans de nombreux domaines, avec beaucoup d’humilité. Ce sont les habitants du Golfe les plus résiliants. Mais aussi les plus ouverts et curieux sur le monde.

Il n’existe pas de lieu à proprement parler pour créer des rencontres, à l’exception des nombreux hôtels et des sorties en groupe dans le désert. Le meilleur moyen au Koweït pour rencontrer des locaux bisexuels est de privilégier les applications en ligne qui utilisent la géolocalisation et permettent ainsi des mises en relation de proximité. Les Koweïtiens ont une notion du temps assez vague. Il faut espérer. Car bien souvent les prises de contact se font spontanément à la dernière minute, y compris au milieu de la nuit. C’est le charme et la magie de l’Orient.

La passion pour les voitures de sport est souvent un grand sujet d’intérêt. Mais il existe une métissage culturel qui facilite beaucoup les échanges. A noter que le Koweït a la communauté égyptienne la plus importante de tous les pays du Golfe. Cette dernière est réputée très ouvertement bisexuelle, en raison du célibat géographique.

A la différence des autres pays du Conseil de coopération du Golfe, il y a beaucoup moins d’indiens expatriés, à la différence des Émirats arabes unis et du Qatar par exemple. Dubaï étant une ville profondément indienne et perse (30% d’iraniens composent la population dubaïote). Le Koweït offre un état d’esprit beaucoup plus arabe et ouvert que ses voisins. Il y a moins cette rigueur coloniale qui a caractérisé les Indes britanniques. Avec le faible mécontentement social, le Koweït est un havre de calme et projette lentement son développement futur avec son programme d’investissements : Nouveau Koweït 2035.

Khobar (Arabie Saoudite)

Khobar - Amarie Saoudite

La province orientale d’Arabie Saoudite est la plus prospères du royaume. Elle est aussi une bulle d’expatriation et d’ouverture multiculturelle avec une présence nord-américaine et occidentale très importante. Le mode de vie s’est très occidentalisé et la communauté homosexuelle développée mais secrète , depuis l’arrivée des premiers travailleurs philippins et indiens. D’abord dans les bataillons d’Aramco, le géant pétrolier dont la valorisation dépasse celle d’Apple. Les efforts de modernisation de l’économie par une ouverture accrue aux investissements étrangers est inscrite dans un vaste programme : Saudi Vision 2030.

En outre, elle facilite aussi une meilleure acceptabilité sociale de la diversité par son ouverture culturelle. Les efforts de diversification en dehors du pétrole et du gaz (construction, vente au détail, transports, services, etc.) permettent de stimuler de nouveaux espaces de créativité où la jeunesse saoudienne observe beaucoup les réussites développées en Californie ou en Europe (Londres, Paris, Amsterdam…) .

La population nombreuse, et sa forte volonté de consommation constitue la locomotive principale d’intégration de codes occidentaux et d’orientations amoureuses qui pourraient être considérés comme contraire aux traditions. Pour accompagner le mouvement, les cinémas sont ré ouverts, les festivals de musique électronique se développent avec le succès de MDL Beast Festival ou encore les saisons culturelles : la Saison festive de Jeddah, ou son homologue à Riyad, la capitale du royaume. Les applications de rencontres sont très utilisées (Tinder principalement) et les discussions privilégiées dans les nombreux cafés. La grande force de l’Arabie saoudite est sa population : diverse et immense à la fois. Elle est extrêmement jeune et cultive de grands appétits d’ouverture au monde.

Les jeunes générations s’emparent des réseaux sociaux et sont des influenceurs actifs sur la toile. Instagram est programme devenu une plateforme indirecte de rencontre et de séduction. Il faut aussi souligner le rôle joué par Snapchat qui lui aussi libère de manière virtuelle les lenteurs et inerties du royaume.

A éviter

Dubaï

Dubaï et Bahreïn : le Las Vegas de la prostitution et de l’esclavage rémunérés. Frappées par une baisse des recettes touristiques, les deux capitales en perte de vitesse cherchent à rester dans la compétition. On y observe un culte de l’argent facile et de relations sexuelles rémunérées. C’est souvent un drame sociétal qui se profile car le sexe devient une monnaie d’échange et de nombreux abus se développent (pressions, chantage, menace, escroquerie…).

Gay Voyageur : Guide gay et destination gay friendly. Un encouragement aux voyages et à la culture.
Widget Area  |  Info: There are no widgets in selected area, add some please.

Laisser un commentaire



Hébergements gay sur Paris

Loading…